Publié le 26 septembre 2022

Sobriété énergétique : la Région Île-de-France donne l’exemple

Puit de lumière siège de la Région

Crédit photo : Région Île-de-France

Face à l'urgence de la lutte contre les crises climatique et énergétique, la Région ne se limite pas à accompagner les Franciliens et les entreprises du territoire sur le chemin de la sobriété énergétique. Au-delà, elle a déjà réduit la consommation dans ses 474 lycées et à son siège. Et elle entend poursuivre cette démarche.

Notre pays et l’Europe traversent une crise énergétique sans précédent. Cette situation de grande vulnérabilité implique d’employer les grands moyens pour tendre vers davantage de sobriété énergétique.

La Région Île-de-France, qui a déjà mis en place des aides pour encourager les Franciliens et les entreprises à réduire leur consommation énergétique, montre l'exemple.

10 aides sobriété énergétique pour les entreprises

Vous êtes une entreprise francilienne ?
Découvrez 10 aides de la Région pour emprunter le chemin de la sobriété énergétique.

Alors que le gouvernement a préconisé des économies d’énergie de 10%, la Région Île-de-France, pionnière et exemplaire, affiche des chiffres déjà satisfaisants après diverses mesures prises ces dernières années :

  • 10% d'économies d'énergie déjà réalisées dans les lycées,
  • 30% d'économies d'énergie déjà réalisées au siège.

Et elle compte ne pas en rester là, avec de nouvelles mesures.

Les mesures prises au siège de la Région, à Saint-Ouen

Dès 2018, le déménagement du siège du Conseil régional à Saint-Ouen (93) et le regroupement des agents dans un seul bâtiment moderne et performant a permis de réduire très fortement la consommation énergétique de l'ensemble des services. 

Ces économies vont se poursuivre avec le rapatriement prochain de nouveaux organismes associés au siège de la Région à Saint-Ouen : l’Agence des espaces verts (AEV), la Sem Énergie et Île-de-France Construction durable), actuellement installés à Pantin (93) dans la Cité régionale de l'environnement.

Et la Région va encore plus loin dans sa participation à l’effort collectif grâce à de nouvelles mesures dès cet automne :

  • Réduction de la température au siège de 23°C à 19°C engendrant une baisse de la consommation de 15%.
  • Arrêt de l’éclairage en journée (sauf lorsque la baisse de la luminosité l’impose).
  • Arrêt de l’éclairage de tout le bâtiment à partir de 21h hors jours de séances des élus (si des agents sont encore à leur bureau, les détecteurs de présence permettent de maintenir éclairées les zones concernées).
  • Arrêt de l’éclairage de l’enseigne sur le bâtiment.
  • Arrêt de la climatisation, avec un déclenchement à 26°C au lieu de 25°C permettant de réduire la consommation de 5 à 10 %.
  • Incitation entre Noël et le jour de l’An à se regrouper sur un même étage afin de ne pas chauffer le reste du bâtiment. 
  • Réduction de la taille globale des mails grâce au développement d’un espace numérique partagé.

Le comité d’agents volontaires, « Solutions sobriété énergétique », associé aux syndicats, s'est déjà réuni une première fois et a fait des propositions audacieuses pour aller encore plus loin. 

Les lycées franciliens pionniers en matière d’économies d’énergie

La Région Île-de-France, qui gère les 474 lycées publics du territoire, y a réalisé d'importantes économies d'énergie grâce à son vaste programme de réhabilitation et de construction de lycées neufs :

  • Économies d'énergie de 10% par m² dans les lycées en général, dont 8% rien que sur le chauffage. 
  • Économies d'énergie de 24% dans les lycées neufs par rapport à la moyenne régionale.

Exemple

Les rénovations énergétiques permettent des réductions spectaculaires de consommation. C'est le cas par exemple au lycée Talma de Brunoy (91), où elle a été diminuée de 70%. 

Enfin, le nouveau marché de chauffage qui démarrera en 2023 doit permettre de réduire encore de 10% la consommation des lycées, alors que depuis 2017, la température dans les classes est fixée à 19°C.

Au total, ces économies représentent 47 GWh, soit l’équivalent de la consommation d’une ville de 20.000 habitants pendant 1 an.