Publié le 8 mars 2022

Découvrez le palmarès des Trophées ellesdeFrance 2021

Crédit photo : Hugues-Marie Duclos

La cérémonie de remise des Trophées ellesdeFrance 2021 s’est déroulée le 8 mars 2022 au siège de la Région Île-de-France, à Saint-Ouen. 5 prix ont été attribués, au cours de la soirée, à des Franciliennes qui se sont illustrées par leur esprit d'entreprise, leur créativité, leur action pour les autres et leur courage. Présentation des lauréates.

Les Trophées ellesdeFrance 2021 en chiffres

ellesdeFrance
  • 4e édition,
  • 27 femmes nommées (certaines en duo),
  • 5 prix dont :
    • attribués le 8 mars 2022,
    • 1 décerné par le public,
  • 1 jury de 18 personnalités.

► Retrouvez l'ensemble des nommées dans notre brochure téléchargeable.

La 4e cérémonie des Trophées ellesdeFrance s’est déroulée ce 8 mars 2022 au soir au siège de la Région Île-de-France, à Saint-Ouen (93). Une soirée dédiée à Iryna Verechtchouk, vice-Première ministre de l’Ukraine et à toutes les femmes ukrainiennes. 

Depuis 2018, les Trophées ellesdeFrance récompensent et mettent en lumière l’action de Franciliennes engagées en faveur d’une société plus juste et innovante.

Pour l'édition 2021, le jury, composé de 18 personnalités (liste à retrouver plus bas), a choisi de nouvelles lauréates pour les Prix ellesdeFrance :

  • « Innovation »,
  • « Création »,
  • « Solidarité »,
  • « Courage et dépassement de soi ».

Le Prix Simone Veil a, quant à lui, été décerné suite au vote du public, organisé en ligne en novembre-décembre 2021. 

Estelle Mossely, boxeuse professionnelle, championne du monde et championne olympique, était la marraine de cette 4e édition.

 

 

La cérémonie de remise des Trophées ellesdeFrance 2021 en vidéo

 

Les lauréates des Trophées ellesdeFrance 2021 sont … 

Prix de l'Innovation : Aurélie Jean

Le Prix de l'Innovation vise à promouvoir l’esprit d’entreprendre des femmes franciliennes qui prennent le risque de se lancer, de faire avancer la recherche et de s’adapter aux évolutions de notre société.

Aurélie Jean est une scientifique numéricienne et entrepreneuse française spécialisée dans les algorithmes et la modélisation numérique. Le magazine Forbes l’a classée parmi les 40 Françaises les plus influentes de l’année 2019. En 2021, elle a cofondé DPEEX, une deeptech start-up en intelligence artificielle appliquée à la détection préclinique du cancer du sein. La docteure en sciences y a développé une technologie basée sur un algorithme capable de détecter un cancer du sein à partir de l’analyse d’une mammographie plus de 2 ans avant l’identification de la tumeur sur image.

Étaient également en lice pour le prix : 

Fanny Picard, Noëlle Giraud, Laurence Boone et Claire Chabrier.


Prix de la Création : Barbara Baptiste

Le Prix de la Création a pour but d'encourager les artistes féminines faisant de l’Île-de-France une « Terre de culture ».

Barbara Baptiste est une couturière qui célèbre cette année ses 30 ans dans la haute couture. Née en Haïti et arrivée en France à la fin des années 1970, cette mère de 2 enfants a passé 23 ans à la maison Lacroix avant de rejoindre, en 2010, les ateliers de haute couture Chanel. Elle y évolue aujourd’hui en tant que couturière hautement qualifiée et maître d’apprentissage. Des vêtements qu’elle a confectionnés ont notamment été portés par le mannequin Kendall Jenner, Lady Diana et des princesses des Émirats arabes unis. En 2019, elle a reçu la Médaille de reconnaissance professionnelle pour ses 30 ans de carrière, le Prix de l’Ambassade d’Haïti et le Certificat de tuteur « transmettre pour préserver » en reconnaissance de son travail qu’elle effectue avec passion.

Étaient également en lice pour le prix :

Karine Paoli, Marina Cedro, Céline Augusto, Perrine Blondel et Mélissa Rojo, Marie Parant-Andaloro.


Prix de la Solidarité : Laurence Fischer

Le Prix de la Solidarité est destiné à valoriser les initiatives de femmes en faveur de la cohésion sociale, de la réussite et du respect d’autrui.

Laurence Fischer est ex-championne du monde de karaté et fondatrice de l’association Fight for Dignity. Ambassadrice pour le sport au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, l’ancienne spécialiste en combat kumite est fortement engagée en faveur de l’éducation par le sport. Depuis 2014, elle collabore avec la fondation Panzi, en République démocratique du Congo, auprès des femmes victimes de viols de guerre en leur permettant de pratiquer le karaté de manière pérenne. Elle a aussi mis en place un programme sportif et social spécifiquement adapté aux femmes victimes de violences. En parallèle, Laurence Fischer fait partie du club des Champions de la Paix de  l’organisation internationale Peace and Sport, qui sont engagés en faveur du mouvement de la paix par le sport.

Étaient également en lice pour le prix :

Gaëlle Abgrall, Sophia Khelloqi, Julie Grasset et Séverine Ferrer.

Prix du courage et du dépassement de soi : Nathalie Birimta

Le Prix du Courage et du dépassement de soi a vocation à reconnaître la force et le courage de Franciliennes ayant bravé les obstacles pour vivre, vaincre et faire savoir.

Nathalie Birimta est présidente de la Fédération des mères combattantes. Son engagement fait suite au décès de son fils de 17 ans, tué à coups de couteau en 2018 dans une rixe entre 2 bandes rivales à Paris. Le collectif de mamans sensibilise aux violences entre jeunes et lutte contre le fléau des rixes. Il intervient dès qu’il est alerté qu’une rixe risque de se produire et diffuse un message de respect, de dialogue et de pardon.

Étaient également en lice pour le prix :

Émilie Daudin, Claire Koç, Sylvie O’Dy, Frédérique Martz et Céline Piques.

Prix Simone Veil : Frédérique Martz

Le Prix Simone Veil met à l’honneur la femme francilienne de l’année, sa détermination et son dévouement à défendre une cause.

Frédérique Martz est cofondatrice et présidente du Fonds de dotation Institut en santé génésique et directrice exécutive de l’Institut Women Safe & Children, créé en 2014. Inédit, ce centre de prise en charge globale des femmes et enfants victimes de violences réunit en un même lieu médecine et justice (infirmières, juristes, gynécologues, médecins, psychologues, ostéopathes…). Ancienne manager d’une grande entreprise du CAC 40, Frédérique Martz est l’inventrice même du concept de soins pour les femmes victimes de violences en leur permettant de se reconstruire dans un cadre bienveillant. En 2021, elle s’est fixée un autre objectif : face à des besoins globaux, apporter l’expertise de Women Safe & Children à d’autres femmes et enfants victimes, sur l’ensemble du territoire national, en ouvrant d’autres antennes (métropole et outre-mer).

Étaient également en lice pour le prix :

Gaëlle Abgrall, Tina Kieffer et Fanny Picard.

Le jury ellesdeFrance 2021

  • Estelle Mossely : boxeuse championne du monde et olympique, marraine de cette édition,
  • Farida Adlani : vice-présidente chargée de l'Action sociale, de la Santé et de la Famille,
  • Charlotte Baelde : déléguée spéciale Femmes-Hommes,
  • Marie-Pierre Badré : présidente du Centre Hubertine Auclert,
  • Jean Veil : avocat,
  • Pierre-François Veil : avocat,
  • Samira Djouadi : déléguée générale de la Fondation TF1,
  • Bouchera Azzouz : administratrice de l’INA, autrice, documentariste, essayiste, femme politique et militante féministe française,
  • Behazine Combadière : lauréate 2020 dans la catégorie Innovation,
  • Fanta Macalou : lauréate 2020 dans la catégorie Solidarité,
  • Gwenaelle Thebault : directrice générale du groupe Marie Claire,
  • Brigitte Henriques : joueuse internationale de football et présidente du CNOSF,
  • Catherine McGregor : directrice générale d’Engie,
  • Saly Diop : lauréate 2020 dans la catégorie Courage,
  • Stéphanie Le Quellec : lauréate 2020 dans la catégorie Création,
  • Claudie Haigneré : astronaute et femme politique,
  • Audrey Diwan : réalisatrice lauréate du Lion d’or 2021,
  • Marina Carrère d'Encausse : médecin, animatrice de télévision, chroniqueuse radio et romancière.