26 juillet 2019

Sida : prévention et dépistage sont les clés pour l'éradiquer

Affiche autotest
Affiche autotest - Crédit photo : Île-de-France Prévention Santé Sida

La Région mise sur plus de prévention et de dépistage auprès des publics vulnérables pour éradiquer le sida. Pour cela, elle peut compter sur l’action de son organisme Île-de-France Prévention Santé Sida et la distribution massive d’autotests.

benoit_felix_infirmier_1200
Benoît Félix, infirmier en santé publique

L'Île-de-France est la région d'Europe la plus touchée par le VIH. 2.500 personnes y sont diagnostiquées séropositives chaque année. Une épidémie qui pourrait prendre fin grâce à la prévention et au dépistage. 

Les métiers de la prévention en santé sont peu connus. C’est pourtant une mission passionnante à laquelle on peut donner une dimension ludique. Benoît Félix, infirmier en santé publique, chargé de mission au sein d'Île-de-France Prévention Santé Sida (nouveau nom du Crips), en est convaincu, lui pour qui faire la prévention du VIH, c’est donner l’envie de vivre mieux et longtemps.

« Il y a des outils fun et sympas pour se protéger. »
Benoît Félix

« Pour avoir une vie sexuelle épanouie tout en se protégeant du sida, il existe une grande variété de moyens de contraception. Il y a aussi des outils fun et sympas pour donner envie de se protéger », explique Benoît Félix.

Le niveau de connaissances sur les modes de transmission du sida a baissé ces dernières années. C’est ce que révèle, entre autres, une étude d'Île-de-France Prévention Santé Sida menée auprès de lycéens franciliens. La vigilance et la pédagogie doivent perdurer pour, enfin, éradiquer le sida en Île-de-France.

Remobiliser les professionnels de santé pour la prévention du sida

autotest2019_1200
Autotest négatif (il affiche 1 barre dans ce cas, 2 si le patient est séropositif).

Benoît Félix sensibilise, dépiste les populations vulnérables (migrants, détenus, handicapés...) et forme les soignants aux nouvelles techniques de prévention du VIH : « Tout a changé depuis 10, 15 ans, constate-t-il. Mais les soignants ont toujours en tête cette idée dépassée : séropositivité = sida = mort. Le paradigme n’est plus celui-là. On ne devrait plus dire sida mais VIH. On ne meurt plus du sida. Avec le traitement, on n’est plus malade et on ne transmet plus le virus. »

La Région Île-de-France porte depuis 2018 un programme de remobilisation des professionnels du secteur médico-social. Les intervenants comme Benoît Félix se rendent dans les instituts de formation en soins infirmiers (IFSI), les instituts de formation des aides-soignants (IFAS) et les instituts régionaux de travail social (IRTS) pour faire la promotion du dépistage et notamment des autotests, non seulement auprès des élèves mais aussi des formateurs. « Nous avons lancé ce programme pour leur permettre en une journée de mettre à jour leurs connaissances sur le VIH », explique le chargé de mission d'Île-de-France Prévention Santé Sida.

« Il faut que les professionnels s’engagent et soient des ambassadeurs de la prévention. »
Benoît Félix.

Pour aller plus loin, Île-de-France Prévention Santé Sida dispense des formations plus longues, de 3 à 4 jours. L'organisme régional accueille aussi les étudiants en médecine dans le cadre de leur service sanitaire (6 semaines de leur cursus consacrées à la prévention). « Il faut que les professionnels s’engagent et soient des ambassadeurs de la prévention », insiste Benoît Félix.

Faire connaître et proposer des autotests pour dépister le sida

En vente libre dans les pharmacies (autour de 20 euros) et gratuits dans les centres de dépistage, les autotests sont fiables et très simples à utiliser. En quelques minutes, grâce à une petite goutte de sang prélevée sur le doigt, on peut savoir si on est séropositif. « Si on découvre, en faisant un autotest puis une prise de sang, qu’on est porteur du VIH, ça doit être une bonne nouvelle, assure Benoît Félix, parce que ça veut dire qu’on peut bénéficier du médicament gratuit, et qu’on ne va pas transmettre la maladie. Si toutes les personnes, en Île-de-France, qui ont un doute sur le partenaire avec qui elles ont fait l’amour faisaient un test, la maladie disparaîtrait. »

Objectif : 20.000 autotests distribués

4.500 autotests ont été distribués depuis 2017 par Île-de-France Prévention Santé Sida aux associations qui interviennent auprès des publics cibles. La Région souhaite passer à 5.000 le nombre d'autotests distribués par an. 20.000 autotests permettraient de prévenir le VIH d'ici 2021.

Les moyens de prévention du sida se multiplient

Benoît Félix travaille auprès des publics les plus vulnérables, des publics qui utilisent peu ou pas de moyens de contraception. « Il y a des populations qui se protègent moins comme les professionnels du sexe, les SDF, les populations migrantes ou les partenaires multiples. On les incite à se rendre dans les centres de dépistage. C’est très important d’avoir un échange sur leurs pratiques, de discuter, de lever les tabous et de leur présenter tous les dispositifs auxquels ils peuvent prétendre. »

Il existe, en effet, pour ces publics spécifiques, un traitement post-exposition (TPE), en cas d’exposition au VIH, qui doit être pris aux urgences dans les 48h. Un traitement préventif, avant l’exposition au VIH, a aussi été mis au point : la prophylaxie pré-exposition (PrEP). Elle est prescrite après consultation médicale dans les services hospitaliers spécialisés, les centres de dépistage et remboursée à 100%. 

Des questions sur l'utilisation de l'autotest ?

Appelez la plateforme Sida Info Service au 0 800 840 800