Publié le 2 septembre 2019
Mis à jour le

Lutte contre les violences faites aux femmes : les actions de la Région

maisondesfemmes_1200

Crédit photo : BINET_MYOP

En 2017, la Région a déclaré « Grande cause régionale » la lutte contre les violences faites aux femmes. Le combat continue. Tour d’horizon des actions concrètes impulsées par la Région pour prévenir les violences envers les femmes et accompagner celles qui en sont victimes.

Les subventions régionales dédiées à la lutte contre les violences faites aux femmes 

  • Lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants. Consulter.
  • Actions associatives pour les femmes en difficulté. Consulter.
  • Investissement en faveur des femmes en difficulté. Consulter.
  • Place des femmes dans l’espace public. Consulter.
  • Mieux protéger les victimes.
    Consulter.

Harcèlement, violences conjugales, féminicides… la liste des violences subies par les femmes est longue. Prévention, assistance et orientation sont les leviers choisis par la Région pour les combattre. Elle peut compter, dans cette lutte, sur les actions du Centre Hubertine-Auclert. Colloques, événements, publication du guide « Agir efficacement contre les violences faites aux femmes », lancement du site #stopcybersexisme, sont quelques exemples d’actions menées. 

Confinement : une écoute et une vigilance accrues 

Face à la crise sanitaire, la Région s'est mobilisée pour maintenir l'activité des associations et proposer des solutions d'urgence aux femmes en danger :

  • une cellule d’urgence régionale a été créée pour recenser et traiter les demandes des associations sociales.
  • Les procédures de versement de subventions ont été allégées,
  • 50.000 masques distribués aux acteurs associatifs.
  • Le Centre Hubertine-Auclert est fortement mobilisé et la Région a demandé un traitement prioritaire des contentieux pour violences conjugales.
  • 44 logements sont mis à disposition des femmes victimes de violences avec la Fédération Nationale Solidarité Femmes.
  • Des chambres et des séjours de répit ont également été proposés à des femmes seules ou avec enfants, en rupture familiale, dans les îles de loisirs de la région. 

Soutenir les associations qui défendent les femmes 

La Région soutient des actions de prévention des violences faites aux femmes grâce à des interventions en milieu scolaire, des expositions, des débats, des études dédiées, etc. Elle est aussi à l’initiative de 3 appels à projets en direction du secteur associatif. 

Catégories

Descriptif

Il vise à endiguer :

  • harcèlement, cyber harcèlement,
  • violences physiques et sexuelles, 
  • violences familiales, enfermement à domicile, 
  • proxénétisme 
  • mutilations sexuelles, 
  • mariage forcé, 
  • port du voile intégral forcé,
  • restriction de circulation et de présence dans l’espace public, 
  • violences patrimoniales,
  • abandon de scolarité imposé.

Appel à projets en faveur de la lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants

En 2020, 24 structures ont été soutenues dans ce sens pour un montant de près de 310.000 euros. Des projets qui bénéficient à plus de 110.000 Franciliens et Franciliennes. Consulter cette aide.

Descriptif

Il contribue à : 

  • lutter contre la prostitution, 
  • accompagner des jeunes filles vers l’emploi, 
  • mettre en place des caméras cachées pour lutter contre le harcèlement 
  • proposer un accompagnement psychologique, 
  • travailler sur l’estime de soi,
  • développer des initiatives collectives pour lutter contre l’isolement.

Favoriser la place des femmes dans l’espace public et lutter contre les violences faites aux femmes

En 2020, 9 associations ont été soutenues au titre de cet appel à projets à hauteur de 81.500 euros. Consulter cette aide.

Descriptif

La Région accompagne les femmes victimes de violences conjugales à travers l'organisation : 

  • de permanences juridiques, 
  • d'un soutien psychologique,
  • d'un accompagnement individualisé lors de procédure judiciaires.

Aides aux victimes d'infractions pénales 

En 2020, 34 structures ont bénéficié de subventions régionales pour près de 530.000 euros. Consulter cette aide.

Assurer la sécurité des femmes victimes de violences

La Téléprotection 

La Région déploie le Téléphone Grave Danger (TGD) à l’ensemble des départements franciliens : un dispositif de télé protection permettant à une femme d’alerter les forces de l’ordre si elle se sent menacée.

Téléphone Grave Danger 

En 2020, le financement régional du dispositif s’élève à plus de 200.000 euros, en faveur de 9 associations.

Dans les transports publics

La sécurité des voyageurs et des voyageuses est une priorité régionale, quand on sait que : 

  • 25% des femmes ne prennent pas le bus faute de s'y sentir en sécurité, selon une étude de l'Institut Paris Région de 2016,
  • 87 % des utilisatrices des transports en commun déclarent avoir déjà été victimes de harcèlement sexiste, de harcèlement sexuel, d’agressions sexuelles ou de viols dans les transports en commun, selon une enquête de la FNAUT de 2016 
  • 43 % des faits de violences graves à l’encontre des femmes se déroulent dans les transports en Île-de-France, 40 % dans la rue, 17 % dans d’autres espaces, dit l'enquête 2015 Virage de l’Ined.
Catégories

Descriptif
  • 3.000 agents prévention/sûreté sont déployés sur l’ensemble de réseaux de transports franciliens. 
  • 1.000 agents de la sous-direction régionale de la police des transports
  • et 1000 patrouilles de réservistes de la gendarmerie nationale sont déployés sur les réseaux de bus en grande couronne,
  • la RATP et la SNCF forment leurs agents en contact avec les voyageurs à repérer les comportements déviants, prendre en charge, écouter les victimes, reconnaitre leur statut et les orienter vers les services de police.

Descriptif
  • La généralisation du numéro unique 3117
    ► 31177 par SMS,
    ► La version application Alerte 3117, à télécharger sur App Store et Google Play 

qui permettent d’alerter les équipes de la RATP et de la SNCF 7/7 jours et 24/24 heures pour signaler rapidement un danger se déroulant à bord d’un train ou dans une gare,

  • un bouton d’urgence depuis l’application de recherche d’itinéraire Vianavigo, à télécharger sur App Store et Google Play,
  • le soutien au programme StandUp : une opération internationale de formation, lancée par L’Oréal Paris, l’ONG Hollaback ! et la Fondation des Femmes pour sensibiliser et former le plus grand nombre à intervenir en toute sécurité lorsque qu’il est victime ou témoin de harcèlement sexuel dans les lieux publics.

Descriptif

C'est  une démarche engagée sur les lignes de bus de nuit de grande couronne, à partir de 22h pour que les femmes se sentent plus en sécurité en se rapprochant de leur destination. Il suffit d'indiquer à l'avance au conducteur le lieu où l'on souhaite descendre, entre 2 arrêts, pour qu'il puisse s'arrêter et stationner sans danger.

Descriptif
  • 80.000 caméras fixes et embarquées sont déployées sur le réseau de transports en commun francilien.
  • Des expérimentations sont aussi lancées pour des caméras-piétons embarquées et de la vidéo intelligente. 

Sensibiliser les jeunes 

  • La campagne « Tu m’aimes, tu me respectes » a été pensée pour prévenir les violences dans les premières relations chez les adolescents. Elle est diffusée via les réseaux sociaux et l’envoi de kits d’information dans les lycées. 
  • Le Centre Hubertine-Auclert a aussi développé un outil simple : le « violentomètre », destiné aux jeunes femmes pour déterminer si leur relation amoureuse est basée sur le consentement et ne comporte pas de violences.
  • Le « Parcours citoyen, Liberté, égalité, laïcité », sensibilise quant à lui les lycéens et lycéennes aux violences sexistes, sexuelles et aux cyberviolences via des débats. 

Un accompagnement durable 

Le soutien régional aux femmes victimes de violences ne s’arrête pas leur prise en charge juridique et psychologique. Des actions pérennes d’accompagnement sont menées.

Catégories

Descriptif

La Région permet le relogement des femmes victimes de violence de 2 manières :  

  • en leur réservant une 100 logements sociaux par an de son propre contingent. La Fédération Nationale Solidarité Femmes dispose d’une subvention de 40.000 euros par an pour piloter ces relogements,
  • Un partenariat avec Action Logement permet de mettre à disposition 500 logements supplémentaires

Descriptif
  • Un appel à projet régional permet de financer des structures d’hébergement dédiés aux femmes en difficulté, avec leurs enfants. Le "Bus des femmes" de la RATP, la Maison des Femmes de Saint-Denis, le centre d’hébergement d’urgence installé temporairement dans l’ancien siège régional des Invalides, en sont quelques résultats. 

Aide régionale à l’investissement pour les établissements d’hébergement et services de jours accueillant des femmes en difficulté et leurs enfants

En 2020, près de 1,1 million d’euros a été dédié à ces lieux. Consulter cette aide

Descriptif

Grâce aux « Ticket-loisirs », la Région propose des séjours sur les îles de loisirs franciliennes, aux femmes dans des situations précaires, Une action qui leur donne accès aux vacances, aux loisirs à l’initiation sportive, avec un encadrement social et psychologique. C'est aussi la possibilité de s’éloigner de leur lieu de vie habituel, de découvrir un environnement nouveau et apaisé. 

Tickets-loisirs

En 2020, 204 personnes ont bénéficié de 4.695 tickets loisirs, soit 28.170 euros de contribution régionale.
Consulter cette aide