Publié le 27 mai 2020

Palmarès 2019-2020 du Prix littéraire des lycéens, apprentis et stagiaires de la formation professionnelle de la Région Île-de-France

Créé par la Région Île-de-France, ce prix propose aux jeunes lycéens, apprentis et stagiaires de la formation professionnelle franciliens de développer une relation vivante à la lecture et à l'écriture, d'aller à la rencontre des auteurs et des œuvres, de se familiariser avec les librairies et les bibliothèques et d'élire leur lauréat parmi les auteurs de la sélection régionale. Il s'inscrit dans le cadre de la politique éducative et culturelle de la Région Île-France pour développer et encourager la lecture auprès des jeunes.

 

Dans chacun des 8 départements d'Île-de-France, 5 livres sont en lice. Ces 40 livres ont été sélectionnés parmi les parutions de l'année écoulée sur l'avis d'un comité de lecture composé d'enseignants, formateurs, bibliothécaires et libraires franciliens, dans un souci de diversité (sélection 2019-2020, pour rappel : https://www.iledefrance.fr/la-selection-des-livres-du-prix-litteraire-des-lyceens-2019-2020).

 

Comme chaque année, les (livres) lauréats devaient être dévoilés sur la grande scène du salon Livre Paris, le 20 mars 2020, devant l'ensemble des élèves des 40 classes participantes, invités par la Région Île-de-France. Cet évènement ayant dû être annulé en raison de la crise sanitaire, la Région Île-de-France annonce les résultats et la distribution prochaine de près de 9000 chèques-lire d'une valeur de 12€  qui devaient être remis aux élèves des classes inscrites au salon, afin qu'ils les utilisent dans leur librairie de proximité en Île-de-France.


Chaque lauréat aura pu adresser un message directement aux élèves-lecteurs en publiant une vidéo sur Monlycée.net, le réseau social éducatif des lycées d'Île-de-France (https://monlycee.net/). Chaque lauréat perçoit une bourse de la Région Île-de-France d'un montant de 2250€ pour ce prix.

 

Les lauréats du Prix littéraire des lycéens, apprentis et stagiaires de la formation professionnelle 2019-2020 de la Région Île-de-France sont :

 

 

Paris (75)

Jean-Claude Grumberg pour La plus précieuse des marchandises, Le Seuil
Il est l'auteur d'une vingtaine de pièces de théâtre, dont Demain une fenêtre sur rue, Rixe, En r'venant d'Expo, Rêver peut-être. Avec Dreyfus (1974), L'Atelier (1979) et Zone libre (1990), il compose une trilogie sur le thème de l'Occupation et du génocide. L'ensemble de son œuvre théâtrale est disponible aux éditions Actes Sud/Papiers. Il est également scénariste de télévision et de cinéma. Grand prix de l'Académie française 1991, Grand prix de la SACD 1999 et Grand prix SGDL de littérature 2019 pour l'ensemble de son œuvre ; Molière du meilleur auteur dramatique 1991 et 1999.

 

 

Seine-et-Marne (77)

Pascal Bresson et Hervé Duphot pour Simone Veil : l'immortelle, Marabout
Dessinateur et scénariste, Pascal Bresson a publié plus de 40 bandes dessinées et livres pour la jeunesse et a été récompensé par plusieurs prix dont le Grand Prix Public BD Européenne des médias 2015 pour Plus fort que la haine (Glénat).

Hervé Duphot partage son temps entre l'enseignement des arts graphiques et la bande dessinée. Il est notamment l'auteur aux éditions Delcourt de Le tour d'écrou (2009) et Le Jardin de Rose (2020)

 

 

 

 

 

Yvelines (78)

Yamina Benahmed Daho pour De mémoire, L'Arbalète Gallimard

Elle est l'auteure de Poule D, paru aux éditions L'Arbalète Gallimard (2014) et d'un conte pour la jeunesse Rien de plus précieux que le repos aux éditions Hélium (2011). Poule D a reçu le Prix littéraire des lycéens, apprentis et stagiaires de la formation professionnelle du Val-de-Marne en 2016 et le Prix littéraire des lycéens des Pays de Loire, 2016.

 

 

 

 

 

Essonne (91)

Michèle Gazier pour Le Nom du père, Le Chemin de fer

Auteure d'une trentaine de romans (Histoire d'une femme sans histoire, Le goût de la lecture, Nathalie Sarraute l'après-midi, La fille, Silencieuse), Michèle Gazier est également critique littéraire et traductrice. Elle a notamment fait découvrir de nombreux auteurs espagnols comme Manuel Vázquez Montalbán. En 2010, elle fonde, avec Marie-Claude Char, les éditions des Busclats.

 

 

 

Hauts-de-Seine (92)

Joseph Ponthus pour À la ligne : feuillets d'usine, La Table Ronde

Après des études de littérature à Reims et de travail social à Nancy, il a exercé plus de dix ans comme éducateur spécialisé en banlieue parisienne où il a notamment dirigé et publié Nous... La Cité en 2012. À la ligne est son premier roman, déjà couronné de six prix dont le Grand Prix RTL/Lire, le Prix du premier roman des lecteurs de la Ville de Paris et le Prix Régine Deforges.

 

 

 

 

 

Seine-Saint-Denis (93)

Gilles Marchand pour Des mirages plein les poches, Aux Forges de Vulcain (Prix du 1er recueil de nouvelles SGDL 2018). 

Après un premier roman coécrit avec Éric Bonnargent en 2015, Le Roman de Bolaño aux éditions du Sonneur, il publie en solo deux romans Aux forges de Vulcain Une bouche sans personne (2016) et Un funambule sur le sable (2017). Il est également batteur dans un groupe de rock.

 

Val-de-Marne (94)

Estelle-Sarah Bulle pour Là où les chiens aboient par la queue, Liana Levi

Ce premier roman a été salué par la critique et récompensé par de nombreux prix (Prix Stanislas, meilleur premier roman de la rentrée littéraire 2018, Prix Eugène Dabit du roman populiste 2018, Prix Millepages 2018, Prix Libraires en Seine 2019, Prix des lecteurs de l'Hôpital Tenon 2019...). Elle est actuellement en résidence, dans le cadre du programme régional des résidences d'écrivains au lycée Fernand et Nadia Léger à Argenteuil.

 

 

 

 

 

 

 

Val-d'Oise (95)

Sophie Divry pour Trois fois la fin du monde, Noir sur Blanc « Notabilia » & Pierre-Henry Gomont pour Malaterre, Dargaud (ex aequo)

Après La Côte 400, son premier roman, traduit en 5 langues, Sophie Divry signe plusieurs ouvrages chez Notabilia ; Journal d'un recommencement, La Condition pavillonnaire qui reçoit la mention spéciale du Prix Wepler et Quand le diable sortit de la salle de bain. Elle a également publié son premier essai Rouvrir le roman en 2017. Trois fois la fin du monde a également reçu le prix de la page 111 en 2018.

Pierre-Henry Gomont fait ses premiers pas dans le monde de la bande dessinée en 2010 grâce à un album collectif puis signe en 2011 Kirkenes (Les Enfants rouges), scénarisé par Jonathan Châtel. Après trois albums en co-écriture, il signe, en 2015, ses premières bandes dessinées en solo avec, chez Sarbacane, Les Nuits de Saturne puis Pereira prétend (Grand Prix RTL de la bande dessinée, Prix de la bande dessinée historique des Rendez-vous de l'Histoire de Blois). En 2018, Malaterre a reçu le Grand Prix RTL de la bande dessinée.

 

Dans le cadre de la politique culturelle régionale, le livre se hisse sur la première marche d’accès au savoir et à la culture partout et pour tous.

En plus des résidences d’écrivains dans les lycées, la Région Île-de-France développe quatre actions éducatives et culturelles autour du livre  et de la lecture, prioritairement en direction des lycées et des centres de formation des apprentis (CFA) : les Leçons de littérature, le Prix littéraire des Lycéens, apprentis et stagiaires de la formation professionnelle, la Quinzaine de la Librairie et Les Lecture(s) à voix haute.

Ce nouveau programme vise à développer le goût de la lecture chez les jeunes. Dans le cadre de l’appel à projet d’éducation artistique et culturelle, il s’agit de donner « carte blanche » aux compagnies, aux théâtres et aux comédiens pour intervenir dans les lycées et les Centres de formation des apprentis et faire partager leur goût de la lecture à voix haute. Pour l’année 2019-2020, 17 projets ont bénéficié à 2200 élèves franciliens.

Ces dispositifs illustrent la volonté de la Région Île-de-France de faire de ces établissements la porte d’entrée de la culture. Ils forment un socle commun dont l’objectif est de susciter un rapport vivant des lycéens à la littérature, par la rencontre avec des auteurs et la fréquentation des librairies et des bibliothèques.