Publié le 20 mai 2020
Mis à jour le

Covid-19 : de l’emballage écologique aux masques alternatifs

Masques lavables start-up l'Embeillage

Crédit photo : L'Embeillage

L’Embeillage, start-up spécialisée dans l’emballage alimentaire zéro-déchet, a été accompagnée à sa création par le programme Pépite Start’up Île-de-France. Pour lutter contre le Convid-19, elle s'est lancée dans la production de masques en coton bio et antbactériens.

embeillage d'un saladier

L’Embeillage a été « incubée » en 2019 au campus de start-up Station F, à Paris (13e), dans le cadre de Pépite Start’up Île-de-France, le programme d'accompagnement des start-up portées par des étudiants. 

En pleine crise sanitaire du Covid-19, cette jeune start-up spécialisée dans l’emballage alimentaire zéro-déchet a choisi d’adapter sa production en utilisant la matière première de ses emballages pour confectionner des masques lavables. 

L'embeillage, une alternative naturelle au plastique

Les vertus de l'embeillage 

Alliant coton, cire d'abeille et résine de pin entre autres, l'embeillage présente des qualités étonnantes pour emballer et protéger. Plus d'infos.

Cette matière première, qui donne son nom à l'entreprise, est « l’embeillage » (ou « bee wrap »). Confectionné en coton bio, cire d’abeille française, huile de chanvre et résine de pin des Landes, ce tissu est lavable et réutilisable, imperméable et respirant, modelable et antibactérien. Ce qui en fait une alternative naturelle au plastique pour les emballages alimentaires. Il est parfait pour la conservation des aliments comme le pain, le goûter des enfants, une salade, etc.

Adapter sa production en temps de crise sanitaire

À la suite de la fermeture des points de vente et de l’annulation des salons et des foires dues à l'épidémie, les ventes de l’Embeillage ont considérablement chuté. Quelques jours avant l’annonce du confinement, la start-up a dû fermer son atelier de production situé au Perreux-sur-Marne (94) pour protéger la santé de ses travailleurs et du personnel handicapé de l’Esat avec lequel elle collabore.

Masques alternatifs en coton l'Embeillage

La start-up a alors souhaité contribuer à l’effort national de limitation de propagation du virus à son échelle. « Nous avons voulu mettre à disposition nos matières premières, notamment notre coton biologique de très bonne qualité, et les machines de découpe de notre atelier pour fabriquer des masques alternatifs », explique Quentin Sinel, fondateur de l’Embeillage.

Composés de 2 épaisseurs de tissus en popeline de coton, les masques, en vente sur le site de l’Embeillage, font barrière aux postillons et bactéries. Lavable à 60°C, le modèle est conforme aux normes recommandées par l’Afnor.

Les masques de l'Embeillage sont bien plus écologiques que les masques jetables que nous commençons à retrouver abandonnés au détriment de l’environnement »,
 
Quentin Sinel, fondateur de l'Embeillage

Une démarche solidaire et écologique

Depuis la mise en place de l'opération, mi-avril 2020, 650 masques en coton, ornés des motifs gais et colorés de la start-up, ont été vendus ou donnés. « Cela correspond au maximum des capacités de l’atelier puisqu’un seul de nos postes de travail était ouvert », précise le fondateur de l'Embeillage. Pour soutenir les soignants, la start-up reverse 50 centimes d’euros sur chacune de ses ventes au service de réanimation de l’hôpital Saint-Camille de Bry-sur-Marne (94).

Un accessoire qui a de l’avenir puisqu’il permet de se protéger tout en préservant l’environnement. « L'atelier a rouvert en effectif réduit le 11 mai 2020. La demande de masques semble baisser mais nous continuons à en produire. Car ils sont bien plus écologiques que les masques jetables que nous commençons à retrouver abandonnés au détriment de l’environnement », conclut Quentin Sinel. 

Le programme Pépite Start’up Île-de-France

Développer l’entrepreneuriat étudiant, tel est l'objectif du programme Pépite Start’up Île-de-France. Cet accompagnement, pendant 6 mois à Station F, à Paris (13e), de projets de start-up portés par des étudiants a été mis en place en 2017 par la Région en collaboration avec les Pépite (Pôles étudiants pour l’innovation, le transfert et l’entrepreneuriat) d'Île-de-France et le Schoolab. Plus d'infos.