Publié le 1 juillet 2020

22 lauréats pour l’appel à manifestation d’intérêt fret et logistique

Crédit photo : DR

Lancé début 2020, l’appel à manifestation d’intérêt « Accompagnement des Territoires » de la Région Île-de-France visait à inciter collectivités et professionnels de la logistique à collaborer. 22 premiers projets ont été retenus pour développer une logistique vertueuse permettant de renforcer l’attractivité du territoire francilien et réduire les nuisances environnementales.

Avec la généralisation du e-commerce, la filière logistique est en pleine mutation. Délais de livraison de plus en plus courts, volonté de rapprocher les centres de stockage des consommateurs finaux, difficultés à trouver du foncier, etc. : les enjeux sont nombreux. 
Dans ce secteur fortement concurrentiel, des solutions partagées à l’échelle du territoire francilien peinent à prendre forme. 

Avec son appel à manifestation d’intérêt (AMI) « Accompagnement des Territoires », lancé en janvier 2020, la Région Île-de-France a souhaité soutenir les acteurs publics et privés à se concerter pour aboutir à des projets concrets de logistique urbaine. C’est tout l’esprit de la Stratégie fret et logistique régionale, votée en 2018, qui a pour ambition de mieux gérer les flux de marchandises afin de limiter les effets négatifs sur l’environnement.

Tous les aspects du fret et de la logistique ont été envisagés

Au total, 43 dossiers de candidatures ont été déposés, témoignant de l’intérêt et de la mobilisation des acteurs. Les projets portent sur l’usage de la voie fluviale, l’analyse des données de marchandise, la mutualisation des flux ou encore les livraisons par mode doux et le soutien aux circuits courts.
Au final, 22 projets ont été retenus lors de cet AMI, donnant lieu à l’attribution de 41 subventions pour un montant total de 7,7 millions d’euros.

Les 22 premiers lauréats  de l'AMI « Accompagnement des Territoires »

Parmi les 22 dossiers retenus presque 25% traitent de l’innovation logistique pour la desserte du dernier kilomètre, ensuite plus de 18% concernent la logistique urbaine fluviale, 15% se concentrent sur les flux, 10% sur les données et l’analyse des flux de marchandises, 10% sur l’intégration de la logistique dans l’aménagement urbain et 5% traitent de la cyclo-logistique et des circuits courts.

Thématique fluviale :
•    Barge fluviale de stockage déporté par Fludis (AMME SAS) - 112.500 euros : développement et mise en place d’une solution fluviale de stockage déporté de matériaux de constructions sur le Canal Saint-Denis.
•    Green Deliriver par Marfret40.000 euros : concept innovant de logistique urbaine multimodale reposant sur un pousseur fluvial propre (hybride bioGNC/electrique) et une barge fluviale logistique connectée.
•    Box2home - 500.000 euros : mise en place d’une nouveau modèle de livraison urbaine multimodale grâce à des caisses mobiles innovantes et connectées.
•    Logistique urbaine fluviale combinée par Speed Distribution Logistique - 230.000 euros : conception, expérimentation et mise en place d’une solution multimodale combinée fleuve/route entre Ivry-sur-Seine et Paris.
•    Logistique propre et multimodale (LPM) par Coursier Privé - 550.000 euros : expérimentation de plusieurs solutions innovantes et complémentaires permettant un acheminement fluvial et une distribution finale propre de marchandises légères dans Paris et en proche couronne.

Zoom sur : la logistique fluviale

Près d’1/6e des  dossiers candidats ont présenté des projets proposant de nouvelles organisations multimodales de la chaîne d’approvisionnement intégrant la solution fluviale, de façon à massifier les marchandises et à s’approcher par bateau au maximum de la zone dense de consommation, dans le contexte de grands chantiers franciliens et dans la perspective des JOP 2024. 
Les projets portent sur le développement de nouveaux outils logistiques fluviaux, sur la R&D pour la construction de bateaux à motorisations plus propres et adaptées au contexte des nouvelles réglementations, de bateaux dédiés à certains produits, de bateaux-entrepôts flottants, ou encore de caisses mobiles innovantes.
En appui sur les plateformes portuaires multimodales franciliennes situées aux portes de Paris (Gennevilliers et Bonneuil-sur-Marne), les projets candidats à l’AMI combinent la solution fluviale avec des solutions de livraison du « dernier kilomètre », en véhicules propres (VUL électriques ou gaz et vélos-cargos…).

Thématique nouvelles organisations de la logistique, économie collaborative et de la  fonctionnalité :
•    Delivening - 404.000 euros : procédé innovant de livraison du dernier km de colis volumineux mobilisant l’optimisation algorithmique pour prendre en compte les difficultés de stationnement et de manutention.
•    Transport mutualisée au départ de Rungis par Unigros450.000 euros : mutualisation et optimisation des opérations de livraisons des grossistes au départ de Rungis et à destination des clients d’un périmètre limité.
•    Cyclologistique par le Conseil départemental du Val-de-Marne - 197.000 euros : développement d’une analyse des flux logistiques et implémentation de solutions décarbonées en direction des services du Conseil départemental.
•    Wello - 550.000 euros : création et expérimentation d’un nouveau concept de vélo modulaire, polyvalent et connecté permettant le suivi et l’optimisation des flux et tournées de cyclologistique. 
•    DragonFlyPads par Fan Worldwide Limited - 270.000 euros : expérimentation de l’usage de drones de livraison et de contrôle des opérations logistiques à partir d’au moins trois sites de décollages/atterrissage sur le marché d’intérêt national de Rungis.

Thématique équipements et infrastructures logistiques innovants, connectés et adaptés aux nouveaux usages :
•    Jestocke.com - 465.000 euros : déploiement de centres urbains de stockage connectés au sein des locaux vacants de bailleurs sociaux
•    Parkunload par la Ville de Paris - 250.000 euros : aménagement d’aires de livraisons connectées dans le 4e arrondissement de Paris
•    PLUME par Novaxia et FM Logistics - 500.000 euros : création de modules préfabriqués permettant l’utilisation de façon transitoire du foncier vacant à des fins logistique.
•    Immeuble inversé par Sogaris - 500.000 euros : aménagement d’un hub logistique et de service dans un ancien parking souterrain rue du Grenier Saint-Lazare (Paris)
•    Urban Hub par Stockage Plus - 200.000 euros : déploiement de sites urbains (hubs) de distribution de colis permettant de redéfinir et optimiser les livraisons du dernier km par des véhicules propres.
•    LOOP par Vinci Construction - 375.000 euros : études préalables pour un système intégré de logistique urbaine décarboné s’appuyant sur un réseau d’infrastructures souterraines dans lesquelles circulent des navettes automatiques.

Thématique nouvelles méthodes de récolte et de traitement des données logistiques, pour les entreprises et les collectivités :
•    Epleï par Matrice.io - 365.000 euros : solution numérique permettant la qualification et l’analyse détaillée de sites logistiques à distance, grâce à l’utilisation d’images satellites HD.
•    Visu Trafic par Orange - 82.000 euros : mobilisation d’algorithmes d’intelligence artificielle pour estimer et caractériser les flux logistiques de manière anonymisée grâce aux données de bornage des cartes SIM.
•    EVOLUE par l’ASLOG, l’Institut du Commerce et le Club Demeter - 550.000 euros : collecte et analyse des données logistiques des transporteurs et chargeurs afin de faire émerger des pistes d’actions collectives en lien avec les territoires.
•    BAC IDF par Logicités et MAUNA Consulting - 107.000 euros : conception, développement et exploitation d’une plateforme numérique centralisant les arrêtés de circulations en Île-de-France.
•    CYRIA par Écologie Logistique - 528.000 euros : création d’une plate-forme data et logicielle permettant le recueil et le traitement de données de flux logistiques afin de produire des scénarios et apporter des réponses spécifiques aux besoins des territoires.
•    Vianova par Spark Horizon - 360.000 euros : système de suivi en temps réel de la circulation des véhicules de fret et logistique et de leurs besoins de stationnement.

Les enjeux de la logistique en Île-de-France 

La logistique est un élément essentiel de l’organisation des territoires et de l’économie de la région. Elle représente aujourd’hui 10 % du PIB régional et emploie plus de 375.000 personnes. Par sa situation géographique et l’importance du nombre de consommateurs, l’Île-de-France constitue un espace stratégique pour les activités logistiques et l’organisation des flux de marchandises. 
En adoptant sa Stratégie régionale pour le fret et la logistique, en mars 2018, la Région a souhaité concilier attractivité économique et excellence environnementale pour favoriser une logistique plus vertueuse et responsable, dans un contexte de forte croissance des flux, notamment routiers.