Publié le 12 novembre 2019

7 étudiants franciliens en design exposés à Dubaï

Global Grad Show

Crédit photo : Global Grad Show

Les créations de 7 Franciliens sont  présentées au grand rassemblement de jeunes designers au monde, du 12 au 16 novembre 2019 aux Émirats arabes unis. Des étudiants soutenus par la Région, qui contribuent au rayonnement de l’Île-de-France par leur talent, leur créativité et leur capacité d’innovation.

 

 

Chaque année, 150 projets d’étudiants ingénieux, issus des principales écoles de design et de technologie du monde, participent au Global Grad Show, le plus grand rassemblement de designers étudiants diplômés au monde.

Pour l’édition 2019, organisée durant la Semaine du design, du 12 au 16 novembre à Dubaï (Émirats arabes unis), la France, qui est l'un des 45 pays présents, est au rendez-vous et, à travers elle, l'Île-de-France.

7 jeunes designers de 4 établissements supérieurs franciliens en design (Strate école de design, école Boulle, ENSCI-Les Ateliers, université de Paris-Saclay) y présentent leurs projets de fin d’études. Sur des thèmes variés : la santé, l'assistance sociale, les handicaps, la biodiversité, la pollution de l'eau, l'agriculture et les villes durables. Zoom sur cette nouvelle génération de designers, qui imagine un monde plus équitable, durable et prospère.

Le Global Grad Show renforce l'attractivité de l'Île-de-France

La Région est à l’origine de la participation des établissements d’enseignement supérieur franciliens au concours du Global Grad Show. Elle prend d'ailleurs en charge une partie de leurs frais. Son objectif : faire rayonner à l’international les atouts et l’attractivité de l’Île-de-France dans le secteur du design.

Maxime Louis-Courcier – École nationale supérieure de création industrielle (ENSCI) Les Ateliers

Son projet : « Matières specifiques »

Maxime Louis-Courcier
Maxime Louis-Courcier (DR)

« Matières Spécifiques » s'interroge sur la conception et l'utilisation des appareils ménagers dans la maison, où les objets à forte consommation d'énergie et à l'obsolescence programmée sont devenus la norme.

« La force du design français, c’est sa diversité, estime Maxime Louis-Courcier. Il ajoute concernant l'événement de Dubaï : C'est une chance qu'un pays qui possède une grande richesse s'intéresse à des projets qui visent à améliorer le confort de vie. »​​​

 

Fanny Pellier – École Boulle

Son projet : « Compagnon de turbulences »

Fanny Pellier
Fanny Pellier (DR)

Fanny Pellier a créé une série de 3 jouets pour aider les enfants à se concentrer à la maison, à canaliser l’énergie et à établir de meilleures relations avec leurs parents.

Elle aime dans le design français « son ancrage dans les métiers d’arts et de l’artisanat local » et « ses savoir-faire sans cesse revisités de manière toujours plus contemporaine ». « Il y a une réelle nécessité dans l’environnement actuel à faire perdurer ces savoir-faire de notre patrimoine et de notre identité », souligne-t-elle.

 

Mitja Behnke – Strate école de design

Son projet : « InEurope – A manifesto for Solidarity Borders »

Mitja Behnke
Mitja Behnke (DR)

Répondant à un climat de vigilance accrue, « InEurope » propose un système de contrôle des frontières fondé sur la solidarité.

« Je pense que la culture française contribue grandement au design par sa sensibilité, sa sensualité et son art de vivre enrichi de son histoire artistique, philosophique et scientifique », explique Mitja Behnke.

À propos du Global Grad Show, il y voit « une chance en tant qu’étudiant pour faire connaître (son) projet, et d’ouvrir le débat autour des enjeux humanitaires que traverse actuellement l’Europe. »  Au-delà, « ce sera l’occasion de confronter le rôle du design dans la politique aux visions d’autres cultures. C’est aussi une grande chance d’y représenter la France en tant que culture d’innovation. » 

 

Christelle Zheng – Université de Paris-Saclay

Son projet : « La butinerie »

Christelle Zheng
Christelle Zheng (DR)

« La butinerie » répond à une migration d'insectes vers les villes, en fournissant un habitat sûr pour une variété d'insectes pollinisateurs en milieu urbain. 

« Je constate aujourd'hui que le design gagne en ampleur dans les entreprises françaises, c'est encourageant, témoigne Christelle Zheng. Centré sur l'humain, il peut contribuer à réhumaniser nos rapports à l'autre et nos manières d'habiter le monde. »

 

Sacha Buliard – École Boulle

Son projet : « Unlearn, partition ouverte vers une conscience corporelle »

Sacha Buliard
Sacha Buliard (DR)

« Unlearn » est un tapis sensible qui permet aux personnes de se réveiller et de se connecter à leur corps dès qu'elles se lèvent.

« La force du design français, c’est la qualité de l’enseignement, explique Sacha Buliard. Mes années à l’École Boulle m’ont permis d’avoir accès à un cadre, un temps, un espace pour développer et expérimenter des recherches extrêmement personnelles et plurielles. »

Participer au Global Grad Show est « une chance inestimable pour mon travail d’atteindre une large visibilité, ajoute-t-elle. C’est aussi une occasion de rencontrer des professionnels et investisseurs, de recueillir leurs ressentis et de développer avec eux des partenariats. C’est enfin valoriser le design francilien et le travail de ses écoles, de ses étudiants ainsi que de ses tuteurs. »

Clémence Guyot – Strate école de design

Son projet : « Bariair »

Clémence Guyot
Clémence Guyot (DR)

« Bariair » est un système de circulation d'air qui permet aux patients atteints par le cancer de réguler les odeurs autour de leur lit d'hôpital.

« Le design en France est en pleine évolution vers l'intégration de problématiques sociales avec la transformation des territoires, avec un regard nouveau porté sur des quartiers », observe Clémence Guyot. 

« Cela oriente notre travail vers l’amélioration de la vie courante des habitants, poursuit-elle, enrichit notre réflexion sur certains aspects du quotidien comme le vivre ensemble, l’inclusion ou notre rapport à l’environnement. » 

Camille Menard – École Boulle

Son projet : « Self Esteem Shapers »

Camille Menard
Camille Menard (DR)

Alors qu'un nombre croissant de jeunes se tourne vers une gestion méticuleuse de leur corps, ce projet explore et tourne en dérision ce comportement à travers la conception d’une ligne d'équipement d'exercice domestique.

« Ma participation au Global Grad Show m’encourage et me conforte dans ma démarche de vouloir ouvrir des brèches dans le conformisme ambiant, raconte Camille Menard. C’est une marque de reconnaissance pour la posture que je défends. »