14 septembre 2017

Violences conjugales : les enfants également victimes

chaussures-enfants
Crédit photo : MYOP

Un rapport du Centre Hubertine Auclert, le centre francilien pour l’égalité femmes-hommes, publié ce 7 septembre, met en lumière les conséquences des violences conjugales sur les enfants, et propose des pistes pour mieux les protéger et les accompagner.

Des préconisations pour protéger les enfants des femmes victimes de violences conjugales

Les violences conjugales ont des conséquences graves et durables sur les enfants qui sont directement victimes, témoins ou exposés à ces violences, allant de l’angoisse, l’agressivité, l’échec scolaire jusqu’au suicide. Avec également le risque pour ces enfants de se sentir responsable ou reproduire ces situations à l’âge adulte.

Outre la nécessaire sensibilisation de toute la société aux conséquences que peuvent avoir sur les enfants les violences infligées à leur mère au sein du foyer, le rapport du Centre Hubertine Auclert (1) préconise d’agir par des leviers institutionnels (mise en sécurité des mères victimes de violences étendue à leurs enfants, développement des soins psychologiques aux enfants témoins des violences, meilleure formation des professionnels ), mais également par des leviers juridiques : reconnaître l’enfant en tant que victime de violences psychologiques dans le droit pénal lorsqu’il est exposé aux violences conjugales, faire primer l’intérêt et la sécurité de l’enfant dans les décisions de justice en matière d’autorité parentale, renforcer la coopération entre tous les acteurs (justice, institutions, protection de l’enfance ) sur cette problématique, afin d’harmoniser la prise en charge des victimes.

La lutte contre les violences faites aux femmes, Grande Cause régionale 2017 

La Région Île-de-France, mène depuis de longues années une lutte contre les violences faites aux femmes, en développant des dispositifs spécialisés d’accompagnement aux femmes victimes et leurs enfants, notamment en facilitant l’accès à des logements pérennes, mais également en participant au renforcement du dispositif Téléphone Grand Danger. Pour faire de l'Île-de-France une région solidaire et exemplaire, l'exécutif régional a fait de la lutte contre les violences faites aux femmes sa Grande Cause régionale 2017.

(1) Rapport rédigé par un groupe de travail (composé d’experts, représentants de collectivités locales, de l’État, de la Justice, de l’Ordre des médecins, des associations spécialisées, ainsi que des conseillers régionaux) réuni par l'Observatoire régional des violences faites aux femmes, entre septembre 2016 et janvier 2017, sous l’impulsion de Clotilde Derouard, conseillère régionale et administratrice du Centre Hubertine Auclert