Publié le 7 mai 2020
Mis à jour le

Covid-19 : les aidants font face au confinement

Crédit photo : DR

Olivier Morice, délégué général du collectif Je t’aide, que la Région soutient, fait le point sur les conditions de confinement des aidants en France. Il apporte un éclairage sur leur rôle dans le système de santé et les ressources dont ils disposent.

La Région soutient Je t'aide

Je t'aide

Collectif rassemblant 28 associations, Je t’Aide a pour mission d’accompagner et d’accélérer la reconnaissance des aidants. La Région le soutient dans le cadre d'un appel à projet annuel.

Plus d'infos sur Je t'aide.

Avec le confinement, les personnes qui s’occupent d’un proche à domicile ont été contraintes de prendre quotidiennement le relais des soignants, de l’hôpital. Ces invisibles du système de santé ont confirmé à cette occasion leur rôle crucial. 

Les proches aidants reconnus depuis 2019

Quel est le statut des aidants aujourd’hui en France ?

Olivier Morice : Un statut est une somme de droits qui visent la reconnaissance. Pour les aidants, on est encore loin du compte. Leur droit au répit, acté en 2016, est, dans les faits, très difficile à atteindre. L’an dernier, nous avons obtenu une avancée intéressante : un plan national pour les aidants. Ce plan va contribuer à accompagner la transition démographique. Il doit être mis en place à partir d’octobre 2020. Son action phare : un congé indemnisé, fruit de la mobilisation de nombreuses associations. C'est enfin un peu de reconnaissance de leur prise en charge des aînés, de leur retraite, de leur rôle dans le système de santé. La connaissance des aidants progresse réellement. On se rend compte qu’ils sont une vraie force sociétale. Les aidants représentent en France 11 millions de personnes. 

L’an dernier, nous avons obtenu une avancée intéressante : un plan national pour les aidants, dont l'action phare est un congé indemnisé. » 
Olivier Morice, délégué général de Je t’aide

Les aidants réalisent les soins de leurs proches confinés

Quelles sont les problématiques exacerbées pour les aidants pendant le confinement ? 

O. M. : Les différentes formes d’assignations que nous vivons depuis le début de la crise sanitaire ont été encore plus brutales pour les aidants. Les hôpitaux ont tenu le coup parce que de nombreux aidants ont récupéré chez eux des patients hospitalisés. Ce qui a permis d'augmenter les capacités des services de réanimation. Cette situation a impacté directement le niveau de stress des aidants. Beaucoup ont des idées noires, sont fatigués, épuisés… Leur rôle de colonne vertébrale du système de santé est invisible alors qu’ils réalisent 70% des soins de leur proche malade : stimulation, hygiène, prise de repas, démarches administratives. Ils sont leur assistant social, leur psychologue, leur infirmier. 

Les aidants sont la colonne vertébrale invisible du système de santé : ils réalisent 70% des soins de leur proche malade. »
Olivier Morice, de Je t'aide

En quoi jouent-ils un rôle important dans cette crise?

O. M. : Avec la crise sanitaire, les aidants ont souvent dû : 

  1. Récupérer un proche à l’hôpital, considéré comme un patient à risque, pour libérer des lits destinés aux patients atteints du Covid-19. Cette sortie d’hôpital est très compliquée. Elle est très peu accompagnée. On vous appelle du jour au lendemain, par exemple, pour vous dire de venir chercher votre père âgé et diabétique, sous dialyse, qui nécessite de soins infirmiers constants. Et vous devez l’accueillir chez vous.
  2.  Souvent remplacer les professionnels du secteur sanitaire : les aidants doivent faire des soins infirmiers 24h/24 et 7j/7 pour pallier l’insuffisance actuelle des soins infirmiers à domicile. Ils ont souvent été briefés par les infirmiers mais ne sont pas formés. On doit considérer qu’ils travaillent.  

Écoute et reconnaissance pour les aidants 

Quelles ressources/dispositifs leur proposez-vous pendant le confinement ? 

O. M. : Je t’aide est un collectif de 28 structures quotidiennement impliquées auprès des aidants. Ces associations ont dû fermer leurs portes avec le confinement. Pour continuer de répondre à la souffrance et l’épuisement des aidants, elles ont mis en place des lignes d’écoute avec des psychologues par exemple. Notre site Internet recense tous ces dispositifs.

Qu'attendez-vous de l'après-crise sanitaire?

O.M : L’association Je t’aide prépare des actions pour montrer aux pouvoirs publics l’importance des aidants pendant cette crise. Nous avons lancé, pour cela, une étude avec un questionnaire en ligne. Nous sommes accompagnés par un sociologue et un cabinet d’étude dans cette démarche. Cette base scientifique qualitative et quantitative vise à montrer ce qui s’est vraiment passé pendant le la crise sanitaire et à quel niveau les aidants ont pris le relais des soignants. On ne veut pas qu’ils soient les oubliés de cette crise sanitaire.