Publié le 15 octobre 2020

Une prime de 2.500 euros pour le « rétrofit » des véhicules thermiques

Crédit photo : iStock - takoburito

La Région aide les Franciliens à financer la conversion à l’électrique de leurs véhicules à essence ou diesel. Avec l'ambition de contribuer à améliorer la qualité de l'air, mais aussi de créer une filière industrielle autour de cette technique.

Qu’est-ce que le « rétrofit » ?

C'est le fait de convertir une voiture essence ou diesel en véhicule électrique afin de limiter les coûts et de lui donner une seconde vie.

Cela consiste à extraire la mécanique d'origine, le moteur, le réservoir et le pot d'échappement pour les remplacer par un moteur électrique, une batterie et un boîtier électronique destiné à piloter cette nouvelle motorisation.

Le « rétrofit », c'est la conversion d'un véhicule essence ou diesel à l'électricité.

La Région Île-de-France avait annoncé en septembre 2020, lors de sa COP (conférence sur le climat), son souhait de développer et de promouvoir cette technique. Il s’agissait d'ailleurs de la mesure n°40 des « 192 propositions  formulées dans le cadre de l’Acte II du Plan de relance pour la reconstruction écologique de l'Île-de-France ».

Aujourd’hui, c'est une réalité : la Région propose une prime individuelle de 2.500 euros afin d'encourager les Franciliens à convertir leurs véhicules thermiques de plus de 5 ans à l'électrique. 

Réduire le coût du « rétrofit » pour assurer son développement

En plus d'aider les particuliers, l'aide de la Région Île-de-France a donc un double objectif :

L'Aide régionale à la conversion d'un véhicule thermique en véhicule propre

Découvrez les conditions d'obtention et demandez-la.

  • Développer une filière industrielle francilienne qui permettra une baisse drastique des coûts, et l'accès à un véhicule propre pour le plus grand nombre (de 10.000 euros aujourd'hui, la conversion à l’électrique d'une citadine, par exemple, passerait ainsi à 5.000 euros). 
  • Contribuer à améliorer la qualité de l'air grâce au « rétrofit », en tant que mesure d'accompagnement social de la « zone à faibles émissions métropolitaine » que l'État entend mettre en œuvre en Île-de-France. 

Décarboner les déplacements

Ce processus, moins onéreux que l'achat d'une voiture neuve à faible émission, permettra à tous les Franciliens qui ne peuvent se passer de leur véhicule, et n'ont pas les moyens d'en changer, de décarboner leurs déplacements.
 
Développé dans le cadre du plan « Changeons d'air », il est accessible aux particulier après avoir déjà été ouvert aux artisans et TPE-PME d'Île-de-France.

La Région aide les professionnels à acquérir des véhicules propres depuis 2017

Afin de lutter contre la pollution de l'air, la Région facilite le remplacement des véhicules à essence ou diesel des professionnels, taxis et artisans franciliens depuis octobre 2017. Destinée à l'achat de véhicules propres électriques, au gaz naturel ou à hydrogène, l'aide a, depuis, été étendue aux deux-roues, trois-roues et quadricycles électriques.

La Région veut ainsi augmenter la part des véhicules plus propres en termes de polluants atmosphériques dans le parc de véhicules professionnels des petites entreprises franciliennes, y compris les entreprises de transport pour compte d'autrui.

Plus d'infos.