30 septembre 2015

Semaine des patrimoines : à Paris, des murs au passé industriel

La Semaine des patrimoines était l'occasion pour les Franciliens de découvrir d'une autre façon le quartier de Belleville, ainsi que des bâtiments parisiens comme la maison des Métallos. 

Semaine des patrimoines : visite de la Maison des Métallos

La ville en grossissant englobe ses faubourgs, des quartiers souvent industrieux. Bruyantes et salissantes, des activités qui faisaient vivre les hommes deviennent indésirables. Repoussées hors de la cité, elles ne sont plus qu’un souvenir dans les centres urbains, à moins d’avoir laissé des murs dont l’aspect rappelle l’usage ancien. Il y a des exceptions toutefois. Lors de cette Semaine des patrimoines, un espace industriel a pu ouvrir ses portes.

Pour débuter la visite que leur proposait le service « Patrimoines et inventaire »  de la Région Île-de-France à la mi-septembre 2015 dans le cadre de la Semaine des patrimoines (voir encadré), une trentaine d’architectes, urbanistes et spécialistes de patrimoine industriel venus du monde entier ont poussé la porte d’un immeuble de la rue Ramponneau, à Belleville (Paris 20e). Au fond d’une cour, l’atelier de métallerie Grésillon, installé ici depuis les années 1950, produit mobiliers, rampes et escaliers à destination d'une clientèle d’architectes, d’agenceurs et de particuliers. Ivan Weiler, gérant de l’entreprise, apprécie d’être facilement accessible à ses clients parisiens. Il pourrait toutefois être poussé à déménager. La société d’économie mixte propriétaire des murs est vendeuse. L’acheteur pressenti raserait l’ancien atelier pour édifier une auberge de jeunesse. Animée par des habitants et des artistes qui occupent des ateliers dans la cour, une association mène la lutte pour conserver cette activité industrielle dans le quartier qu’a bouleversé la fièvre immobilière.

Dans le sillage de leur guide, l’historien Thomas Le Roux, les visiteurs ont ensuite gagné le bas de la pente sur laquelle dévale le quartier de Belleville pour aller à la maison des Métallos. En chemin, les traces du passé industriel du quartier sont nombreuses, que révèlent l’usage de la brique et du métal dans la construction, ou les fenêtres surdimensionnées. De nombreuses rues dans ce quartier portent les noms d’industriels du textile ou de la métallurgie. Elles croisent la cour des Fabriques, le passage de la Fonderie, l’Impasse des Baleines (où se confectionnaient des corsets)… Au fond de la cité d’Angoulême, une ancienne usine de peinture et dorure sur porcelaine construite en 1862 est désormais occupée par l’agence de l’architecte Jean Nouvel.

La Semaine des patrimoines rend hommage à ce haut lieu du syndicalisme

La Maison des Métallos, rue Jean-Pierre Timbaud, témoigne à double titre de l’histoire industrielle du quartier. Construite en 1881, cette usine a abrité une célèbre fabrique d’instruments de musique, la maison Couesnon. Victime de la crise de 1929, celle-ci doit céder les locaux en 1936. En cette année du Front populaire, les effectifs de l’Union fraternelle de la métallurgie (UFM) de la CGT passent de 10.000 à 250.000 syndiqués. L’argent des cotisations est investi en biens immobiliers. C’est ainsi que les ateliers Couesnon deviennent la Maison des Métallos, haut lieu du syndicalisme pendant 60 ans. Mais l’UFM est contrainte de vendre en 1997. Sensible à la mobilisation d’associations et d’habitants du quartier qui refusent de le voir disparaître, la Mairie rachète l’édifice et en fait un lieu de culture (salle de spectacles, studios audio et vidéo, salle d’exposition, bar…).

Après avoir visité l’endroit, le groupe s’est dirigé vers le passage Piver et l’ancienne usine Spring Court pour y déjeuner. Ici étaient fabriquées des chaussures de sport jusqu’en 1984. À cette date, la famille propriétaire a réhabilité le lieu pour y accueillir des entreprises liées à l’image et un restaurant, l’Atelier des mélanges.

La journée s’est poursuivie de l’autre côté de la Seine, avec une promenade à travers la ZAC Rive-gauche, un passage vers l’ancienne gare frigorifique devenue Les Frigos, site de créateurs et de producteurs, et enfin l’ex-usine d’air comprimé SUDAC, dans les murs de laquelle s’est installée l’école nationale supérieure d’architecture de Paris Val-de-Seine. Sous le spectaculaire plafond voûté de leur bibliothèque, les étudiants peuvent méditer sur les vertus des bâtiments anciens et l'opportunité de les adapter à un nouvel usage.

Plus d'infos sur la maison des Métallos : www.maisondesmetallos.org
Plus d'infos sur la Semaine des Patrimoines : www.memoires-histoires.org

Cette visite d'un Paris au passé industriel était organisée durant la 2e semaine de septembre 2015 dans le cadre du congrès que le Comité international pour la conservation du patrimoine industriel (TCCIH) tenait à Lille. Les congressistes étaient invités à plusieurs visites en Île-de-France. Parmi la centaine de participants, 50 % venaient de l'étranger (Russie, Lettonie, Allemagne, Australie, Suède, Japon, Chine, Iran, Mexique, Suisse, Taïwan, Belgique).