x

Avant les Jeux olympiques et paralympiques. En savoir plus

Que peut-on faire pour vous ?

Découvrez les aides régionales, services numériques et actualités qui correspondent à votre profil sur nos espaces personnalisés.

La ligne 14 prolongée met l'aéroport d'Orly à 25 mn du centre de Paris

15 km de voies supplémentaires

En direct du territoire

Accédez aux espaces qui vous correspondent

Les événements près de chez vous

« Région Île-de-France le mag » Été 2024

La magazine de la Région

Feuilletez le n°6 du magazine de la Région Île-de-France. Au programme : votre été olympique et une foule d'activités culturelles, sportives et de loisirs pour la période estivale.

  • Magazine thématique active

« Région Île-de-France le mag » - Hiver 2024

Télécharger
  • Magazine thématique active

« Région Île-de-France le mag » Automne 2023

Télécharger
  • Magazine thématique active
Couverture « Région Île-de-France le mag » Été 2023

« Région Île-de-France le mag » Été 2023

Télécharger

Le budget 2024 de la Région Île-de-France (en millions d'euros)

    Podcast : Jeux 2024, le tremplin francilien

    Journaliste : Vous écoutez "Jeux 2024 Le tremplin francilien", un podcast de la Région Île-de-France tourné au cœur des derniers préparatifs des Jeux olympiques et paralympiques. Champions du monde, acteurs culturels, bénévoles, travailleurs de l'ombre, tous sont déjà quotidiennement engagés avec ténacité et enthousiasme dans les prochains Jeux. Et tous ont bénéficié du soutien de la Région à travers leur histoire. Découvrez l'héritage durable des Jeux 2024 pour les Franciliens.  

    Lucile Morice : L'enjeu principal, c'est vraiment que les jeunes puissent se découvrir des vocations, se dire artistes, sportifs comme on dit. Il y a un terme qui est sorti, c'est "arthlète". Ça définit bien l'époque dans laquelle on vit aujourd'hui.  

    Journaliste : Marier l'art et le sport, allier le muscle et l'esprit, comme disait Pierre de Coubertin, l'ancien président du Comité international olympique, voilà ce qui pourrait être la devise de cette année en Île-de-France. Pour valoriser la complémentarité du sport et de la culture, la Région développe depuis 2021 une programmation variée pour tous les Franciliens : l'Olympiade culturelle des Jeux olympiques et paralympiques 2024. Budget : 3 millions d'euros. Objectif : développer des projets labellisés portés par des acteurs culturels et sportifs habitant en Île-de France. Les Franciliens pourront ainsi et par exemple, découvrir un tour à bicyclette de l'Orchestre national d'Île-de-France, un parc d'attractions littéraires au cœur des Jeux ou encore une grande et époustouflante parade urbaine inventée par les jeunes de Seine-Saint-Denis intitulée "On ne va pas se défiler ". Pour en parler, Lucille Gomez, danseuse breakeuse, présidente de l'association Expressions urbaines, elle dirige, elle, un projet labellisé mouvant et itinérant "la Caravane d'Île-de-France". Le jour de notre rencontre, elle se trouvait au cœur de l'île de loisirs de Vaires-sur-Marne pour la semaine olympique.  

    Lucile Morice : L'objectif de la caravane, c'est vraiment de promouvoir le sport, l'art et notamment les cultures urbaines, les sports urbains. Cette fameuse caravane Airstream américaine vintage se déploie principalement dans des parcs, des parvis. Le but c'est que ce soit accessible à tout le monde du coup, et que les gens puissent sortir de chez eux et qu'ils aient directement accès à tout ça, qu'ils puissent s'initier. Voilà, on essaie de s'implanter au plus proche des gens.  

    Animateur : S'il vous plaît, faites un maximum de bruit pour Vagabond Crew s'il vous plait.  

    Journaliste : S'initier au coin de la rue et à tout âge, au break, au graffiti, au basket 3-3, au beatmaking, l'offre est gratuite et plurielle. Ce jour-là, la caravane démarre sa tournée. 30 dates les mercredis, samedis et dimanches jusqu'au 23 juin. Sur l'île, sous le soleil, le vent et au bord de l'eau, près de 1200 enfants sont venus essayer plus de trente sports différents. Ils découvrent alors des ateliers, des entraînements et de nombreux spectacles. L'ambiance est à la fête et à l'émerveillement.  

    Animateur : OK. Il est membre actif du groupe Vagabond Crew. Il fait partie du Top dix actuellement des meilleurs breakers du monde. Il est officiellement le premier qualifié français pour la catégorie Breaking aux Jeux Olympiques de Paris 2024. Faites un maximum de bruit pour Bboy !  

    Anna : Alors moi, je m'appelle Anna, j'ai treize ans. Et aujourd'hui on est là pour découvrir la base nautique et découvrir les sports des JO.  

    Baptiste : Moi c'est Baptiste, j'ai neuf ans.  

    Warren : Moi, c'est Warren, J'ai dix ans.  

    Malone : Moi, c'est Malone. J'ai neuf ans.  

    Journaliste : Vous habitez où ?

    Malone : À Torcy. On est déjà venu beaucoup de fois. En tout cas, moi.  

    Warren : Moi Je suis jamais venu.  

    Moi, je fais du kung fu, je fais du hip hop, je fais de la piscine. Et bah c'est... Ah oui c'est bon.  

    Ce que j'aime bien ici. Moi, j'aime bien. J'aime bien... Tout !  

    Journaliste : À quelques pas de Anna et ses amis, devant la caravane itinérante et brillante, une scène sur laquelle des breakers mènent des ateliers. Cet après-midi, des dizaines d'enfants et d'adolescents dansent et mènent une battle, ivres de joie.  

    Animateur : C'est parti. On va passer à la délibération. Écartez-vous un peu. Vous mesurez ? Vous avez les drapeaux. Attention à la une, à la deux, à la trois.  

    Journaliste : [...] mais c''était trop bien...  

    Enfant 1 : Moi j'aime bien danser personnellement et du coup c'est fun de pouvoir danser tous ensemble et de faire une petite battle. [...] donné de l'ambiance...  

    Enfant 2 : Moi personnellement, je ne savais pas très bien danser, mais là on a un peu appris à danser.  

    Enfant 3 : On fait n'importe quoi même en fait quelque chose,.  

    Enfant 4 : ...et on peut se défouler. Par exemple, si t'as passé une mauvaise journée et que tu fais ça, bah c'est comme si t'avais pas passé de mauvaise journée.  

    Journaliste : Autour de Lucille, les membres de son association Expression urbaine : des chorégraphes, musiciens, régisseurs ou graffeurs. A eux seuls, ils mènent la danse.  

    Lucile Morice : La caravane, Ce n'est pas seulement un spectacle, ce n'est pas seulement des activités, des prestataires externes. Non, c'est vraiment nous. De A à Z, on est une équipe d'une quinzaine de personnes et on fait tout. Donc on monte la caravane, la scène, les activités autour et on démonte le soir même. Donc c'est beaucoup de travail, mais on est tous prêts et c'est une fierté, vraiment, d'avoir été choisis pour déployer la caravane.  

    Journaliste : À l'arrière de la scène et devant des tables et machines clignotantes, un musicien guide un petit groupe d'enfants d'une dizaine d'années.  

    Animateur 2 : Alors en fait, moi je vais vous dire, vous avez utilisé trois éléments principaux : le rythme, que vous avez utilisé naturellement, en fait, avec les grosses caisses, les caisses claires, la basse et puis ce que vous avez rajouté en dernier, c'est à dire les mélodies. Bravo les gars.  

    Enfant 5 : Ça ben on apprend un peu les sons de la musique, on apprend tout ce qu'on peut faire avec. Et oui, moi j'ai bien aimé cet atelier. J'aime bien le fait de créer une chanson, des bruits qui après forment un fond comme dans une chanson.  

    Journaliste : A quoi ça ressemble la chanson que vous êtes en train de créer ?  

    Enfant 5 : A la faire écouter. [...] c'est la première fois qu'on fait ça et je trouve qu'on s'est pas mal débrouillés. C'est trop mécanique pour moi.  

    Enfant 6 : Par exemple, là, je ne sais pas à quoi il sert ça aussi.  là, je sais pas ça sert à quoi.  

    Journaliste : T'appuie sur tous les boutons, là.  

    Enfant 7 : Je sais pas pourquoi mais la musique, elle a en même temps que ce qu'on fait. La musique est meilleure quand on invente.  

    Animateur 2 : Vous avez touché à tous les boutons, les gars. Là, c'est bon, ça marche, on retrouve votre morceau. Ça, c'est ce que vous avez créé en quinze minutes.  

    Enfant 5 : En quinze minutes ?  

    Animateur 2 : Ben oui !

    Journaliste : À l'aube de leur tournée d'été, Lucile a les yeux qui pétillent tout en attendant impatiemment les épreuves olympiques de breaking qui se tiendront place de la Concorde cet été, elle avance et travaille sereinement, fière du travail accompli ici, en Île-de-France.  

    Lucile Morice : Ben moi, de toute façon, je suis une enfant de l'Île-de-France. J'ai grandi à Chelles dans le 77. Je suis dans le 93 aujourd'hui mais ça fait deux ans que je travaille avec l'Île-de-France, du coup avec la Région. Et en fait il y a énormément de choses qui sont proposées, beaucoup de financements. On peut croire que c'est difficile et que c'est pas forcément accessible, mais en fait, faut y aller. Si j'ai un message aussi à donner, c'est que moi je suis partie de rien, vraiment. J'ai pas de diplôme, j'ai pas de bac, j'ai pas fait d'études. Donc voilà, j'ai osé pousser les portes et en tout cas la région m'a ouvert grand la porte et je les remercierai jamais assez. Je dis souvent un truc, c'est que c'est pas très très positif ce que je vais dire, mais les prochains Jeux Olympiques en France, on sera plus là. C'était il y a 100 ans, les derniers Jeux et pour le vivre, c'est cette année, c'est en 2024. Après il y aura et je suis fière aussi d'en faire partie et d'organiser toutes ces manifestations autour de ça.  

    Animateur : Quel honneur, quel honneur d'avoir ce groupe parmi nous. Franchement la culture, la culture, c'est du lourd ! Vous êtes prêts ou quoi ? Hein? On reste authentiques jusqu'au bout.  

    Journaliste : C'était "Jeux 2024 le tremplin francilien", un podcast de la Région Île-de-France. Merci à Lucile Gomez, à tous les membres de la caravane d'Île-de-France et merci aux jeunes sportifs qui se sont emparés du micro. Abonnez-vous à l'émission pour ne pas manquer le prochain épisode. Et enfin, vous retrouverez toutes les informations relatives à l'Olympiade Culturelle sur le site de la Région Île-de-France ainsi que le parcours de la caravane d'Île-de-France.  La Caravane d'Île-de-France qui viendra au pied de chez vous aux 4 coins du territoire, d'Arbonne-la-Forêt à Achères en passant par exemple par Saint-Maur-des-Faussées ou Chelles. 

    Le Creps, fleuron régional de la formation sportive

    Le Conseil régional d'Île-de-France

    Comment ça marche ?

    ► Le Conseil régional (assemblée délibérante de la Région) est composé des 209 conseillers régionaux. Il vote les orientations de la politique régionale et le budget annuel.

    Prochaines séances : 11 septembre (SDRIF-E), 26 septembre, 14 novembre (orientations budgétaires), 18-19 décembre 2024 (budget).

    ► La Commission permanente (assemblée restreinte de la Région) est composée de l'exécutif (la présidente et 15 vice-présidents) et de 53 autres conseillers régionaux. Elle vote l'attribution des subventions en application de la politique régionale.

    Prochaines séances : 27 septembre, 15 novembre 2024.

    Prochaine séance du Conseil régional (SDRIF-E)

    Date de l'arrêté 11 septembre 2024