11 juillet 2018

Pierre Deniziot : « Avoir le réflexe Handicap pour l'ensemble de nos actions »

Pierre Deniziot
Crédit photo : Région Île-de-France

Autonomic, le salon international pour l'autonomie des personnes handicapées et des personnes âgées dépendantes, s'est tenu à Paris Expos (15e) du 12 au 14 juin 2018. L'occasion pour Pierre Deniziot, délégué spécial chargé du Handicap, de faire un bilan de la politique régionale en la matière.

Pourquoi était-il important pour la Région Île-de-France d’être présente au salon Autonomic ?
Pierre Deniziot : C’est un salon qui existe depuis quelque temps mais que nous soutenons depuis 2016. D’abord partenaire financier, nous avons décidé d’y assurer également une présence, parce que c’est un rendez-vous incontournable en matière de handicap. On y rencontre beaucoup d’associations représentant différents types de handicap, des institutions nationales, avec des façons différentes d’appréhender le handicap et l’accessibilité. Beaucoup d’acteurs travaillant pour l’innovation et l’économie autour du handicap sont aussi présents. C’est donc un salon très complet, qui, de plus, est gratuit et accueille donc un grand nombre de visiteurs. Les personnes handicapées comme les professionnels et les élus viennent y trouver des pistes d’inspiration.

Que proposait la Région pendant trois jours sur son stand ?
P. D. : On a voulu mettre en valeur la diversité des champs d’intervention de la Région en matière de handicap, car la Région n’est pas toujours très bien identifiée comme un acteur. Nous avons mis l’accent sur l’accès au sport, avec des démonstrations de handisport comme l’escrime-fauteuil, avec un partenariat avec le Comité Île-de-France handisport ; sur les transports, dont la mise en accessibilité est notre principale pôle de dépenses, avec 60 millions d'euros par an ; sur l’accès à l’emploi, puisque nous sommes très impliqués sur le Plan régional d'Insertion des travailleurs handicapés en Île-de-France (Prith Île-de-France), avec l’organisation d’un rendez-vous recrutement pour des postes à la Région ; le soutien à l’innovation avec l’accueil de start-up comme Numerik-ea et SimplonAccess ; l’aide aux aidants, qui est un sujet porté par la présidente de la Région, car les associations sont très en demande de solutions (répit, formation ) pour les aidants de handicapés ou d’autistes, et nous avons renforcé notre appel à projets dans ce sens

Sur quelles actions régionales avez-vous mis l’accent lors de votre conférence ?
P. D. : Sur toutes justement ! Nous sommes à mi-mandat, c’est donc le bon moment pour faire un point sur la manière désormais transversale de traiter le handicap. C’est un changement de philosophie : le handicap est souvent rattaché aux affaires sociales et à la santé, tandis qu’à la Région ma mission de délégué auprès de la présidente me demande d’être en veille sur toutes les propositions de la politique régionale pour avoir le réflexe Handicap dans l’ensemble de nos actions.

Les principaux chantiers en cours concernent le tourisme, un secteur sur lequel nous devons nous impliquer, ainsi que les Jeux olympiques et paralympiques de 2024 : nous sommes très attachés à la notion d’ « héritage » que doivent laisser les Jeux, et nous voulons saisir cette opportunité d’améliorer durablement le quotidien des Franciliens handicapés, que ce soit pour la pratique sportive, les transports, mais aussi l’emploi : 250.000 emplois vont être créés à l’occasion des JOP, il faut qu’il y en ait aussi pour les personnes en situation de handicap !