x

Avant les Jeux olympiques et paralympiques. En savoir plus

Production ciné-TV soutenue : « Boléro » en salles

Date de l'arrêté

Cinéma Signé Anne Fontaine, un biopic aidé qui décrit, dans le Paris des Années folles, le douloureux processus de création du chef-d’œuvre de Maurice Ravel, à la suite d'une commande de la célèbre danseuse Ida Rubinstein. Avec Raphaël Personnaz et Jeanne Balibar.

Crédit photo : © Ciné-@

Film bénéficiaire du Fonds de soutien Cinéma de la Région, Boléro, d'Anne Fontaine, s'attache à raconter le douloureux processus de création du chef-d'œuvre de Maurice Ravel, aujourd'hui encore l'une des partitions les plus jouées au monde.

En 1928, alors que Paris vit au rythme des Années folles, Ida Rubinstein, ex-danseuse des Ballets russes devenue productrice de ses propres spectacles, commande à Maurice Ravel la musique de son prochain ballet. 

Problème : le compositeur est un moment de sa vie où il est en panne d’inspiration. Tétanisé, il revit ses échecs passés, son amour impossible pour sa muse Misia Sert… Et c'est en plongeant, dans la douleur, au plus profond de lui-même qu'il va créer une œuvre sans pareille : lancinante, hypnotique, finissant après un impressionnant crescendo dans le chaos, inoubliable. 

Une musique qu'Ida Rubinstein, comme d'autres chorégraphes par la suite, saura rendre, par sa danse, très érotique aussi.

Raphaël Personnaz joue Maurice Ravel, face à Jeanne Balibar dans le rôle d'Ida Rubinstein et Doria Tilliet dans celui de Misia.

À noter que le film a été tourné dans la vraie maison de Ravel, Le Belvédère, à Montfort-l'Amaury (78).

Près de 200 productions ciné-TV aidées chaque année

La Région soutient la création et l'emploi dans le secteur ciné-TV à travers, chaque année :

Le tout, avec un budget annuel qui s'est progressivement accru depuis 2017 pour atteindre 25 millions d'euros.

► Les aides à la production sont remboursables dès que l'œuvre est rentabilisée.

Informations pratiques

Tarification

Payant

Durée : 2h

Aide régionale (Fonds de soutien Cinéma) : 447 000 euros (à Ciné-@), dont un bonus pour fabrications exceptionnelles de 80 000 euros

Partager la page