6 mai 2019

La lutte contre l’homophobie, une priorité pour la Région Solidaire

gaypride-foule
Crédit photo : Conseil régional Ile-de-France

À l'occasion du lancement de la Semaine du Refuge, retour sur les actions mises en place par la Région, notamment avec les associations, afin de lutter contre les discriminations liées à l'orientation sexuelle.

La lutte contre l'homophobie et la transphobie est au cœur de l'action de la Région solidaire. Au total, ce sont près de 418.000 € qui ont été affectés en 2018 pour des projets qui concernent la lutte contre les LGBTphobies.

Le soutien aux associations

 Dans le cadre de sa lutte contre les discriminations, inscrite dans sa politique de solidarité, la Région organise un appel à projet qui permet de soutenir des associations notamment engagées dans la lutte contre l’homophobie, telles que SOS Homophobie, le Ravad ou Le Refuge. Ces dernières accueillent des jeunes isolés et rejetés par leur famille à la suite de l’annonce de leur homosexualité.

La Région soutient l'association l'Autre Cercle

L'Île-de-France est la première région de France signataire de la charte de l'association l'Autre Cercle, qui fixe les bonnes pratiques à adopter dans le cadre de la lutte contre l'homophobie, et, plus largement, les discriminations liées à l’orientation sexuelle. Cette initiative participe d'un travail pédagogique d'ampleur auprès des employeurs, destiné à combattre les préjugés. La Région Île-de-France répond ainsi aux exigences de responsabilité sociale et sociétale afin que chaque agent soit respecté et bénéficie d'une égalité de traitement. la démarche s'inscrit dans le cadre du lancement européen des recommandations de l'ONU pour la lutte contre les discriminations envers les lesbiennes, gays, bis, trans et intersexes (LGBTI) dans le monde du travail.

Un soutien aux manifestations

Chaque année, l'Île-de-France est également aux côtés des grands rassemblements, à l’image de la Marche des Fiertés qui célébrera ses 20 ans en 2019. Le podium final de cette manifestation est d'ailleurs financé par la Région à hauteur de 25.000€.

Dans le domaine culturel également, la Région est auprès des acteurs engagés dans la lutte contre l’homophobie, à travers une subvention annuelle au festival Chéries-chéris : festival international annuel, centré sur un cinéma traitant d’homosexualité. La Région Île-de-France a aussi soutenu cette année la production de Fiertés, une série de Philippe Faucon diffusée sur Arte qui retrace le combat pour les droits des minorités sexuelles en France à travers le récit intime de trois destins sur trois générations.

120 000 jeunes sensibilisés chaque année  grâce au Crips 

Enfin, la Région concentre une part importante de son action dans les lycées. En relation étroite avec les rectorats, le Centre régional d’information et de prévention du sida et pour la santé des jeunes (Crips) intervient dans les établissements scolaires et d’apprentissage franciliens : il conçoit et coordonne des actions de lutte contre les discriminations et invite les jeunes, dans ses animations, à développer leur sens critique. Le Crips propose une sélection d’outils pour aborder l’homosexualité et prévenir l’homophobie auprès des adolescents. Ce sont ainsi plus de 120 000 jeunes adultes franciliens qui, chaque année, sont sensibilisés à ces questions à travers grâce au Crips, pour un budget total de 1,2 million d'euros.

Un devoir d'exemplarité

La lutte contre l'homophobie s'inscrit plus globalement dans une politique régionale de lutte contre toutes les formes de discrimination : tout partenaire de la Région - en particulier associatif ou sportif - se voit retirer ses subventions s'il ne respecte pas cette exigence.

Une dépénalisation universelle de l'homosexualité
Lors de la séance plénière le 1er juin 2018, le Conseil régional a adopté le vœu de Valérie Pécresse, présidente de la Région, d'une dépénalisation universelle de l’homosexualité. Aujourd’hui, encore 74 pays à travers le monde pénalisent l’homosexualité par des amendes, de la prison, de la torture et 13 d’entre eux condamnent les homosexuels à la peine de mort.

Les élus régionaux s'engagent
« Conformément à l’engagement de la France en faveur de la lutte contre les violations des droits de l’Homme fondées sur l’orientation sexuelle, le Conseil régional d’Île-de-France est pleinement mobilisé dans la lutte contre l’homophobie et souhaite être pilote aux côtés des États, des institutions et des ONG qui luttent au quotidien aux côtés des personnes violentées, condamnées et tuées pour porter le message d’une dépénalisation universelle de l’homosexualité. Car, aujourd’hui, encore 74 pays à travers le monde pénalisent l’homosexualité par des amendes, de la prison, de la torture et 13 d’entre eux condamnent les homosexuels à la peine de mort. Aussi, au nom de l’ensemble des élus du Conseil régional d’Île-de-France, je demande au gouvernement français de porter auprès de l’Assemblée générale des Nations unies un appel pour la dépénalisation universelle de l’homosexualité, affirmant que les droits de l’homme s’appliquent de la même manière à chaque être humain, indépendamment de son orientation sexuelle ou de son identité de genre. Un tel appel avait déjà permis de sensibiliser la communauté internationale, il avait été porté par le gouvernement français en 2008 et avait été approuvée par 57 États. Il est temps que notre pays se mobilise à nouveau auprès de toujours plus d’États pour que l’Assemblée générale des Nations unies se prononce enfin en faveur d’une dépénalisation universelle de l’homosexualité et considère cette question comme prioritaire au regard des drames quotidiens que vivent de nombreuses personnes dans le monde en raison de leur orientation sexuelle, allant de la privation de libertés jusqu’à la mort. Nous demandons que les libertés individuelles de tous s’appliquent sans entrave et que les actes homophobes soient universellement condamnés. Nous demandons l’adoption par l’Assemblée générale des Nations unies d’un principe de dépénalisation universelle de l’homosexualité. »

Une campagne de sensibilisation dans les transports

affiche-lutte-homophobie

A l’occasion de la journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie le 17 mai 2019, Île-de-France Mobilités, la Région Île-de-France, la RATP et la SNCF, s’associent pour lancer une campagne de sensibilisation dans les transports franciliens. Tous souhaitent rappeler l’importance du respect de chacun, quelles que soient les orientations sexuelles. Les transports sont ouverts à tous et doivent demeurer un espace de liberté permettant à chacun de voyager sans crainte.

Plus d'informations sur la campagne de sensibilisation : ici.