8 janvier 2019

À la découverte du territoire francilien

Butte d'Orgemont
Crédit photo : Emmanuelle Blanc / Picturetank

Découvrez le territoire francilien, une région dont l’histoire se confond avec celle de tout un pays. Une région dynamique et attractive qui produit le tiers de la richesse nationale et dont les atouts sont multiples. 

Le territoire francilien, territoire au passé capital 

Depuis l’époque où Paris s’appelait encore Lutèce, le territoire francilien est le théâtre des heures les plus décisives de l’histoire du pays. Ce qui n’a rien de surprenant dans une France marquée par des siècles de centralisation monarchique et républicaine.

L’Île-de-France, c’est Fontainebleau (77) et son château où se plaît François Ier et où abdique Napoléon Ier. C’est le Louvre et ses intrigues, et Versailles (78), dont le faste incarne l’apogée de la monarchie de droit divin. C’est la basilique de Saint-Denis (93), nécropole des rois de France, et l’abbaye de Port-Royal, à Paris, foyer de la contestation religieuse. Ce sont les grandes heures de la Révolution française, les premiers pas de la Ire République, et la quasi-totalité des centres du pouvoir de la Ve : le palais de l’Élysée, l’hôtel Matignon, l’Assemblée nationale, le Sénat. 

Cette histoire glorieuse a aussi ses lieux de confrontations, de drames, de mémoires souvent douloureuses : Charonne et la répression dans le sang d’une manifestation contre l’OAS et la guerre d’Algérie ; le Mont-Valérien et l’exécution de plus d’un millier d’otages et de résistants durant la Seconde Guerre mondiale ; le mur des Fédérés, où 147 Communards ont été fusillés ; Drancy (93) d’où partent les Juifs parisiens pour les camps de la mort.

Malgré ce contexte très national, le fait local est parvenu à émerger sur le territoire francilien, mais plus tard qu’ailleurs. Ainsi, il a fallu attendre 1977 pour que le maire de Paris soit élu au suffrage universel, bien après ses collègues des autres villes françaises. De même, ce n’est qu’en 2006 que la Région Île-de-France a hérité de la compétence « transports publics », en prenant les commandes de l'autorité organisatrice en la matière, le Stif, désormais dénommé Île-de-France Mobilités. Si la décentralisation a finalement fait son chemin, la question du rôle spécifique de l’État en Île-de-France reste une question récurrente, ressurgissant par exemple lors du lancement et du pilotage du projet du Grand Paris.

 

Le territoire francilien aujourd'hui, des atouts majeurs 

Située au carrefour des échanges européens et mondiaux, l’Île-de-France est la première région économique française et l’une des premières au niveau européen. Composée de 8 départements, 1.297 communes et arrondissements, elle affiche au 1er janvier 2016 (chiffres communiqués par l'Insee fin décembre 2018) une population de 12.117.132 habitants (soit 19 % de la population française métropolitaine), plus jeune que la moyenne nationale. Entre 2011 et 2016, elle a ainsi gagné 264.000 habitants, tout particulièrement en Seine-Saint-Denis, dans le nord de l’Essonne et l’ouest de la Seine-et-Marne.

Des atouts nombreux :

  • Son PIB représente environ 31 % de la richesse nationale et près de 4,5 % du PIB de l’Union européenne, devant le Grand Londres et la Lombardie.
     
  • Sa forte tradition industrielle se caractérise par un tissu dense de PME-PMI et un large éventail d’activités. Elle rassemble une forte densité d’entreprises technologiques (grands groupes, PME, start-up), des pôles de compétitivité de réputation internationale et une des plus fortes concentrations scientifiques et technologiques en Europe.
     
  • Premier bassin d’emploi européen, la région bénéficie d’une main-d’œuvre hautement qualifiée, en regroupant 35 % des cadres français. Le territoire francilien rassemble 23 % des universités françaises, 25 % des écoles d’ingénieurs (hors universités) et 22 % des écoles de commerce.
     
  • Pour renforcer son attractivité, la région s’est dotée d’infrastructures de premier plan. Le « hub » aérien de Paris est le premier d’Europe continentale : la plupart des grandes métropoles européennes sont accessibles en moins de 2 heures de vol.
     
  • Avec 70 ports et 6 plateformes multimodales répartis sur 500 km de voies navigables, la région est également la 2e plateforme fluviale d’Europe. Ports de Paris est le 1er port intérieur du monde dans le domaine du tourisme avec 7,5 millions de passagers transportés en 2017 dans la capitale.
     
  • Ses réseaux de communication à haut débit permettent aux entreprises de bénéficier de conditions technologiques très favorables à leur essor.
     
  • L’Île-de-France, et plus particulièrement Paris, restent très attractifs pour les touristes internationaux. Elle est, depuis plusieurs années, la 1re région touristique au monde. En outre, avec 700.000 m² d’espaces d’exposition, Paris se situe au 1er rang européen sur tous les critères : nombre de salons accueillis, nombre d’exposants et nombre de visiteurs pour les salons de plus de 200 exposants. Sur le marché mondial (salons de plus de 500 exposants), Paris est au 1er rang en termes de nombre de salons et de nombre de visiteurs, et au 5e rang en termes de nombre d’exposants. À noter : inauguré en novembre 2017 porte de Versailles, le « Paris Convention Centre » est le plus grand centre de congrès européen avec ses 72.000 m² de surface et sa capacité d'accueil de 35.000 personnes.
     
  • Paris accueillera les Jeux olympiques durant l’été 2024. L'organisation de l'événement implique la mise en œuvre d'une quarantaine de mesures concernant les équipements sportifs, mais aussi le réseau de transport, l’accès au logement, les services publics, la lutte contre la pollution, le recyclage des déchets