4 février 2019

Lutte contre le cancer : le soutien régional à la recherche

Des aides à la recherche au soutien aux lieux d'innovation, les actions régionales en matière de lutte contre le cancer sont nombreuses. À l'occasion de la Journée mondiale contre la maladie, focus sur le soutien régional à la cancérologie.

La lutte contre le cancer, priorité régionale

1re cause de mortalité en France chez l’homme et 2e cause chez la femme, le cancer représente chaque année environ 150.000 décès en France dont 21.500 en Île-de-France, selon l'Observatoire régional de santé. La lutte contre le cancer est un des grands défis du XXIe siècle. La Région y contribue à travers différents soutiens et actions. Tour d'horizon et exemples.

La Région soutient la recherche tout en la mettant en lien avec l'entrepreneuriat et l'innovation pour faire advenir la médecine du futur en Île-de-France :

  • Pour intensifier sa lutte contre le cancer, la Région Île-de-France lancera le 1er challenge IA santé en avril 2019, pour produire un algorithme visant à aider les médecins à définir la probabilité de récidives du cancer du sein, avec Cancer Campus et Medicen, le pôle de compétitivité santé en Île-de-France. Ce concours sera ouvert aux start-up et petites et moyennes entreprises (PME) innovantes qui pourront s’associer à des chercheurs, avec à la clé une dotation en subvention de 1,5 million d'euros pour trois projets. Il s'inscrit dans le cadre du plan Intelligence artificielle 2021 voté par la Région en octobre 2018.
     
  • Sur les 13 nouveaux Domaines d'intérêt majeur (DIM) retenus pour la période 2017-2020, quatre concernent la santé : ELICIT, Thérapie génique, OneHealth et longévité et vieillissement. Depuis 2016, sur l'ensemble des thématiques santé, la Région aura financé pour plus de 25 millions d'euros d'allocations doctorales et d'équipement pour les réseaux de recherche.
     
  • En 2018, dans le cadre du financement des chaires Blaise Pascal (699.200 euros pour quatre lauréats en 2018), Stephen Kowalczykowski, chercheur américain en biochimie et professeur à l’université d'État de Californie, a été accueilli à l’Institut Curie et travaillé avec les équipes de l’unité Dynamique de l’information génétique (pôle Développement, Cancer, Génétique et Épigénétique).
     
  • Soutien au projet de création d'un centre d'imagerie en microscopie électronique 3D et microscopie corrélative à l'Institut Curie (1,5 million d'euros). Le microscope électronique du projet 3D EM/CLEM et ses missions d'imagerie cellulaire 3D et de microscopie corrélative seront uniques en Île-de-France. Le centre de recherche permettra des avancées significatives dans des domaines clés comme la « santé » ou le « numérique ». En effet, les projets étudieront le comportement cellulaire lors de dysfonctionnement lié à des cancers ou différentes maladies tandis que le fonctionnement du centre demandera de mettre au point des techniques pour l’analyse, le traitement ou le stockage de données. C'est un moyen d'intensifier la lutte contre le cancer. 
     
  • Aide à l'acquisition d'un nouvel irradiateur de configuration unique à haut débit de dose à l'Institut Curie (560.000 euros). Le projet Flash Thérapie vise, dans le cadre de la radiothérapie utilisée pour le traitement des cancers, la mise en place d’approches innovantes réduisant la sensibilité des tissus sains à l’irradiation tout en maintenant l’efficacité du traitement sur la tumeur. Il est donc d’une importance cruciale pour les progrès de l’efficacité de la radiothérapie et donc pour renforcer la lutte contre le cancer.
     
  • Sur les 36 allocations de recherche financées en 2017 et 2018 dans le cadre d’appels à projets spécifiques « santé », 16 ont été dédiées à la cancérologie (11 en 2017 et 5 en 2018).

Pour que recherche, médecins, patients, entreprises, doctorants et étudiants puissent se rencontrer, échanger et travailler ensemble, la Région accompagne les lieux d'innovation intégrés afin de répondre au plus près aux besoins de santé :

  • L’université Paris Diderot et l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) sont les partenaires historiques du Centre Meary, localisé au cœur de l’hôpital Saint-Louis. Son objectif est de développer des programmes de médecine personnalisée en hémato-oncologie et en biothérapies, de contribuer à en développer et en valoriser les outils technologiques et les procédures, et de faire la preuve de ce concept en l’incluant dans le parcours des patients. Il s’appuie sur des partenariats avec les entreprises privées. La Région a participé à son financement en 2015 et 2017 pour près de 1,5 million d'euros

L'action régionale se diffuse aussi auprès du biocluster Cancer Campus, du pôle de compétitivité Medicen et des start-up et entreprises de la santé :

  • La Région soutient notamment l’association Cancer Campus qui se compose de huit membres : Gustave-Roussy, AP-HP, université Paris-Sud, CCI du Val-de-Marne et les collectivités locales (Région Île-de-France, EPT12, CD94, Ville de Villejuif). Ce biocluster a porté, dès sa création en 2007, la réalisation à Villejuif (94) d’un pôle d’innovation d’ambition mondiale dédié à l’innovation en oncologie et en santé. Inaugurée en 2011, la pépinière d'entreprises Villejuif Bio Park est la 1re pierre du projet. Elle a accueilli 37 entreprises depuis son ouverture, dont 50 % travaillant sur des applications en oncologie.
     
  • Elle apporte également son soutien aux projets collaboratifs portés par Medicen, le pôle de compétitivité santé en Île-de-France, à travers des aides aux entreprises. Plus de 40 millions d'euros ont ainsi été alloués à une centaine de membres du pôle dont :
    • La start-up Vita DX, qui développe une Intelligence artificielle au service de la détection précoce du cancer de la vessie. Engagée dans la lutte contre le cancer, la start-up lauréate de l'aide Innov'up proto 2017, a bénéficié d'une subvention de 53.000 euros.
    • Basecamp Vascular, qui a mis au point un nouveau type de cathéter-guide pour faciliter le passage dans certaines veines. Lauréate de l'appel à projets Innov'up leader PIA 2018, elle bénéficiera d'une aide régionale de 257.000 euros.