Publié le 27 octobre 2021

« Sauvons nos monuments » : votez pour votre préféré, à restaurer en priorité

Sauvons nos monuments 2021 - mosaïque

Crédit photo : Région Île-de-France

Contribuez à la préservation du patrimoine près de chez vous en participant à une opération organisée par « Le Parisien » et dartagnans.fr en partenariat avec la Région. Du 26 octobre au 7 novembre 2021, votez en ligne pour celui des 16 monuments en compétition que vous voulez voir sauvé par-dessus tout. La Région soutiendra la restauration de 1 monument par département, soit 8 au total.

Sauvons nos monuments 2021 - bandeau

200 millions d'euros pour le patrimoine

Entre 2016 et 2021, la Région aura consacré 200 millions d'euros au patrimoine sous tous les angles :

  • Restauration,
  • Valorisation,
  • Emploi et formation,
  • Recherche et innovation.

Plus d'infos.

 

La Région, qui soutient la restauration de sites patrimoniaux toute l'année, soutiendra aussi celle des 8 monuments ou pièces uniques, situés en Île-de-France, qui seront désignés gagnants de l'opération « Sauvons nos monuments ».

Participez à « Sauvons nos monuments » en votant en ligne avant le 7 novembre 2021

Organisée par Le Parisien et le site de financement participatif dédié à la préservation du patrimoine culturel dartagnans.fr en partenariat avec la Région, cette opération, dont une 1re édition s'était déroulée en 2019, vous permet de contribuer au sauvetage des monuments en péril près de chez vous très simplement :

Du 26 octobre au 7 novembre 2021, votez en ligne (en cliquant sur le bouton rouge ci-dessous), pour celui des 16 monuments en compétition que vous voulez voir sauvé en priorité (situé dans votre département ou ailleurs en Île-de-France).

Attention : 1 seul vote pour 1 seul monument par personne.

 

Votez pour votre monument préféré sur sauvonsnosmonuments.fr

 

16 monuments en compétition, 8 gagnants aidés par la Région au final

Pour chacun des 8 départements d'Île-de-France, 2 monuments sont en lice. D'où 16 au total. 

Au final, il y aura 1 monument gagnant par département, soit 8 gagnants en tout.

À la clé pour chaque gagnant :

Voici, département par département, les monuments en compétition...

Paris (75)

L’église Notre-Dame-du-Bon-Conseil

Située dans le 18e arrondissement de Paris, l’église Notre-Dame-du-Bon-Conseil abrite un ensemble de vitraux datant des années 1930-1940 unique, qui est aujourd'hui en péril. Une restauration est à prévoir en urgence. Elle nécessite l'installation d'échafaudages et l'intervention d'un atelier de peintre verrier spécialisé, qui assurera la dépose, la restauration et la repose des vitraux.

Sauvons nos monuments 75

Le bateau-pompe « Le Lutèce »

Le Lutèce est un bateau-pompe en acier construit par les ex-chantiers navals franco-belges de Villeneuve-la-Garenne (92) pour permettre aux pompiers de Paris de sécuriser l'Exposition universelle de 1937. Il s'agit de substituer à l’ancien moteur un élément de nouvelle génération, entièrement électrique, et de positionner les cuves de telle sorte qu’elles occupent moins d’espace. Mais l'essentiel sera conservé : des éléments de pompe à eau et la tuyauterie aux courbes galbées, sinueuses, boulonnées et naturellement… rouges !

Sauvons nos monuments 75

 

Seine et Marne (77)

Le costume historique de Cyrano de Bergerac à Couilly-Pont-aux-Dames

La célèbre pièce d'Edmond Rostand Cyrano de Bergerac fut jouée pour la première fois le 12 décembre 1897 au Théâtre de la Porte Saint-Martin, à Paris (10e). Et elle remporta immédiatement un succès tant public que critique. Succès qui perdure toujours. Le costume à restaurer est celui que porta l'acteur Constant Coquelin dans le rôle titre le soir de la première et de nombreuses fois par la suite. C'est d'ailleurs dans ce costume qu'il fut immortalisé par le célèbre photographe Nadar.​​​​​​

Sauvons nos monuments 77

L'abri conique antiaérien à Villenoy  

Visible au fond du parc de l’hôtel de ville, ce bâtiment haut de 18 m en forme de cône (ou de pain de sucre, comme l’appellent les Villenoyens) a été construit entre 1938 et 1940 pour protéger le personnel de la Sucrerie de Villenoy (77) des attaques aériennes. Car la proximité de la Marne et du Rutel, son affluent, empêchaient la construction en sous-sol. La forme conique présente des qualités aérodynamiques permettant de résister à l’effet de souffle en cas d’explosion d’une bombe à proximité. Il s'agit de restaurer et d’entretenir cet abri dont il n’existe qu’un seul exemplaire en France.

Sauvons nos monuments 77

 

Yvelines (78)

L'orgue de l’église Saint-Béat à Épône

Classée au titre des monuments historiques en 1931, l’église Saint-Béat d’Epône (78) abrite depuis 1902, tout en affichant un style roman, un orgue de style néo-gothique fabriqué par Aristide Cavaillé-Coll, l'un des plus grands facteurs d'orgue du XIXe siècle. Particularité de l'instrument :  il était destiné à l’origine à l’église d’Enghien-les-Bains (95). Entièrement restauré en 2008, l’orgue doit l'être à nouveau. Le sommier, pièce centrale, a en effet été endommagé par les canicules et doit être remplacé. 

Sauvons nos monuments 78

L'église Saint-Nicolas à Mézières-sur-Seine

L'église Saint-Nicolas de Mézières-sur-Seine (78) est classée au titre des monuments historiques depuis 1931. Construite au XIIe siècle, elle a été modifiée par la suite aux XIIIe, XVe et XVIe siècles. Cette année, l’intérieur doit être restauré. Il abrite notamment une magnifique statue de la Vierge à l'enfant polychrome du XVe siècle.

Sauvons nos monuments 78

 

Essonne (91)

La maison d’Alphonse Daudet à Draveil

Hameau de Draveil (91), Champrosay est devenu un lieu de villégiature très prisé dès 1840, grâce à la gare de Ris, accessible depuis Paris. L'écrivain Alphonse Daudet y achète, en 1887, une propriété où il passe tous ses étés. Il y écrit et y reçoit le tout-Paris des lettres et des arts : Maupassant, Zola, Tourgueniev, Loti, Rodin, Massenet, Nadar, Mistral, Proust... C'est d'ailleurs là qu'Edmond de Goncourt décède en 1896. Le jardin d'agrément comporte un bassin circulaire, un kiosque, une orangerie, des réservoirs d'eau de Seine, et l'« isba » en briques, une resserre à outils qu’Alphonse Daudet fit agrandir dès son arrivée pour la transformer en lieu de lecture et salle de billard. 

Sauvons nos monuments 91

L'église Saint-Aignan à Chalou-Moulineux

Village situé au cœur d'un magnifique vallon, Chalou-Moulineux (91) abrite une église romane à la longue histoire. Bâtie au XIe siècle, elle devint une commanderie des Templiers en 1185, jusqu’à leur élimination par Philippe le Bel au XIVe siècle. Elle connaîtra divers remaniements, dont la construction d'une voûte en berceau lambrissée couvrant la nef, au XVIe siècle, à la suite des guerres de religion. Le chœur à chevet plat, voûté d’ogives, est aujourd'hui parcouru de fissures. Une étude menée en 2014 montre que les travaux sont urgents. Si l’édifice n’est pas stabilisé dans les plus brefs délais, les murs s’écarteront jusqu’à l’effondrement des voûtes, voire de l’église.

Sauvons nos monuments 91

 

Hauts-de-Seine (92)

Le boudoir Eugénie Renique à Bagneux

La maison Massena à Bagneux (92) a été le théâtre de plusieurs épisodes illustres de l'Histoire. Une pièce en particulier est le témoin d'un usage démodé mais chargé d'un imaginaire culturel riche : le boudoir aménagé par Eugénie Renique, la célèbre compagne du maréchal d’Empire Massena, notamment fameuse pour l’avoir suivi dans ses campagnes militaires. Aucune mesure de conservation-restauration n’ayant été déclenchée, une lente dégradation s'opère. Il s'agit de protéger le clos et couvert, de restaurer les peintures et d'ouvrir le boudoir et la maison à des visites pédagogiques.

Sauvons nos monuments 92

L'église Saint-Pierre-Saint-Paul à Clamart

Dédiée aux apôtres Pierre et Paul, l'église Saint-Pierre-Saint-Paul de Clamart (92) date du XIe siècle et est classée aux monuments historiques depuis 1928. La Ville souhaite relancer la restauration de son intérieur et y faire plusieurs aménagements, notamment pour répondre aux besoins de la paroisse. En parallèle, sur la base de l'étude préalable complète de restauration qui y a été menée, elle souhaite aussi lancer la restauration du clos et du couvert, travaux qui avaient été abandonnés faute de budget.

Sauvons nos monuments 92

 

Seine-Saint-Denis (93)

La voiture SNCF du « Capitole » à Saint-Denis

Aux abords du lycée Paul-Éluard de Saint-Denis (93), sur un terrain qui appartient à la Région, est stationnée une voiture-restaurant de la SNCF rare (seuls 42 exemplaires ont été produits) : datant de 1966, elle faisait partie des rames du Capitole, premier train à grande vitesse qui reliait Paris et Toulouse, un fleuron de la haute technologie de l'époque. Il s'agit de réhabiliter cette voiture-restaurant à l'abandon et de la transformer en café-restaurant culturel à destination des lycéens et des habitants du quartier.

Sauvons nos monuments 93

Le moulin du Sempin à Montfermeil 

Le moulin du Sempin est un moulin à vent de 8 m de diamètre et de 17 m de hauteur, construit en 1742 par le seigneur de Montfermeil. Actif jusqu’au milieu du XIXe siècle, il est abansonné, puis transformé en guinguette à la fin du XXe. Menacé par l’exploitation des carrières de gypse voisines, il est acquis par la municipalité en 1971, puis restauré par l’Association de sauvegarde du moulin de Montfermeil (sauvetage du bâti et mise en place d’installation énergétiques et de mouture). Début 2021 la Ville a décidé d'y relancer la production de farine. L’association Agrof’ île a gagné l'appel d'offres et doit lancer des tests fin 2021. Le moulin deviendra un exemple d'agro-écologie en contexte urbain. C'est-à-dire de réutilisation de patrimoine artisanal et architectural dans une logique actuelle de filière alimentaire responsable.

Sauvons nos monuments 93

Val-de-Marne (94)

L'église Sainte-Agnès à Maisons-Alfort

Construite de 1932 à 1933, l’église Sainte-Agnès de Maisons-Alfort (94) est classée au titre des monuments historiques en 1981. Cet édifice en béton armé est réalisé dans le style Art déco en vogue à l’époque. Aujourd’hui, la façade fait l’objet d’un projet de restauration, car certaines pierres se décollent des piliers. 

Sauvons nos monuments 94

Le muséum national d'Histoire naturelle à Paris (à la frontière du Val-de-Marne)

Le parc zoologique de Paris, site appartenant au muséum national d’Histoire naturelle, a réouvert ses portes en 2014, après plusieurs années de rénovation. Son emblématique Grand Rocher nécessite des travaux de restauration et d’aménagement. La structure en béton présente plusieurs désordres structurels, tels que la corrosion des armatures et un défaut d’étanchéité, qui constituent un danger à court terme pour sa stabilité . De plus, le Muséum souhaite mettre en œuvre des travaux d’aménagement afin de permettre l’organisation d’expositions temporaires et d’événements privés au sein du Grand Rocher.

Sauvons nos monuments 94

Val-d'Oise (95)

Le château de la Roche-Guyon

Le château de La Roche-Guyon (95) déploie son imposante silhouette des rives de la Seine jusqu'au sommet d'une colline. Adossée depuis le Moyen Âge à la falaise de craie, cette ancienne forteresse s’est métamorphosée au fil des siècles, confrontant avec élégance les styles architecturaux. Il s'agit de restaurer le réservoir troglodyte, qui alimentait en eau les cultures du potager-fruitier. 

Sauvons nos monuments 95

L'église Saint-Sulpice à Montsoult

Rebâtie durant la première moitié du XVIe siècle dans un style gothique flamboyant sur les vestiges d’une première église érigée au XIIe ou au XIIIe siècle, l’église Saint-Sulpice de Montsoult (95) est inscrite au titre des monuments historiques en 1926. Élevée sur un terrain instable, constitué de sables et d’alluvions, elle a fait l’objet de nombreuses reprises pour remédier à ce problème structurel. Lors d’une visite effectuée en décembre 2020, l’architecte des Bâtiments de France du Val-d’Oise a recommandé de procéder en urgence à l’étaiement de 1 ou peut-être 2 travées du vaisseau sud, avant d’engager d’autres restaurations. 

Sauvons nos monuments 95

Les étapes de l'opération « Sauvons nos monuments 

L'opération « Sauvons nos monuments », qui implique non seulement les 8 départements de l'Île-de-France mais aussi celui de l'Oise (zone couverte par les éditions locales du Parisien), a la forme d'un appel à projets en plusieurs étapes :

  • Du 30 avril au 5 octobre 2021 : appel à projets. Les propriétaires d'un monument (château, église, musée, moulin...) intéressés ont déposé leur candidature pour bénéficier d'une couverture médiatique et d'une campagne de financement participatif sur dartagnans.fr.
  • 18 octobre 2021 : annonce des projets en compétition par le comité de sélection final, composé des membres de la rédaction du Parisien, de dartagnans.fr et de la Région Île-de-France.
  • Du 26 octobre au 7 novembre 2021 : vote du public en ligne (2 projets en compétition par département d'Île-de-France, et 2 pour l'Oise).
  • 20 novembre 2021 : annonce des projets gagnants.
  • Du 20 novembre au 31 décembre 2021 : campagnes de financement participatif au bénéfice des projets gagnants sur la plateforme dartagnans.fr.