Publié le 17 décembre 2020
Mis à jour le

Le budget 2021 de la Région Île-de-France est voté

Crédit photo : Région Île-de-France

Au terme de 3 jours de débats, du 14 au 16 décembre 2020, les élus régionaux ont adopté le budget 2021 de l'Île-de-France, qui s'élève à près de 5 milliards d'euros. Ils ont aussi concrétisé, à une très large majorité, l'engagement de la Région pour une relance État-Région coordonnée.

Le budget 2021 en version intégrale

Téléchargez le rapport CR 2020-060 « Budget primitif 2021 » (après vote et contrôle de légalité).

En réponse à la gravité de la crise sanitaire, le budget 2021 de la Région Île-de-France, voté après débats les 14, 15 et 16 décembre 2020, est résolument engagé pour :

  • L'emploi,
  • La relance écologique,
  • La solidarité.

La Région Île-de-France poursuit en 2021 son rôle d'amortisseur de la crise pour soutenir tous ses partenaires, à commencer par les personnels soignants, les communautés éducatives, les acteurs économiques et associatifs, et les collectivités territoriales.

En bref :

  • Le budget 2021 de l'Île-de-France s'élève à près de 5 milliards d'euros, dont :
    ► 2,6 milliards d'euros de dépenses d'investissement
    ► 1,9 milliard d'euros de dépenses de fonctionnement
  • Les dépenses d'investissement augmenteront de + 17% en 2021, représentant près de 60% du total des dépenses. 
  • Les dépenses de fonctionnement seront strictement stabilisées en 2021 par rapport à 2020. Leur part, dans les dépenses totales, sera d'environ 40% en 2021. 
  • La dette est stable et malgré la baisse des recettes, la Région baissera les impôts en 2021.

Le budget 2021 de la Région Île-de-France

Photo 1
Légende de la photo 1

Crédit photo : Région Île-de-France

Photo 2
Légende de la photo 2

Crédit photo : Région Île-de-France

Photo 3
Légende de la photo 3

Crédit photo : Région Île-de-France

Photo 4
Légende de la photo 4

Crédit photo : Région Île-de-France

Photo 5
Légende de la photo 5

Crédit photo : Région Île-de-France

Photo 6
Légende de la photo 6

Crédit photo : Région Île-de-France

Photo 7
Légende de la photo 7

Crédit photo : Région Île-de-France

Photo 8
Légende de la photo 8

Crédit photo : Région Île-de-France

Photo 9
Légende de la photo 9

Crédit photo : Région Île-de-France

Photo 10
Légende de la photo 10

Crédit photo : Région Île-de-France

Photo 11
Légende de la photo 11

Crédit photo : Région Île-de-France

Photo 12
Légende de la photo 12

Crédit photo : Région Île-de-France

Photo 13
Légende de la photo 13

Crédit photo : Région Île-de-France

Photo 14
Légende de la photo 14

Crédit photo : Région Île-de-France

Photo 15
Légende de la photo 15

Crédit photo : Région Île-de-France

Photo 16
Légende de la photo 16

Crédit photo : Région Île-de-France

Suppression de la taxe d'aménagement pour les petits commerces et les maisons de santé

La Région Île-de-France prévoit une baisse de la fiscalité en 2021 : la taxe d'aménagement sera supprimée pour les petits commerces et les maisons de santé.

Cela représente par exemple :

  • Un gain de 2.600 euros pour un commerce de 300 m²,
  • Un gain de 1.720 euros pour une maison de santé de 200 m².

La Région Île-de-France souhaite pouvoir étendre cette exonération aux cafés et restaurants, et demande à l'État que la loi l'autorise à le faire.

Un plan de relance régional économique, écologique et solidaire en 3 actes

Face à une crise sans précédent, la Région Île-de-France a utilisé ses marges de manœuvre qui lui ont déjà permis de réagir en 2020 avec un plan de relance de 1,3 milliard d’euros.

  • L'acte I du plan de relance, voté en juin 2020, est déjà dépensé à 90%.
     
  • L'acte II de la relance est consacré à la transition écologique et environnementale de la Région. Il s'appuie sur les 192 mesures issues de la COP (conférence pour le climat) Région Île-de-France, organisée en septembre 2020. 
    En 2021, 2,5 milliards d’euros (soit plus de 53% des dépenses) auront un impact positif sur l'environnement, dans le cadre du double engagement régional de consacrer à la transformation environnementale plus de 10 milliards d’euros entre 2020 et 2024, et 1 euro sur 2 de son budget.
     
  • L'acte III de la relance est un plan pluriannuel de 24 milliards d’euros sur la période 2021-2027, dont 5,5 milliards d’euros sont mobilisables en 2021 et 2022, dans tous les domaines d'intervention de la Région, pour soutenir la reprise économique. 

    La Région Île-de-France prévoit par exemple :
    • Une aide aux loyers allant jusqu'à 1.000 euros pour les 60.000 commerces, services de proximités, bars, cafés et restaurants impactés par une fermeture administrative dans le cadre du 2d confinement,
    • La création de 500 lits de réanimation modulaires et la formation de 3.000 soignants dans le cadre de son plan de 1 milliard d’euros pour l'hôpital.

L'Île-de-France est au rendez-vous de la relance et, en raison des circonstances exceptionnelles actuelles, elle souhaite mettre ses efforts en commun avec l'État pour amplifier son action au service des Franciliens. Cela, sous la forme d'un accord de relance État-Région et d'avenants au Contrat de plan État-Région (CPER) adoptés le 16 décembre 2020.

Un accord de relance État-Région pour 2021-2022

L'accord de relance voté le 16 décembre 2020 permettra à la Région d'amplifier ses dispositifs de relance, qui ont déjà permis de soutenir 400.000 entreprises.

La Région a redemandé à l'État la possibilité de : 

  • Reconduire le fonds Résilience en 2021,
  • Agir pour l'emploi avec un effort significatif en matière de formation et de financer le permis de conduire des jeunes en insertion,
  • Investir pour la santé en créant 3.000 places nouvelles en 3 ans dans les instituts de formation sanitaire,
  • Investir dans les transports, avec 1 milliard d’euros d'investissement dès 2021 pour poursuivre l'amélioration les transports du quotidien (Nexteo, Eole, les schémas directeurs des RER),
  • Accélérer son action en faveur de la transition écologique avec la mise en place d'un « fonds friches » doté de 40 millions d’euros à parité,
  • Soutenir le logement, notamment en faveur des soignants et des étudiants.

Pas d'année blanche pour le Contrat de plan État-Région en 2021

4 avenants à l'actuel Contrat de plan État-Région (CPER) ont été votés, dont 2 majeurs :

  • Sur les transports ,
  • Sur l'enseignement supérieur et la recherche.

Ces avenants sont déterminants pour poursuivre les opérations déjà entamées. Ainsi, la Région a fait le choix de la continuité pour qu'il n'y ait pas d'année blanche ou d'arrêts de travaux pour cause de retard dans la négociation du prochain CPER.

Les élus ont également adopté les grandes orientations du futur Contrat de plan 2021-2027, qui affirment l'engagement régional en faveur : 

  • Des transports, 
  • De l'économie, 
  • De la cohésion territoriale, 
  • De l'environnement, 
  • De l'enseignement supérieur et la recherche (secteur pour lequel la Région mobilisera avec l'État 1 milliard d’euros), 
  • De la culture, particulièrement sinistrée aujourd'hui, qui fera aussi désormais partie de la contractualisation et pour laquelle 200 millions d’euros seront engagés (100 millions d’euros à parité), 
  • De l'égalité femmes-hommes, qui fera l'objet d'un volet spécifique.

Ce choix de la continuité donnera à la Région le temps de définir ce nouveau contrat, qui sera présenté à l'automne 2021.

Une grande concertation débutera en 2021, en même temps que le lancement de la concertation sur le Schéma directeur de la Région Île-de-France environnemental.