28 mai 2019

L'action régionale en faveur des seniors franciliens

Senior aidé
Crédit photo : Alterio Felines de Pixabay

En Île-de-France, les plus de 60 ans représentent 19,4 % de la population, selon l’Insee. Depuis 3 ans, la Région s’attache à prendre en compte les besoins spécifiques de tous les seniors, qu’ils soient actifs, fragiles ou dépendants, avec l’ambition de leur offrir les meilleures conditions de vie. 
 

Face au défi du vieillissement de la population, l’émergence et l’accompagnement de la « Silver economy » représente un axe de développement pour le territoire. La mise en place d’une stratégie sur le long terme dans des domaines aussi divers que l’habitat, le transport, la santé et l'e-santé, le commerce ou encore la pratique sportive, permet de répondre pleinement aux besoins des seniors. La cohérence des actions régionales menées depuis 2016 a pour objectif unique le mieux-être des seniors.

Préserver la santé et l’autonomie des seniors

Avec l’accroissement de l’espérance de vie, préserver le bien-être et l’autonomie des seniors est devenu un enjeu de société. Pour les aider à bien vieillir, la Région s’est saisie de ces questions et y apporte des réponses à plusieurs niveaux sur le territoire francilien.  

Soutenir les établissements d'hébergement adapté

Entre 2016 et 2019, la Région a attribué 4 millions d'euros pour la construction ou la réhabilitation de les centres d'hébergement adapté. Ainsi, l’Association pour la création d'équipements pilotes pour personnes âgées (Acep) a reçu 720.000 euros en 2016 pour la restructuration et l’extension de son centre d'hébergement pour personnes âgées dépendantes de Roissy-en-Brie (77). 

En 2018, la Région a soutenu la construction d'un accueil de jour et l’extension d'un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) à Fontenay-aux-Roses (92) à hauteur de 1,8 million d'euros. Cela afin, notamment, de permettre une prise en charge individualisée et adaptée des personnes souffrant de la maladie d'Alzheimer.

Un nouveau centre de santé au sein de l'Ehpad Alquier-Debrousse à Paris (20e), ainsi que les créations d'un Ehpad et d’un foyer d’accueil à Sannois (95) seront en partie financés par la Région à hauteur respectivement de 210.500 euros et 200.000 euros. 

Aider les aidants s’occupant de personnes âgées dépendantes

Alors que les nombreux aidants travaillant auprès des personnes âgées jouent un rôle essentiel, ils restent peu valorisés. La Région s’attache donc à les mettre en valeur. En 2018, l’action régionale en faveur des aidants a permis de soutenir 18 associations pour un total de 340.050 euros. Plusieurs projets visant à développer la prévention santé de ces aidants auprès des personnes âgées ont ainsi été financés pour 49.000 euros.

Et, pour la première fois, le 17 mai 2019, un grand colloque consacré aux aidants salariés et aux moyens d’améliorer leur place dans l’entreprise a été organisé au siège de la Région, à Saint-Ouen (93). 

Adapter la formation des personnels sanitaires et sociaux 

Le financement de la formation des aides à domicile, aides-soignants, infirmiers ou encore ergothérapeutes qui accompagnent les seniors au quotidien est du ressort de la Région. Dans ce domaine, l’évolution des formations doit être en phase avec les nouveaux besoins des seniors. En 2018, sur 11.400 diplômés, 1.711 sont dédiés aux seniors (15%).

Une étude intitulée « Vieillissement et Silver Economy » a été lancée avec le groupement d’intérêt public (GIP) Défi Métiers et l’appui du gérontopôle d’Île-de-France Gérond’if. Il en ressort que le besoin en emplois sur la période 2015-2030 est estimé à 41.650 professionnels avec un ratio estimé à 2.777 dédiés aux seniors en Île-de-France.

Favoriser l’emploi des seniors

La Région finance des dispositifs de formations qualifiantes qui favorisent le retour à l'emploi rapide des seniors : le Programme régional de formation pour l’Emploi ou le Programme régional qualifiant Compétences qui visent l’obtention d’une certification reconnue par l’État. En 2018, sur plus de 20.000 entrées en formation sur ces dispositifs, les seniors représentaient 17 % des stagiaires (3.584).

Par ailleurs, la Région soutient plusieurs projets dont celui de coaching auprès des seniors du cabinet de consultants « Nov’essor » en partenariat avec Pôle emploi. Ou encore celui de « Label Emploi 45+ » présenté par le Comité de bassin d’emploi Sud 94 sous la forme d’un accompagnement individuel renforcé.

Enfin, la Région soutient les centres régionaux franciliens du Centre national des arts et métiers (Cnam) dans ses actions de formation adaptées aux besoins des seniors engagés dans une reconversion ou une spécialisation professionnelle de fin de carrière.

La participation financière de la Région en faveur de ce public représente un montant de 364.000 euros.

Une Région accueillante pour les seniors

Construire des logements adaptés aux besoins des seniors

Actuellement, 22 % de la politique régionale en matière de logement bénéficie aux seniors franciliens. Quant aux logements financés par la Région, même s’ils ne sont pas spécifiquement destinés à des seniors, ils répondent aux exigences en matière d’accessibilité et d’adaptation pour accompagner le vieillissement dans de bonnes conditions. Et surtout, permettre le maintien à domicile le plus longtemps possible.

Encourager et soutenir le développement des liens intergénérationnels

Aujourd’hui, 1 million de places sont disponibles en maisons de retraite, alors que se profile une population vieillissante de 15 millions de retraités. L’habitat intergénérationnel, modèle innovant soutenu par la Région, apparaît donc comme une alternative pour lutter contre l’isolement des seniors.

La Région accompagne des projets innovants tels que des colocations entre seniors, l’accueil d’un jeune à son domicile ou les résidences intergénérationnelles. Cette année, la Région consacre 200.000 euros à un projet, à Paris, de construction d'une résidence sociale accueillant 21 personnes handicapées vieillissantes au sein de 3 colocations.

Dans cette même logique, la Région a accompagné, depuis 2016, des opérations à Dammarie-les-Lys (77), Bondoufle, Corbeil-Essonnes, et Mennecy (91) pour un montant total de 974.000 euros.

Répondre aux besoins de santé des seniors 

Depuis 2016, la Région a consacré plus de 10 millions d'euros pour maintenir l’accès territorial et financier à une offre de soins de premiers recours partout sur le territoire francilien, notamment en aidant l’installation de professionnels libéraux sur le territoire francilien. Et, d’ici 2021, près de 100 maisons de santé auront été soutenues.

En parallèle, la Région investit dans le développement de la télémédecine. Ces nouvelles technologies de santé offrent une opportunité de réduire les fractures territoriales et d’accès aux soins, notamment pour les personnes âgées. 

De plus, elle accorde son soutien financier aux étudiants des filières paramédicales désireux de s’installer dans un territoire carencé, pendant leur formation. Ainsi, les masseurs-kinésithérapeutes, qui jouent un rôle déterminant dans le maintien à domicile des personnes âgées, peuvent bénéficier d’une bourse régionale, pendant leurs 2 dernières années de formation. En contrepartie, ils s’engagent à s’installer, pour une durée de 3 ans minimum, dans les territoires en manque de médecins pour y redynamiser l’offre de soins.

Rendre les transports accessibles pour les seniors

En plus des 265.000 bénéficiaires d’un forfait Améthyste, qui offre un abonnement aux transports publics à tarif réduit sous condition de ressources aux personnes âgées, 120 000 seniors franciliens utilisent un forfait Navigo chaque année.

Pour répondre à leurs besoins en transports à prix abordable, un nouveau forfait « Navigo Senior » annuel à demi-tarif sera proposé à partir du 1er décembre 2019. Ce nouveau titre de transport financé à 100 % par Île-de-France Mobilités, sera disponible pour tous les Franciliens de plus de 62 ans et qui, aujourd’hui, ne bénéficient pas de la carte Améthyste.

Politique de mise en accessibilité des transports publics

Le réseau francilien est aujourd’hui accessible à 38 % pour les usagers à mobilité réduite : métro, RER, Transilien et tramway. La Région déploie une politique volontariste pour qu’à l’horizon 2024 60 % des stations du réseau ferré soient accessibles, dont environ 80 points d’arrêts dans Paris intra-muros. 

Le Schéma directeur pour l’accessibilité prévoit en outre la mise en accessibilité, d'ici 2024, de 266 gares représentant près de 95% du trafic ferroviaire francilien. Dans les transports publics de surface, 100 % du réseau de tramway et 69 lignes du réseau de bus parisien sont déclarés accessibles pour tous les usagers en Île-de-France. 

Sur le reste du territoire francilien, Île-de-France Mobilités travaille avec les collectivités à l’accessibilité physique des lignes, d’une part en acquérant du matériel roulant permettant l’accessibilité pour les personnes en fauteuil roulant, et d’autre part en finançant la mise en accessibilité des points d’arrêt.

L’objectif est de permettre à tous les Franciliens, dont les seniors, d’utiliser les transports publics.

Le développement du transport à la demande

Île-de-France Mobilités a engagé le développement de lignes de Transport à la demande (TAD), essentiellement en grande couronne. Cette solution représente un complément idéal aux lignes de bus ou de trains pour les habitants des zones les moins denses, et plus particulièrement pour répondre aux besoins des seniors. Une centrale régionale de réservation sera créée à l’été 2019 et une quarantaine de lignes devraient voir le jour d’ici 4 ans.

Le service PAM s’adapte aux besoins des seniors dépendants

La Région cofinance, à parts égales avec les départements et Île-de-France Mobilités, le service de transport collectif « Pour aider à la Mobilité » (PAM). Ce réseau de transport à la demande de porte à porte, qui concerne les personnes âgées dépendantes (GIR 1 à 4), est en cours d’évolution afin d’améliorer la qualité de service et d’être encore plus homogène sur le
territoire.

Améliorer le cadre de vie des seniors

Maintien des commerces de proximité

Dans le Pacte rural voté en mars 2016, la Région s’est fortement engagée à veiller à la sauvegarde des commerces de proximité en milieu rural. Car ces commerces sont une réponse incontournable au manque de mobilité des personnes vieillissantes et au maintien du lien social. Depuis 2016, plus de 7,2 millions d'euros y ont été consacrés.

Agir pour l’accès aux vacances et au sport

Dans le cadre de sa politique de développement des loisirs, la Région Île-de-France apporte son soutien aux événements festifs et aux séjours organisés pour des seniors en difficulté.

La Région a soutenu par exemple le projet des Petits frères des pauvres, à hauteur de 32.000 euros en 2018, qui a permis à 400 personnes âgées de plus de 50 ans, isolées, souffrant de précarités multiples ou en perte d'autonomie, de partir en vacances.

D’autre part, la Région consacre 1,7 million d'euros au développement d’une offre sportive adaptée au public des seniors et d’équipements sportifs de proximité susceptibles de proposer des activités douces. Parmi ces actions figurent les rendez-vous de la Marche Nordique portés par la Ligue Île-de-France d’athlétisme, la Semaine de la rando-santé et bien-être portée par le Comité Île-de-France de Randonnée, la formation de coachs Athlé-Santé par la Fédération française  d’ahlétisme ou encore  la mise en place d’équipes multi-générationnelles de golf.

La Région engagée en faveur de la « Silver Economy », source de croissance et d’emplois

Habitat adapté, domotique, robotique... L’essor des nouvelles technologies au service du mieux-vieillir doit permettre de faciliter la vie quotidienne des seniors à domicile. Depuis sa création en 2013, le cluster « Silver Valley » bénéficie d’un soutien significatif de la Région qui s’établira, en 2019, à 180.000 euros. 

La Région soutient aussi activement les réseaux de chercheurs dont les travaux portent sur la santé et le vieillissement (Gérond’if) et s’assure que les résultats de ces travaux profitent directement aux acteurs franciliens. En 2016, le réseau de recherche « Longévité Vieillissement », porté par le gérontopôle d’Île-de-France Gérond’if, a été labellisé Domaine d’intérêt majeur. La contribution de la Région pour 2017-2019 a été de 1,6 million d'euros.

Le projet scientifique du DIM vise à repérer précocement les fragilités associées au vieillissement, à en comprendre les déterminants pour agir de manière préventive afin de retarder la dépendance évitable.