Publié le 6 mai 2020

Covid-19 : 3 mesures d'urgence pour l’agriculture francilienne

Crédit photo : Guillaume Binet / MYOP

Les agriculteurs franciliens continuent de travailler durant la crise sanitaire, pour nourrir les Franciliens. La Région et la Chambre d’agriculture s'associent pour leur venir en aide. Elles vont consacrer 3,5 millions d'euros à la vente directe et à leur relance économique. Tout en orchestrant une aide alimentaire d'urgence pour les plus démunis.

Le premier effet de la crise du Covid-19 sur l’agriculture francilienne est un regain d’attractivité pour les produits locaux. La Région Île-de-France souhaite ancrer durablement cet engouement pour la consommation de proximité.

3,5 millions d'euros débloqués par la Région, en partenariat avec la Chambre d'agriculture de région Île-de-France, pour venir en aide aux filières agricoles. »

Urgence alimentaire : un programme régional avec la Chambre d’agriculture 

Parce que la crise aggrave la précarité de nombreux Franciliens qui ont désormais du mal à se nourrir, une réponse alimentaire urgente et solidaire aux plus démunis est apportée par la Région, en partenariat la Chambre d’agriculture de région Île-de-France. 

La Région va financer l’achat de produits agricoles et alimentaires par les associations caritatives auprès des agriculteurs franciliens.

Vente directe : 1 million d’euros pour soutenir les initiatives agricoles

Les produits de la marque « Produit en Île-de-France » vendus en drive, en livraison « sans contact »...

Découvrez en interviews les modes de vente innovants, liés à la crise du Covid-19, de Sophie, pâtissière à Médan (78), et d'Édouard, volailler à Jouarre (77).

Votre producteur-vendeur de produits locaux a-t-il un système de vente adapté à la crise sanitaire ? Retrouvez la liste complète des initiatives des producteurs de la marque « Produit en Île-de-France ».

Du côté des consommateurs franciliens, on constate un regain de confiance pour le local et les circuits courts. Les producteurs franciliens s’adaptent à la fermeture de leurs débouchés traditionnels, restauration et marchés, avec de nouveaux systèmes d’approvisionnement et de distribution.

La Région veut aider les agriculteurs à accélérer cette transformation des circuits de commercialisation.

Elle propose de bonifier ses aides à l’investissement pour la création de points de vente directe. Le taux de l’aide sera exceptionnellement relevé à 70% pour les projets de : 

  • Drives fermiers, 
  • Magasins de producteurs, 
  • Box fermières (réception régulière, sur abonnement, de colis contenant des produits fermiers),
  • Boutiques de vente à la ferme…

Une enveloppe de 1 million d’euros sera consacrée à cette mesure.

Soutenir la filière horticole

Certains secteurs souffrent particulièrement de la disparition de leurs débouchés, notamment les horticulteurs et les pépiniéristes.

Pour soutenir cette filière, la Région : 

  • Apportera une aide d’urgence au cas par cas, 
  • Relancera le marché par la commande publique.

Les exploitations spécialisées, qui réalisent d’ordinaire 80% de leur chiffre d’affaires entre mars et juin, en arrivent à détruire les plants, faute d’alternative. Un fonds d’urgence de 1,5 million d’euros est débloqué pour les exploitations les plus en difficulté, qui n'ont pas pu vendre leur production à cause de la crise sanitaire . Il prendra la forme d’aides de trésorerie.

Les maraîchers et éleveurs en grande difficulté seront également éligibles à ce fonds d’urgence.

La Région s’engage par ailleurs à acheter aux producteurs franciliens pour 1 million d’euros d' arbres et végétaux, qui seront plantés au siège de la Région, à Saint-Ouen (93) et dans les lycées d’Île-de-France. Une mesure qui s'articule avec le Plan vert régional. La Chambre d’agriculture de région Île-de-France accompagne ce projet avec le recensement cartographique des entreprises horticoles et pépiniéristes locaux et la nature des végétaux à planter d’urgence.