5 juin 2019

Alter Ego Ratio récompense 5 projets lycéens citoyens

élèves-micro
Crédit photo : Marion Pouliquen

Elles avaient le choix de la forme d'expression artistique pour traiter les valeurs citoyennes et républicaines. 5 équipes de lycéens ont été désignées gagnantes du concours Alter Ego Ratio ce 28 mai au siège de la Région. Focus sur 3 d’entre elles.

Un concours régional pour stimuler l'esprit critique et le respect de l'autre

Stimuler l'esprit critique et le respect de l'autre, tel est l’objectif d’Alter Ego Ratio, le concours organisé auprès des classes de lycées franciliennes par la Fédération de Paris de la Ligue de l’enseignement avec le soutien de la Région Île-de-France.

3 thématiques autour des valeurs citoyennes et républicaines 

Pour la 3e année, les élèves ont été invités à réaliser, dans ce cadre, des productions de formes diverses (littéraire, graphique, plastique, théâtrale, audiovisuelle, chorégraphique) sur 3 thématiques autour des valeurs citoyennes et républicaines  :

  • « Contre la radicalisation » pour inciter les lycéens à identifier et à déconstruire le processus de radicalisation
  • « Laïcité pour la diversité » pour les encourager à s’emparer d’un concept trop souvent mal compris, et qui permet pourtant l’harmonie sociale et culturelle
  • « Des femmes à l’initiative » pour les renvoyer à la question du rapport femmes-hommes et aux nécessaires changements qu’une égalité réelle implique.

5 lauréats pour la 3e édition

Sur les 57 candidatures déposées à la Région cette année, 5 groupes de lycéens ont été récompensés pour leur projet lors d’une cérémonie au siège de la Région, à Saint-Ouen (93) : 

  • Le lycée Louis-Armand, de Yerres (91), dans la catégorie « Radicalement pas ! Prix de l’esprit critique »

Les classes de 2de commerce et vente ont réalisé 2 vidéos, dont une de rap. Les élèves ont montré les conséquences néfastes de la radicalisation en insistant sur l'endoctrinement et le rôle des réseaux sociaux.

« On a décidé de travailler tous ensemble. On a d’abord discuté et partagé nos idées pour trouver le meilleur moyen d’exprimer ce qu’on ressentait. Un des garçons de notre classe est rappeur, alors nous est venue l’idée d’une vidéo-rap. Des élèves de notre âge peuvent se faire radicaliser. Il était important pour nous de sensibiliser les gens aux dangers de l’embrigadement. Il ne faut pas être naïf, ne pas s’isoler et toujours en parler. »

Nicoleta, Jean-Paul, Kyllian, Lucina, Émilie, Élisa, Akah et Vincent.

  • Le lycée Kastler, de Cergy (95),  dans la catégorie « Contre la radicalisation »

Porté par 16 élèves de 2de option littérature et société, le projet vise à déconstruire le processus de radicalisation pour mieux le comprendre et proposer des pistes de solutions possibles. 

  • Le lycée Newton, de Clichy-la-Garenne (92), dans la catégorie « Laïcité pour la diversité »

Les élèves de 1re et terminale professionnelles spécialisées en systèmes numériques (option ARED audio-visuel) ont écrit et tourné au sein de leur établissement un film inspiré d'une histoire vraie.

« Nous avons assisté à plusieurs cours sur la laïcité. Cette sensibilisation nous a donné envie d’écrire un petit film sur ce principe d’égalité et de liberté. Nous nous sommes beaucoup impliqués dans le projet : certains ont écrit le script, d’autres ont joué des personnages, et d’autres se sont occupés de la réalisation. Nous voulions montrer que la France est un pays où l’on peut avoir le choix, et que cela ne regarde que nous. Le film permet de faire passer un message fort, et nous en sommes très fiers. »

Théo et Éric.

  • Le lycée La Mare Carrée, de Moissy-Cramayel (77), dans la catégorie « Des femmes à l’initiative ». 

Les élèves de 2de ont réalisé une série de podcasts sur des thématiques liées aux femmes comme les violences domestiques ou les mutilations sexuelles. 

  • Le lycée Parc-de-Vilgénis, de Massy (91),  mention spéciale « Citoyenneté et Paris 2024»

Les lycéennes de la section sportive rugby ont choisi d'organiser une conférence sur la promotion du rugby féminin, ainsi que des interviews en vidéo de joueuses et de joueurs. Elles ont été récompensées pour l’originalité de leur travail.

« C’est notre prof de rugby qui nous a persuadés de participer. Nous trouvons que la place des femmes dans ce sport est beaucoup trop minoritaire. Nous jouons aussi bien que les garçons, avec autant de capacité et d’envie. Pourtant, les salaires des joueuses de rugby sont trop souvent minimes, et les médias ne s’intéressent pas assez à notre discipline. Grâce à cette conférence et notre vidéo, nous voulons faire changer les mentalités et montrer que le rugby n’est pas qu’un sport de garçons. C’est en jouant et en incitant les femmes à jouer que nous voulons avancer. Le rugby est avant tout un sport d’équipe, une grande famille, et il est important de mettre ça avant tout le reste. »

Soline, Pauline, Widade et Chloé, joueuses de rugby du Rugby Club Massy Essonne.