2 septembre 2019

Lutte contre les violences faites aux femmes : les actions de la Région

maisondesfemmes_1200
Crédit photo : BINET_MYOP

En 2017, la Région a déclaré « Grande cause régionale » la lutte contre les violences faites aux femmes. Le combat continue. Tour d’horizon des actions concrètes impulsées par la Région pour prévenir les violences envers les femmes et accompagner celles qui en sont victimes.

Harcèlement, violences conjugales, féminicides… la liste des violences subies par les femmes est longue. Prévention, assistance et orientation sont les leviers choisis par la Région pour les endiguer.

Depuis 2016, la mobilisation quotidienne de la Région et de sa présidente Valérie Pécresse, ont permis de : 

  • doubler la part de logements sociaux dans son contingent réservé aux femmes victimes de violences conjugales ;
  • soutenir les structures d’accueil, d'orientation et d'accompagnement ;
  • renforcer la sécurité dans les transports en commun ;
  • proposer aux femmes victimes de violences un accompagnement juridique,
  • renforcer le soutien aux actions associatives de lutte contre les violences faites aux femmes et d’accompagnement des victimes.

« La lutte contre les violences faites aux femmes est un combat personnel que je mène depuis de nombreuses années, c’est un des fils rouges de mon engagement en politique ». Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France.

La Région peut compter, dans cette lutte, sur les actions du Centre Hubertine-Auclert. Colloques, événements, publication du guide « Agir efficacement contre les violences faites aux femmes », lancement du site #stopcybersexisme, sont quelques exemples d’actions menées en 2018. 

La lutte régionale contre les violences faites aux femmes en chiffres

  • 2,8 millions d’euros engagés depuis 2016 pour financer des appels à projets 
  • 1,4 million d’euros pour financer des lieux d’accueil de jour ou d’hébergement, 
  • 490 places d’hébergement supplémentaires,
  • Près de 230.000 femmes bénéficiaires,
  • 1,5 million de personnes sensibilisées par le biais d’actions phares, (interventions scolaires, expositions, théâtre forum, campagnes d’affichage)

Soutenir les associations qui défendent les femmes et accompagnent les victimes de violences

La Région soutient des actions de prévention des violences faites aux femmes grâce à des interventions en milieu scolaire, des expositions, des débats, des études dédiées, etc.

Un appel à projets annuel permet de lutter contre les violences qui entravent la citoyenneté, la libre circulation et l’autonomie des femmes. Depuis 2016, 48 projets ont été soutenus pour un montant global de 650.000 euros.

La Région consacre aussi plus d’1 million d’euros par an au secteur associatif engagé dans l’accompagnement des femmes victimes : handicap, mutilation sexuelle, prostitution des mineures…

Sensibiliser les jeunes à la lutte contre les violences faites aux femmes

La campagne « Tu m’aimes, tu me respectes » a été pensée pour prévenir les violences dans les premières relations chez les adolescents. Elle est diffusée via les réseaux sociaux (900.000 vues sur YouTube et 3,6 millions de personnes atteintes via Twitter), les médias (101 relais), et l’envoi de kits d’information dans les lycées. 

Le Centre Hubertine-Auclert a aussi développé un outil simple : le « violentomètre », destiné aux jeunes femmes pour déterminer si leur relation amoureuse est basée sur le consentement et ne comporte pas de violences.

Le « Parcours citoyen, Liberté, égalité, laïcité », sensibilise quant à lui les lycéens et lycéennes aux violences sexistes, sexuelles et aux cyberviolences via des débats. Près de 300 élèves ont participé au programme en 2018.

L’exemplarité régionale

Une véritable parité est instaurée au sein des instances consultatives régionales, notamment celles relatives à la jeunesse. Une formation de sensibilisation à ces enjeux a été organisée pour l’ensemble des élus régionaux.
À lire aussi : La Région met en place une cellule d'écoute et de prévention du harcèlement sexuel au sein de ses ressources humaines.

Assurer la sécurité, l’accueil et l’hébergement des femmes victimes de violences

La Région déploie le Téléphone Grave Danger (TGD) à l’ensemble des départements franciliens : un dispositif de téléprotection permettant à une femme d’alerter les forces de l’ordre si elle se sent menacée.

Dans les transports publics, la sécurité des voyageurs et des voyageuses est une priorité régionale : 700 postes d’agents de sécurité supplémentaires financés, généralisation du 3117 (31177 par SMS) et expérimentation de l’arrêt à la demande sur 11 lignes de bus de nuit.

La Région soutient les structures qui répondent aux besoins des femmes victimes de harcèlement sexiste, sexuel et de toute forme de violence. Elle finance aussi des établissements d’hébergement pour les femmes en difficulté ou victimes de violences, avec ou sans enfants. Sur les 1.300 places dédiées à l’hébergement des femmes victimes de violences en Île-de-France, 490 ont été cofinancées par la Région.

Depuis 2016, elle a également doublé la part minimum du contingent régional réservé aux femmes victimes de violences conjugales dans son parc social. 

Enfin, depuis 2017, la Région propose à ces femmes des séjours sur les îles de loisirs franciliennes, pour des instants de répit.

Agir pour les femmes en très grande précarité victimes de violences

En 2018, la région, en partenariat avec la Croix-Rouge a mis en place une structure d’hébergement d’urgence « mère-enfant » dans son ancien siège régional. En savoir plus.
En 2019, une mission a été confiée par la Région à Élina Dumont, comédienne et ancienne SDF, sur les femmes à la rue.

Les aides régionales dédiées à la lutte contre les violences faites aux femmes 

  • Appel à projets en faveur de la lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants. Dépôt des dossiers jusqu’au 17 septembre 2019. Consulter.
  • Soutien régional aux actions associatives pour les femmes en difficulté. Appel à projet clos. Consulter.
  • Aide régionale à l’investissement en faveur des femmes en difficulté (accueils de jour, centres d’hébergement). Consulter.
  • Appel à projets en faveur des quartiers populaires et territoires ruraux (place des femmes dans l’espace public et lutte contre les violences faites aux femmes). Consulter.
  • Aide régionale «Mieux protéger les victimes». Consulter.