26 mars 2018

Politique de lutte contre les déserts médicaux : une nouvelle maison de santé à Cesson

maison santé cesson
Crédit photo : Conseil régional Ile-de-France

Dans le cadre de sa politique de lutte contre les déserts médicaux, la Région a aidé à l'ouverture d'une nouvelle maison médicale à Cesson (77).

Ouverture d'une maison de santé à Cesson (77) : la Région Île-de-France s'engage dans la lutte contre les déserts médicaux

Suivi des personnes âgées, suivi des patients atteints de maladies chroniques, en risque d’obésité, ou en situation de précarité. Tels sont les axes prioritaires de la nouvelle maison de santé pluridisciplinaire de Cesson (77), baptisée maison médicale Simone Veil, qui a ouvert ses portes en décembre dernier. La Région, qui a placé en tête des priorités de sa politique de santé la lutte contre les déserts médicaux, a apporté une aide de 300 000 € à l'ouverture de cette maison de santé.

 

Une maison de santé pluridisciplinaire et connectée

Installée dans l’ancien centre de tri postal de Cesson, route de Saint-Leu à côté de la mairie, la structure réunit une vingtaine de professionnels de santé : trois médecins généralistes, un chirurgien-dentiste, des infirmières, des kinésithérapeutes, un pédicure-podologue, des orthophonistes, un orthoptiste, une psychomotricienne, des psychologues et une diététicienne. Les praticiens travaillent via le partage de dossiers numériques et en lien avec les différents établissements publics (PMI, centres hospitaliers, EHPAD).

La maison médicale Simone Veil, inaugurée ce 28 mars, contribue ainsi à résorber la faible offre médicale à Cesson. La commune est d’ailleurs classée en « zone fragile » par l’Agence régionale de santé (ARS), qui vient d'étendre significativement la carte des territoires éligibles aux aides à l'installation de nouveaux médecins.

 

La Région en lutte contre les déserts médicaux
Depuis 2010, le nombre de médecins pratiquant en Île-de-France a baissé de 6%. Plus de 650 petites communes franciliennes n’ont pas de médecin généraliste, soit 430 000 Franciliens impactés.
Pour faire face à ce phénomène de désertification, la Région a pris des mesures concrètes telles que le financement des maisons de santé et l'aide à l’installation de médecins. En septembre 2017, elle a voté 3,5 millions d'euros pour lutter contre les déserts médicaux.