Publié le 9 février 2021

Une vague de surf va déferler sur l’île de loisirs de Vaires-Torcy

Crédit photo : DEIS

En 2023, il sera possible de pratiquer le surf en Île-de-France grâce à l’installation d’une vague artificielle sur l'île de loisirs de l'ouest de la Seine-et-Marne. Là même où se dérouleront les épreuves officielles d’aviron et de canoë-kayak des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024.

La Région Île-de-France, 2e financeur public après l’État de Paris 2024

JOP 2024

Membre fondateur de Paris 2024, la Région est le 2e financeur public des Jeux de 2024, auxquels elle consacre 209 millions d'euros :

  • À des infrastructures réutilisables par la suite :
    • Par les sportifs amateurs, comme le Stade nautique olympiques de Vaires (77) ou le Centre aquatique olympique de Saint-Denis (93),
    • Par des Franciliens à la recherche d'un logement, comme les Villages des athlètes et des médias qui seront transformés en écoquartiers et en logements,
       
  • Aux transports, avec l'aboutissement du remplacement ou de la rénovation, en cours, de 708 rames de trains et RER, la disparition du ticket de métro et la généralisation du Smart Navigo,
     
  • Aux jeunes, à l’emploi et à la formation (création de 150.000 emplois prévue d'ici 2024),
     
  • À l'accessibilité des Jeux paralympiques.

Plus d'infos.

Vous cherchez un spot avec du swell (comprendre : un endroit avec de la houle) pour sortir votre planche de surf ? À partir de 2023, vous le trouverez sur l’île de loisirs régionale de Vaires-Torcy (77). La Région Île-de-France va aménager, sur son plan d’eau de 86 hectares, une vague de surf de 2 mètres. Une décision qui fait suite à l’inscription de cette activité parmi les nouvelles disciplines olympiques et paralympiques. 

Une vague de surf qui préserve l'équilibre écologique du plan d'eau

Techniquement, cette vague artificielle, baptisée Okahina, s’inspire des atolls polynésiens. Il s’agit d’installer un îlot flottant entièrement démontable générant une grande vague circulaire, adaptée aussi bien aux experts qu’aux débutants.

La technologie, inventée par des surfeurs, entend rendre accessible la pratique du surf aux Franciliens, tout en préservant l’équilibre écologique du plan d’eau. Car l’installation, qui permet de créer un courant avec l’équivalent du moteur d’une voiture électrique, ne nécessite pas d’artificialiser le sol en y coulant du béton, ni de pomper l’eau dans les nappes phréatiques.

Mieux, elle permettra d’oxygéner le plan d’eau et contribuera ainsi à lutter contre le phénomène d’eutrophisation (concentration d'azote et de phosphore) dû aux cyanobactéries (algues bleues), qui se traduit par une stimulation importante de la croissance des algues et des plantes aquatiques. De plus, des nurseries à poissons sont prévues sous l’installation.

Une nouvelle activité pour l'île de loisirs de Vaires-Torcy

Cette vague artificielle ne servira pas pour les Jeux de 2024, l'épreuve de surf devant se dérouler à Tahiti. Mais elle complétera les équipements olympiques et paralympiques de l’île de loisirs : le Stade nautique olympique d'eau vive de Vaires-Torcy, que la Région a financé à hauteur de 64 millions d'euros (85% du coût total), accueillera, lui, les épreuves d’aviron et de canoë-kayak de Paris 2024.

Les 2 aménagements témoignent de la volonté de la Région d'investir dans des infrastructures sportives de qualité dont le grand public pourra profiter durablement. Un concept qui correspond parfaitement aux valeurs du Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques 2024 et qui ont prévalu pour l'aménagement de nouveaux équipements sportifs en vue des Jeux.

La vague artificielle comme le Stade nautiques étant respectueux de l'environnement, la Région fait même mieux : elle poursuit son action en faveur à la fois du développement durable et du sport pour tous.

Carte des 12 îles de loisirs régionales

Plus d'infos sur les îles de loisirs de la Région Île-de-France.