5 mai 2015

Une laverie mobile fait le tour des bidonvilles grâce à l'association Les Enfants du Canal

Un camion aménagé en laverie circule entre quatre bidonvilles d’Île-de-France.
Crédit photo : Magali Delporte / Picturetank

Grâce à l'association Les Enfants du Canal, un camion aménagé en laverie circule entre quatre bidonvilles d’Île-de-France. Reportage.

Des conditions de vie très précaires dans les bidonvilles 

Leurs conditions de vie sont pénibles puisque depuis plusieurs années, ils sont régulièrement chassés des terrains sur lesquels ils s’installent. A côté du stade de Ris-Orangis (91), ils sont une centaine de personnes qui vécurent un temps près de la Nationale 7, sur la même commune, puis à Grigny (91) à partir de 2013 avant de revenir à Ris-Orangis en 2014. Un nouvel arrêté d’expulsion menace le peu de stabilité difficilement acquise. Originaires de Roumanie, d’où ils ont fui la misère, ils sont arrivés en France au début des années 2000. « Beaucoup travaillent, explique Anne Sage (photo en bas à droite), de l’association Les Enfants du Canal. Ils vivent dans des conditions très précaires, vont chercher l’eau à une centaine de mètres plusieurs fois par jour et n’ont que l’électricité de quelques groupes électrogènes. Mais ils sont organisés, les grand-mères gardent les enfants lorsque les parents vont travailler. » Anne Sage prépare une licence « intervention sociale, option animation professionnelle, coordination de projets » (« Bon j’abrège l’intitulé » s’amuse-t-elle) en alternance entre l’IUT de Paris 13 à Bobigny (93) et Les Enfants du Canal. La mission de cette jeune femme est la mise en route de la laverie mobile créée par l’association basée dans le 5e arrondissement parisien et dont la mission originelle est l’hébergement d’urgence.

La laverie mobile, une aide précieuse fournie par les Enfants du Canal

Il s’agit ici de faire circuler sur quatre bidonvilles de Ris-Orangis, Montreuil (93), La Courneuve (93) et Bobigny, un camion aménagé en laverie avec le soutien de la Région. Dans la cellule frigorifique du véhicule acheté d’occasion, on a installé quatre lave-linge et deux sèche-linge, du matériel semi-pro, ainsi qu’un dispositif de filtrage pour recycler les 2000 litres d’eau embarqués. Au premier jour de mise en service de la laverie mobile à la fin du mois d’avril 2015, la pompe avait encore besoin de quelques réglages. Claudiu, jeune homme roumain qui travaille pour Les Enfants du Canal, n’a fait tourner qu’une vingtaine de machines pendant la matinée. Venue l’après-midi, Violetta n’a pas pu faire laver le linge de sa famille. Cette adolescente a de nombreux frères et sœurs, et la gestion du linge de dix personnes est évidemment un problème dans une bicoque sans eau courante. Les questions matérielles de la vie quotidienne s’ajoutent à d’autres soucis qui ne facilitent pas sa scolarisation, comme le fait qu’elle doit aller « avec les pieds » à Viry-Châtillon (91) où elle est en 4e. Le collège est proche de Grigny, commune où elle vivait mais qu’elle a dû quitter soudainement… Les Enfants du Canal projettent de venir chaque mois pendant trois jours à Ris-Orangis, ainsi que dans chacun des trois autres bidonvilles choisis pour cette expérience. Cette laverie mobile sans doute intéressera tous leurs habitants puisque les usagers ne se voient demander qu’une participation d’un euro par machine de linge.