9 juillet 2019

Tunnel de Nanterre-La Défense : la géolocalisation pour améliorer la circulation routière

ROUTE
Crédit photo : William Dupuy / Picturetank

Une meilleure orientation des conducteurs, une réduction des risques d'accidents et une fluidification du trafic sur l'A14 et l'A86 : c'est ce qu'apporte l'installation de 400 bonnes de géolocalisation dans le tunnel de Nanterre-La Défense. Un chantier cofinancé par l’État et la Région.


La direction des routes Île-de-France (DRIEA/DiRIF) a équipé le tunnel de Nanterre-La Défense (92) de 400 bornes permettant  la géolocalisation à l’ensemble du tunnel, soit 16 km de voies.

Une géolocalisation désormais continue

Après une phase de test lancée fin 2018, les bornes peuvent désormais être utilisées par les applications de navigation géolocalisée afin d’offrir à leurs utilisateurs une géolocalisation continue.

Cette innovation représente un investissement de 30.000 euros cofinancé à parts égales par l’État et la Région Île-de-France dans le cadre d’un partenariat pour changer la route par l’innovation et l’expérimentation signé en 2017.

Géolocaliser pour faciliter les déplacements et accroître la sécurité 

En facilitant l’orientation des usagers, la continuité de la navigation géolocalisée dans l’ensemble du tunnel doit permettre de réduire le nombre d’accidents et de fluidifier la circulation sur les autoroutes A14 et A86. 

Le déploiement de cette technologie présente un intérêt véritable dans le tunnel de Nanterre-La Défense, car c'est le plus long du réseau routier national non concédé. Il comporte en effet 16 km de voies souterraines et 16 bretelles d’entrée/sortie, dont le nœud d’échanges entre l’A14 et l’A86. Les 100.000 véhicules par jour qui l’empruntent sont donc confrontés à de nombreux points de choix, avec pour seule information les panneaux de signalisation.

Cette configuration complexe associée à la densité et à la vitesse de circulation peut donc être source de comportements accidentogènes, qui peuvent générer de surcroît des encombrements aux heures de pointe en cas d’accident.