Publié le 22 février 2018
Mis à jour le

L'action régionale pour l'agriculture, la ruralité et l'alimentation

champs-agriculture

Crédit photo : William Dupuy / Picturetank

Soutien des exploitations, promotion d'une alimentation locale durable et solidaire de qualité, aides aux territoires... Le point sur l'action régionale pour l'agriculture.

Une action régionale pour l'agriculture et les territoires ruraux

Avec près de 80% de sa surface recouverte d’espaces agricoles, forestiers et naturels, l’Île-de-France est un grand territoire rural. Aides, soutien aux exploitations, promotion d'une alimentation locale... L'action régionale pour l'agriculture et l'alimentation vise à la fois les acteurs de l'agriculture, les territoires et les consommateurs et tous les maillons des filières.

Pour soutenir les exploitations, le Pacte agricole voté en mai 2018 par la Région s'appuie sur plusieurs axes :

  • Soutien à l'installation et au démarrage des jeunes agriculteurs, Développement des circuits courts,
  • Préservation des terres agricoles,
  • Formation aux métiers de l'agriculture,
  • Etc.

Jusqu'au vote, en février 2021 du Plan régional pour une alimentation locale, durable et solidaire. 

L’Île-de-France compte 5.000 exploitations agricoles, dont la moitié de plus de 100 hectares. Les grandes cultures et le maraîchage coexistent sur le territoire. Face à ces réalités contrastées, la Région soutient l’innovation et la modernisation des exploitations. 

Le Pacte agricole 2018-2030 vise à permettre à l'agriculture francilienne de répondre aux enjeux environnementaux et économiques qui l'attendent. 30 millions d'euros sont investis chaque année jusqu'en 2022 par la Région.

Le Plan régional pour une alimentation locale, durable et solidaire

L’Île-de-France accueille 2 grandes places mondiales de l’alimentation : le plus grand marché de frais au monde à Rungis (94) et la Biennale de l’innovation et la créativité alimentaire à Villepinte (93).

Elle bénéficie également un bassin de consommation exceptionnel de 12 millions de consommateurs offrant une réelle opportunité aux producteurs et entreprises agroalimentaires régionales. C'est pour rapprocher l'assiette des Franciliens de la production locale que le Conseil régional a voté, le 4 février 2021, le Plan régional pour une alimentation locale, durable et solidaire afin que tous les Franciliens aient l'opportunité de manger local et de qualité.
Ce plan décliné en 66 actions concrètes propose la mise en place d'un Plan protéine, d'un Plan élevage et d'un plan IAA cap 2030 pour faire face, dès aujourd'hui aux enjeux de demain et reconquérir son indépendance alimentaire.

La Région s'y engage à développer la vente en circuit court et à mobiliser les collectivités locales pour le « manger mieux, manger sain, manger francilien ». La durabilité de notre système alimentaire est aussi une préoccupation majeure avec des actions sur la réduction du bilan carbone de nos assiettes, la lutte contre les perturbateurs endocriniens, le recours au vrac et à la consigne.
Il propose aussi de nombreuses actions pour mettre en avant les produits régionaux dont les produits marqués « Produit en Île-de-France ».

Consommez francilien avec la marque « Produit en Île-de-France »

logo-Produit en IDF

Producteurs de produits laitiers, traiteurs, entreprises d’épicerie se mobilisent au quotidien pour que les Franciliens bénéficient d’une alimentation locale de qualité. Chocolat, menthe, coquelicot, safran... La Région Île-de-France soutient les démarches de valorisation des produits, des territoires et du savoir-faire francilien avec une nouvelle marque« Produit en Île-de-France », créée dans le cadre du Pacte agricole.

Île-de-France terre de saveurs, organisme associé de la Région, est reconnu comme cellule de diffusion technologique par le ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. L’alimentation est la troisième préoccupation « environnementale » des Franciliens, après la qualité de l’air et le réchauffement climatique.

Désenclaver la grande couronne

Grâce à un foncier plus accessible, les communes rurales de la grande couronne bénéficient de solides atouts pour attirer de nouveaux habitants. Mais elles souffrent d’un enclavement pénalisant. Face à ce défi, la Région agit pour maintenir les commerces en milieu rural, développer les services de proximité – comme les maisons de santé –, préserver les terres agricoles et valoriser le patrimoine historique, culturel, naturel et forestier. Elle développe aussi les mobilités comme l’électrification de la ligne P entre Gretz et Provins (77).

Doubler les aides aux territoires ruraux

L’équation est simple : 1 Francilien sur 6 vit dans une commune rurale. Désormais, 1 euro investi par la Région sur 6 est destiné aux territoires ruraux. En outre, la Région accélère son action en faveur de la grande couronne avec le plan « 1.000 bus », soit la mise en service de 1.000 bus supplémentaires, mais aussi par son soutien aux parcs naturels, véritables outils de développement économique. Enfin, la Région simplifie l’accès des petites communes aux aides publiques.

Mobiliser les fonds européens

L'action régionale pour l'agriculture est aussi aidée par l’Union européenne, qui met à la disposition des régions des centaines de millions d’euros destinés à financer des actions très concrètes pour le quotidien des habitants. Ces crédits, de l’ordre de 540 millions d'euros pour la période 2014-2020, ont permis d’aménager le patrimoine rural pour développer les services et les filières agricoles, agroalimentaires et forestières. Actuellement, 2021-2022 constitue une période de transition avec une dotation de plus de 11 millions d’euros par an. 

Relancer la filière bois

Avec 250.000 hectares de forêt de production, l’Île-de-France dispose d’un potentiel important, porteur de richesses et d’emplois. Cette filière souffre toutefois d’une industrie de première transformation quasi inexistante : le nombre de scieries a été divisé par 10 en 30 ans. Pour enrayer ce déclin, la Région soutient la mécanisation de la filière et la reforestation. Elle compte aussi structurer la filière bois-énergie, un secteur qui résiste plutôt bien à la crise grâce à l’implantation de chaufferies biomasse.

Encourager les nouveaux modes de travail

Pour limiter les déplacements longs et fatigants, la Région favorise le développement des espaces de travail collaboratifs. Très présents dans la capitale, ces centres de coworking sont des solutions souples et pour les habitants de la grande couronne. C’est également le cas des fab labs, qui donnent à chacun accès à la conception et à la production numériques.