x

Avant les Jeux olympiques et paralympiques. En savoir plus

Jeux 2024 Alors que les surfeurs des Jeux olympiques vont s'envoler à Tahiti pour se mesurer à la vague de Teahupo'o, une autre vague, artificielle et accessible en RER, déferle quant à elle sur les rives de l'île de loisirs de Cergy. Notre partenaire Enlarge your Paris s'est offert une session de glisse.

L'Île-de-France, le plus grand stade du monde

Alors que les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 approchent à grands pas, la Région et Enlarge your Paris s’associent pour vous proposer une série de reportages hors-série à la découverte de sites sportifs franciliens d'exception. De la rivière olympique de Vaires-Torcy (77) à la vague de surf de Cergy (95), en passant par les rochers de la forêt de Fontainebleau (77), zoom sur une dizaine de lieux qui font de l’Île-de-France le plus grand stade du monde.

Crédit photo : © Région Île-de-France

Teahupo’o, Hawaï, Biarritz, Nazaré, Cergy… Vous cherchez l’erreur ? Pourtant il n’y en a pas. Tous sont bien des spots de surf. 

S’il y a encore 30 millions d’années le Bassin parisien abritait une mer, la ville du Val-d’Oise  se trouve aujourd'hui à 180 km des côtes. Ce qui ne l’empêche pas de posséder l’une des plus grandes vagues à surf artificielles en extérieur d’Europe. Une vague qui caresse maintenant depuis plus de dix ans les rives de l’île de loisirs régionale, réputée également pour son téléski nautique et sa rivière artificielle que l’on peut descendre en rafting.

Ici, nul besoin de regarder les horaires des marées. Juste les horaires d’ouverture. Mais comment donc fait-on pousser une vague si loin de l’océan ? Une question qui a de quoi vous plonger dans des abîmes de perplexité. Les ingrédients sont les suivants : prenez une bâche bien tendue et inclinée en forme de toboggan sur laquelle vous projetez de l’eau à forte puissance. Vous obtenez une vague statique qui permet de glisser et de faire des figures.

Equipé d’une combinaison intégrale et d’un bodyboard, notre journaliste se retrouve donc au pied de la vague pour écouter le briefing. Face à lui, sur le plan d’eau de l’île de loisirs, les wakeboarders s’en donnent à cœur joie sur le téléski nautique. Tout ça à moins de 30 km à vol d’oiseau du périphérique. Drôle d’oiseau quand même que ce paradis de la glisse.

Une sensation de glisse bluffante

Première chose avant de se lancer sur la vague : être le plus détendu possible. Car inutile de penser résister à une eau propulsée à plusieurs m3 par seconde. Il faut faire corps avec elle et accepter de ne pas tout contrôler. Une belle leçon de vie quand on y pense. 

Si les premières minutes s’écoulent un peu crispées, on finit vite par trouver la bonne posture et à se sentir à l’aise. Bien que l’on soit sur un plancher fixe, la sensation de glisse est bluffante.

Il ne lui reste plus qu’à franchir l’ultime cap de l’évolution darwinienne du surfeur, à savoir se mettre debout sur la planche. Après plusieurs essais au cœur de la vague qui se terminent tous dans le décor, notre testeur va adopter une autre technique (et une autre planche) en s’élançant debout depuis le bord. Une stratégie qui va s’avérer payante. Pendant 2 minutes, le voici en plein rodéo aquatique.

Infos pratiques

Adresse : île de loisirs de Cergy - 1, rue des étangs, Neuville-sur-Oise (95). 

Ouvert tous les jours en juillet et en août, de 16 h 30 à 18 h 30 en semaine, de 10 h à 12 h 30 et de 13 h 30 à 19 h 30 le week-end. A partir de 8 ans. 

Tarifs : à partir de 12 € les 25 mn et à partir de 23 € l’heure. 

Accès : gare de Cergy préfecture (Ligne L et RER A) puis bus n° 48 jusqu’à l’arrêt « Base de loisirs ». 

Plus d’infos sur cergy-pontoise.iledeloisirs.fr

Partager la page