Publié le 16 février 2022

Recherche : 9 nouveaux Domaines d’intérêt majeur soutenus par la Région

Chercheurs dans un laboratoire

Crédit photo : Région Île-de-France - MYOP

Intelligence artificielle, neuroscience, développement durable, astronomie, immunothérapie… La Région a défini 9 nouveaux Domaines d'intérêt majeur (DIM) pour 2022-2026. À la clé : des aides pour les groupements d'écoles, universités, laboratoires et entreprises qui y travaillent.

Pour soutenir la recherche sur son territoire, la Région concentre ses aides sur des thèmes jugés porteurs et autour desquels tout un réseau (d'universités, d'établissements d'enseignement supérieur, de laboratoires de recherche et d'entreprises) est constitué. C'est ce qu'on appelle les Domaines d’intérêt majeur (DIM).

Entre 2017 et 2021, 13 Domaines d’intérêt majeur ont bénéficié de 110 millions d’euros pour mener leurs recherches.

Pour la période 2022-2026, 9 nouveaux Domaines d’intérêt majeur ont été sélectionnés par le Comité scientifique régional.

Constitués des meilleures équipes scientifiques en matière de recherche et de transferts de technologie, les réseaux franciliens rattachés à ces DIM bénéficieront de 20 millions d'euros en 2022 et de plus de 100 millions d'euros au terme des 5 années.

Faire de l'Île-de-France la première Région scientifique et technologique d'Europe

Les objectifs des Domaines d’intérêt majeur sont multiples : 

  • Constituer en Île-de-France des réseaux de recherche et d’innovation porteurs de sujets en émergence et à très fort potentiel scientifique et économique,
  • Renforcer l’attractivité des laboratoires franciliens par l’apport de compétences scientifiques et technologiques et d’équipements de pointe,
  • Améliorer la visibilité des équipes de recherche franciliennes en l’Europe et à l’international,
  • Favoriser la valorisation des connaissances et la dissémination des résultats de la recherche, y compris auprès du grand public et des jeunes,
  • Renforcer les liens entre recherche et économie en favorisant le transfert de technologie et l’innovation.

Les 9 Domaines d’intérêt majeur (DIM) labellisés pour la période 2022-2026

9 DIM, 4 grandes thématiques

4 DIM sur la santé (Biotech, C-Brains, DOH 2.0, Itac),

3 DIM sur la physique-chimie et l’environnement (QuanTIP, Origines, MaTeRre),

1 DIM sur le numérique (AI4IDF),

1 DIM sur les sciences humaines et sociales (PAMIR).

Parmi les 33 dossiers de candidature déposés dans le cadre l'appel à projets, 9 DIM ont été sélectionnés par le Conseil scientifique régional (voir encadré plus bas) :

► Intelligence artificielle centrée sur l’humain en Île-de-France (AI4IDF), mené par le Centre INRIA de Paris

Les 4 principaux instituts en intelligence artificielle (DATAIA, Hi! PARIS, PRAIRIE et SCAI1) proposent de créer une alliance pour structurer et animer la communauté et offrir aux partenaires industriels et internationaux une vision unifiée. Le programme scientifique du projet AI4IDF vise à approfondir les connaissances en intelligence artificielle en gardant l’humain au centre des préoccupations.

► BioConvergence (BIOTECH), mené par l’Université de Paris

Le réseau BioConvergence est issu de la fusion et de la restructuration de 2 projets complémentaires et synergiques, « Bioconvergence » et « Biotinnov ». Le 1er vise à développer un réseau d’innovation numérique (plateforme d’intelligence collective) et physique (plateformes de bio-fabrication distribuée) pour rendre accessible à tous la puissance transformatrice de l’ingénierie du vivant. Le 2d vise à renforcer le domaine des biothérapies pour faire de l’Île-de-France une référence internationale en matière de bioproduction de thérapies innovantes.

► Cognition and Brain Revolutions Artificial Intelligence, Neurogenomics and Society (C-BRAINS), mené par l’Inserm

L’objectif du projet C-BRAINS est de lever les verrous technologiques, conceptuels et organisationnels qui freinent les progrès de la recherche pour résoudre la complexité du cerveau et faire de l’Île-de-France un foyer majeur d’innovation en santé, neurosciences et sciences cognitives.

► One Health 2.0 (DOH 2.0), mené par l’Inserm

L’objectif du DIM « One Health 2.0» est de promouvoir des travaux innovants intégrant les aspects de santé humaine, santé environnementale et santé animale, ciblées sur les agents infectieux en intégrant des recherches en sciences fondamentales, médicales et en sciences humaines. Ces axes ouvrent la perspective de nouvelles études pour faire face aux menaces et relever les défis infectieux franciliens.

► Immunothérapies, auto-immunité et cancer (ITAC), mené par l’Institut Gustave Roussy

Fondé sur plusieurs initiatives emblématiques portées par des acteurs franciliens, le réseau ITAC souhaite se positionner à l’interface de 3 domaines en sciences et vie et en santé : le cancer, les maladies rares et l’immunologie. ITAC participera ainsi au rayonnement et à la structuration du premier « Immunopole » national sur le territoire francilien.

► MaTériaux avancés éco-Responsables (MaTerRE), mené par l’École supérieure de physique et de chimie industrielles de la Ville de Paris (ESPCI)

MaTerRE souhaite répondre aux conséquences du changement climatique en développant des matériaux et procédés innovants, multifonctionnels, efficients, durables, biocompatibles et respectueux de l’environnement à travers tout leur cycle de vie. L’objectif : développer des outils pour la découverte accélérée de matériaux avancés pour soutenir le développement durable en Île-de-France.

► ORIGINES, mené par l’Observatoire de Paris-PSL

Le DIM ORIGINES, issu des précédents DIM Astrophysique et Conditions d’apparition de la vie (ACAV 2012-2016), et ACAV + (2016-2021), opère une évolution importante en termes de valorisation, en s’associant désormais au spatial et en s’ouvrant aux acteurs de l’astronomie amateur, offrant des perspectives intéressantes pour la diffusion de la culture scientifique en Île-de-France.

► Patrimoines Matériels (PAMIR), mené par le CNRS

En s’appuyant sur le potentiel identifié au sein du DIM Matériaux anciens et patrimoniaux (2016-2021), PAMIR souhaite créer un cercle vertueux en associant le potentiel de recherche et de formation à celui du développement économique et de la valorisation auprès des publics. Le réseau souhaite construire des modes de fonctionnement collaboratifs novateurs et en se dotant d’équipements et de plateformes partagées basés sur des concepts innovants.

► Quantum Technologies in Paris Region (QuanTiP), mené par le CNRS

Le projet QuanTiP fédère, dans le domaine compétitif des technologies quantiques, un ensemble d’équipes académiques au meilleur niveau mondial et un vivier de start-up et d'entreprises franciliennes. Dans une approche combinant mathématiques appliquées, informatique, physique, chimie, matériaux et ingénierie, il aborde toutes les thématiques majeures du domaine.

Le Conseil scientifique régional (CSR)

Présidée par Philippe Gillet, géophysicien et géologue, cette instance réunit 20 chercheuses et chercheurs de plusieurs disciplines : physique, chimie, mathématiques, sciences de la vie, économie, philosophie, arts... 

Choisis pour leurs parcours scientifiques d'exception et leur expérience internationale, ces derniers portent un regard pluridisciplinaire sur l'ensemble des domaines de l'action régionale présentant une dimension scientifique ou technologique.

Retrouvez l'ensemble des membres du Conseil scientifique régional (constitué en novembre 2021).