Publié le 6 février 2020

Agriculture biologique : Valérie Pécresse annonce des mesures de soutien en 2020 pour les agriculteurs franciliens en conversion et en maintien, et de nouvelles perspectives pour la filière régionale

Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France, Alexandra Dublanche, Vice-présidente chargée du Développement économique, de l'Attractivité, de l'Agriculture et de la Ruralité, et Marianne Duranton, Conseillère déléguée à la mise en œuvre des circuits courts et du bio dans les lycées, ont réuni ce jour les représentants des acteurs franciliens de l'agriculture biologique pour faire un point de situation et examiner les difficultés auxquelles sont confrontés de nombreux agriculteurs en raison du désengagement de l'État, qui a arrêté à la fois le financement de l'aide au maintien de l'agriculture biologique et celui de l'Agence de l'eau Seine-Normandie pour le soutien à l'agriculture biologique.

Face au désengagement financier de l'État, Valérie Pécresse a annoncé que la Région assumerait le maintien en 2020 de toutes les aides versées aux agriculteurs bio franciliens au même montant qu'en 2019. La Région Île-de-France prend, une fois de plus, ses responsabilités pour que l'aide perçue par les agriculteurs en maintien comme en conversion soit constante malgré leur abandon par l'État.

Valérie Pécresse a également annoncé que la Région organiserait avant l'été des Assises régionales de l'agriculture biologique afin de construire une vraie filière régionale du bio, organisée, performante et compétitive, qui permette de massifier les productions, d'optimiser la logistique et de prendre sa place sur un marché de 12 millions de consommateurs franciliens avides de local et de bio. Adapté à la situation nouvelle qui est celle de la capacité de la filière à capter les débouchés, un nouveau Plan régional Bio sera présenté et soumis au vote du Conseil régional avant la fin de l'année 2020.

Enfin, Valérie Pécresse a rappelé que la Région Île-de-France était en passe d'atteindre son objectif de triplement des surfaces en agriculture biologique à l'horizon 2020, fixé dans le Pacte agricole régional adopté en mai 2018. En trois ans, les surfaces cultivées en bio ont doublé pour atteindre près de 30 000 hectares certifiés ou en cours de certification. De lanterne rouge en 2015, la Région est passée au rang de première région de France pour le nombre de conversions pour l'année 2018, et de nouveau en 2019.