26 septembre 2017

Jardins ouverts 2017 : Dialogue avec Antoine Jacobsohn, directeur du Potager du Roi

Responsable du potager du Roi à Versailles
Crédit photo : Marion Lefebvre/Odessa/Picturetank

Antoine Jacobsohn, directeur du Potager du Roi à Versailles et jardinier, nous parle des enjeux de conservation et de formation du jardin, classé au titre des monuments historiques depuis 1926. Il revient également sur ses dialogues imaginaires avec Jean-Baptiste La Quintinie, le créateur du lieu, et nous donne un avant-goût de la visite qu’il proposera à l’occasion de Jardins ouverts.

En tant que directeur du Potager du Roi à Versailles, quel est votre rôle ?

Je suis jardinier, c’est-à-dire que ma mission première est de prendre soin d’un espace clos. Dans mon cas, il devient rare que j’aie de la terre sous les ongles à la fin d’une journée de travail. Il arrive d’ailleurs, parfois, même assez souvent, que cela me manque. J’ai plus un rôle d’entraineur d’équipe sportive ou de jardinier de jardinier. J’essaie de faire en sorte que les jardiniers avec qui je travaille s’épanouissent. Il me semble que c’est la seule manière pour qu’un jardin soit beau.

Quelles sont les missions, aujourd’hui, d’un potager aussi prestigieux, à la fois lieu de patrimoine, de culture et terrain de recherche ?

Le Potager du Roi est l’élément constitutif d’une école, plus précisément l’École nationale supérieure de paysage. Il a donc une mission de formation. De mon point de vue, cette mission passe d’abord par la sensibilisation à l’environnement mais aussi par la transmission de savoirs. Le Potager du Roi est une sorte de trésor de sensations : un lieu de découverte, de germination et de dissémination.

Vous êtes jardinier mais aussi écrivain et conférencier. Comment est née l’idée de votre ouvrage Dialogues avec La Quintinie ?

À travers ce livre, pouvant servir de guide pour les visites, je souhaitais présenter toute la richesse et la diversité du potager. Je voulais aussi faire en sorte que les visiteurs perçoivent le passé, le présent et même aussi un peu les perspectives à venir du Potager du Roi. Cet échange imaginaire avec le créateur du Potager, Jean-Baptiste de La Quintinie, permet ainsi à la fois de révéler la persistance et le respect des traditions mais aussi la modernité du jardin. Je me suis mis à la place du visiteur qui, dans un lieu chargé d’histoire, s’imagine qu’au détour d’un chemin, il pourrait rencontrer l’une des personnes qui a fait l’histoire.

Visite guidée par Antoine Jacobsohn sur le modèle d’un dialogue fictif entre lui et La Quintinie - Samedi à 15h
Le Potager du Roi, Versailles

 

Retrouvez tout le programme de Jardins ouverts