Publié le 26 janvier 2022

César 2022 : 15 films soutenus par la Région en compétition

César Illusions perdues

Crédit photo : Académie des César

« Illusions perdues », « Titane », « L'Événement », « Eiffel » et « Les Magnétiques » sont parmi les films aidés par la Région en lice pour les César, ce 25 févier 2022. Un ensemble réunissant fictions, documentaires et animation, et qui totalise 39 nominations.

Premier financeur public du cinéma après le Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) et France Télévisions, la Région Île-de-France sera, comme chaque année, bien représentée lors de la remise des César 2022.

César 2022 : 11 fictions, 3 documentaires et 1 film d'animation soutenus

Affiche César 2022

15 films ayant été soutenus par la Région seront en compétition lors de la cérémonie prévue ce 25 février 2022 à l'Olympia, à Paris (9e), et retransmise sur Canal+ : 

  • 11 fictions,
  • 3 documentaires,
  • 1 film d'animation.

Tous réunis, ils totalisent :

  • 39 nominations pour les César 2022.

Ces films sont pour la plupart bénéficiaires du Fonds de soutien Cinéma (c'est-à-dire de subventions régionales remboursables dès lors que l'exploitation commerciale s'avère rentable) et, pour 2 d'entre eux, de l'Aide après réalisation. Des aides toutes assorties d'une obligation de temps de tournage ou de post-production en Île-de-France et de faire travailler des Franciliens.

César 2022 : les 15 films soutenus par la Région et leurs 39 nominations

Voici le détail (par nombre décroissant de nominations) :

  • 15 nominations pour Illusions perdues, de Xavier Giannoli (fiction) :

    2 x Meilleure actrice second rôle (Cécile de France et Jeanne Balibar) • 2 x Meilleur acteur second rôle (Vincent Lacoste et Xavier Dolan) • Meilleur espoir féminin (Salomé Dewaels) • Meilleur espoir masculin (Benjamin Voisin) • Meilleur Film • Meilleur montage • Meilleur son • Meilleure réalisation • Meilleure adaptation • Meilleure photo • Meilleurs costumes • Meilleurs décors • Meilleurs effets visuels

Fonds de soutien et bonus : 490.000 euros (à Curiosa Films).

Plus d'infos.

Illusions perdues

 

  • 4 nominations pour Titane, de Julia Ducournau (fiction) :

    Meilleur espoir féminin (Agathe Rousselle) • Meilleure réalisation • Meilleure photo • Meilleurs effets visuels

Palme d'or à Cannes.

Fonds de soutien : 330.000 euros (à Kazak Productions).

Plus d'infos.

Titane

 

  • 4 nominations pour L'Événement, d'Audrey Diwan (fiction) :

    Meilleur espoir féminin (Anamaria Vartolomei) • Meilleur Film • Meilleure Réalisation • Meilleure adaptation

Lion d'or à Venise.

Fonds de soutien et bonus : 330.000 euros (à Rectangle Productions).​​​​​

Plus d'infos.

L'Événement

 

  • 3 nominations pour Les Magnétiques, de Vincent Maël Cardona (fiction) :

    Meilleur espoir masculin (Thimotée Robart) • Meilleur premier film • Meilleur son

Fonds de soutien : 180.000 euros (à Easy Tiger).

Plus d'infos.

Les Magnétiques

 

  • 3 nominations pour Eiffel, de Martin Bourboulon (fiction) :

    Meilleurs costumes • Meilleurs Décors • Meilleurs effets visuels

Fonds de soutien et bonus : 530.000 euros (à VVZ Production).

Plus d'infos.

Eiffel

 

  • 1 nomination pour De son vivant, d'Emmanuelle Bercot (fiction) :

    Meilleur acteur (Benoît Magimel)

Fonds de soutien : 330.000 euros (aux Films du Kiosque).

Plus d'infos.

De son vivant

 

  • 1 nomination pour Médecin de nuit, d'Élie Wajeman (fiction) :

    Meilleur acteur (Vincent Macaigne)

Fonds de soutien : 162.000 euros (à Partizan Films).

Plus d'infos.

Médecin de nuit

 

  • 1 nomination pour Suprêmes, d'Audrey Estrougo (fiction) 

    Meilleur espoir masculin (Sandor Funtek)

​Fonds de soutien : 256.000 euros (à Nord-Ouest Productions).

Plus d'infos.

Suprêmes

 

  • 1 nomination pour Gagarine, de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh (fiction) :

    Meilleur premier film

Fonds de soutien : 297.500 euros (à Haut et Court).

Plus d'infos.

Gagarine

 

  • 1 nomination pour France, de Bruno Dumont (fiction) :

    Meilleure actrice (Léa Seydoux)

Fonds de soutien et bonus : 374.000 euros (à 3B Productions).

Plus d'infos.

France

 

  • 1 nomination pour Les Choses humaines, d'Yvan Attal (fiction) :

    Meilleure adaptation

Fonds de soutien : 352.000 euros (à Curiosa Film).

Plus d'infos.

Les Choses humaines

 

  • 1 nomination pour Le Sommet des Dieux, de Patrick Imbert (animation) :

    Meilleur film d’animation

Fonds de soutien : 400.000 euros (à Julianne Films).

Le Sommet des Dieux

 

  • 1 nomination pour Indes galantes, de Philippe Béziat (documentaire) :

    Meilleur film documentaire

Fonds de soutien : 70.000 euros (aux Films Pelléas).

Plus d'infos.

Indes galantes

 

  • 1 nomination pour La Fin des rois, de Rémi Brachet (documentaire) :

    Meilleur court métrage documentaire 
    ​​​​

Aide après réalisation à Joséphine Mourlaque et Antoine Salomé.

La Fin des rois

 

  • 1 nomination pour Maalbeek, d’Ismaël Joffroy Chandoutis (documentaire) :

    Meilleur court métrage documentaire

Aide après réalisation à Lionel Massol, Pauline Seigland, Jules Reinartz et Maxence Voiseux.

Maalbeek

 

► Plus d'infos sur le site des César : www.academie-cinema.org

 

La Région a consacré 25 millions d'euros au cinéma-audiovisuel en 2021

La Région a augmenté, en 2021, son soutien au cinéma et à l'audiovisuel pour y préserver la diversité de création et l’emploi : le budget qui y est consacré est passé de 22 millions d'euros en 2020 à 25 millions d'euros.

Ce soutien concerne massivement la production, mais il va aussi de l'écriture à l’exploitation en passant par l’éducation à l’image.

Ainsi, en 2021 :

  • 39 scénaristes ont été aidés dans leur projet d'écriture (pour 500.000 euros au total),
  • 56 films de cinéma et 47 créations pour la télévision (séries, téléfilms unitaires, documentaires, animation) ont été aidés au stade de la production (17,5 millions d'euros),
  • 39 courts et longs métrages ont été aidés au stade de la finalisation/post-production (1 million d'euros),
  • 50 événements et réseaux cinématographiques franciliens ont été accompagnés,
  • 50.000 lycéens et apprentis franciliens ont suivi une éducation à l’image (voir pour Paris et pour le reste de l'Île-de-France).