Publié le 8 juillet 2020

Les solutions apportées pour l’amélioration de la qualité de l’air

Solutions qualité de l'air

Crédit photo : DR

Entreprises, particuliers, collectivités, agriculteurs, il existe des solutions innovantes pour diminuer les émissions et améliorer la qualité de l’air en Île-de-France. Adoptez de nouvelles pratiques à votre échelle pour participer à l’amélioration de l’environnement francilien.

Mettre en place des mesures à grande échelle et des solutions locales

Les actions pour diminuer les émissions consistent notamment à :

  • Faire évoluer les normes,
  • Réglementer les sources d’émissions (notamment au niveau européen, national et également régional),
  • Inciter à des changements de pratiques et/ou d’équipements.

Des mesures à grande échelle sont nécessaires dans la mesure où les niveaux de certains polluants (particules, ozone etc.) peuvent dépendre des émissions de territoires qui peuvent être très éloignés.

En complément des mesures prises à grande échelle, des mesures plus locales vont également participer à améliorer la situation. Leurs effets seront plus visibles sur des polluants plus « locaux » comme le dioxyde d’azote, sur les niveaux de pollution à proximité des sources ou dans des micro-environnements (à l’intérieur de bâtiments, notamment).

Il convient toutefois de noter que pour des actions très locales, il faut veiller à ne pas avoir de phénomènes de « reports » de pollution sur d’autres territoires, par exemple liés à l’augmentation de la congestion des voies de circulation, par ricochet.

Enfin, à l’échelle individuelle, il existe beaucoup de source d’informations pour connaître la qualité de l'air et adapter ses comportements. Les pratiques individuelles influencent notamment de manière importante  la qualité de l’air de son logement.

Quelques exemples de solutions pour améliorer la qualité de l’air intérieur et extérieur

  • Développer de nouvelles pratiques (télétravail, horaires décalés) qui permettent d’éviter des déplacements ou la congestion des axes de circulation par le lissage des horaires. En matière de pratiques de travail, la Région Île-de-France s’est fixé l’objectif de créer 1.000 nouveaux tiers-lieux d’ici 2021, pour favoriser le télétravail près de chez soi et 65% de ses agents sont en télétravail au moins un jour par semaine.
  • Se déplacer avec des moyens peu polluants comme la marche et le vélo, les transports en commun ou des véhicules individuels plus propres (électriques et à hydrogène notamment) et partagés (covoiturage). Pour favoriser le développement des véhicules propres, la Région a ainsi mis en place une aide d’incitation à l’acquisition de véhicules propres pour les entreprises.

La Région encourage également le développement de la pratique du vélo, grâce à l’Aide à l’achat de vélos électriques pour les particuliers avec Île-de-France Mobilités et au financement de création de places de stationnement pour les vélos. De plus, 563 autobus et autocars au gaz naturel et 78 bus 100 % électriques financés par la Région seront livrés dans les réseaux de moyenne et grande couronne entre 2020 et 2022. 

  • Utiliser des équipements de chauffage performants avec des pratiques permet également de limiter leurs émissions polluantes. De plus, il faut respecter les interdictions d’usage concernant certains types d’équipements de chauffage en Île-de-France et le brûlage des déchets verts. En Île-de-France, l’enjeu principal concerne les équipements individuels de chauffage au bois. La démarche « Fonds Air-Bois régional » informe les Franciliens sur les enjeux, les interdictions en vigueur et les bonnes pratiques pour limiter les émissions polluantes. Dans ce cadre, les particuliers peuvent bénéficier d’une aide régionale allant jusqu’à 2.000 euros pour remplacer leurs vieux appareils individuels les plus polluants, utilisés en chauffage principal, par un équipement agréé plus performant.
  • Favoriser, pour l’agriculture, des apports de produits azotés dont les émissions dans l'atmosphère sont faibles. Certaines techniques d’épandage permettent de limiter les émissions. Au travers de son Pacte agricole régional, la Région Île-de-France soutient fortement l’innovation en matière de pratiques agricoles et de matériels de pointe permettant aux agriculteurs franciliens de réduire l’utilisation d’intrants par un ciblage plus fin. 
  • Innover pour améliorer la qualité de l’air. L’Île-de-France a ainsi participé à la création d’un Domaine d’intérêt majeur (DIM) sur la qualité de l’air en Île-de-France. Ce réseau de recherche Qi2 « Qualité de l’air, Impacts sanitaires et Innovations technologiques et politiques » a été créé pour structurer une communauté de recherche à l’échelle de l’Île-de-France. Il réunit des laboratoires, des partenaires institutionnels et des acteurs économiques dans le domaine de la qualité de l’air.

La Région a également financé la création d’un accélérateur de solutions innovantes pour la qualité de l’air, AIRLAB. Cet accélérateur suscite l’émergence et accompagne des solutions innovantes pour la qualité de l’air grâce à une communauté de grandes entreprises, PME, start-up, instituts de recherche et citoyens. Enfin, le Conseil régional a lancé plusieurs appels à projets pour franchir des étapes dans le développement de technologies innovantes pour améliorer la qualité de l’air dans les espaces souterrains, les bâtiments et les espaces intérieurs publics d’Île-de-France.