Publié le 10 décembre 2021
Mis à jour le

Accord de coopération entre la Région Île-de-France et Beyrouth

Crédit photo : iStock

La Région Île-de-France a engagé ses premières actions de partenariat avec la ville de Beyrouth en 1991, à la sortie de la guerre civile. Face à la crise sans précédent que traverse le Liban, la Région a réorienté son partenariat avec Beyrouth vers l'aide à la reconstruction et le soutien aux acteurs de la société civile.

L’accord de coopération entre La Région Île-de-France et Beyrouth, capitale du Liban, a été signé le 25 janvier 1999 et élargi 10 ans plus tard à l’ensemble de l’aire urbaine Beyrouth - Mont Liban.

Beyrouth : à savoir

  • Entité partenaire : commune, capitale du Liban.
  • Population :  ville la plus peuplée du pays, son aire urbaine compte plus de 2 millions d’habitants, soit le tiers de la population libanaise.
  • Économie : centre économique du pays.

Une coopération sur plusieurs thématiques

En juillet 2017, la signature à Beyrouth d’un nouveau plan d’actions a ouvert la coopération sur les axes prioritaires suivants :

  • Ville durable, aménagement du territoire, urbanisme, espaces verts et transports
  • Santé
  • Innovation, start-up/incubateurs et numérique
  • Coopération universitaire et enseignement supérieur

Face à la crise économique, sociale et politique sans précédent que traverse actuellement le Liban, la Région Île-de-France a intensifié son partenariat avec Beyrouth. 

Le sommet du réseau Sprint à Beyrouth

En juin 2019, Beyrouth a accueilli le 3e sommet du réseau Sprint. Lancé par la Région Île-de-France en 2017, Sprint est le réseau d'incubateurs africains et francophones qui accompagne des porteurs de projets, et les met en réseau avec d'autres partenaires du dispositif.

Un programme d’aide d’urgence depuis 2020

Le drame du 4 août 2020

Deux gigantesques explosions dans un entrepôt du port de Beyrouth où étaient stockées des tonnes de nitrate d'ammonium ont fait plus de 200 victimes et 6.500 blessés. Plusieurs quartiers ont été partiellement ou entièrement détruits. 
Le coût de la reconstruction de Beyrouth est estimé à 2,5 milliards de dollars par la Banque mondiale.

À la suite de la tragique explosion survenue dans le port de Beyrouth, le 4 août 2020, La Région à immédiatement réagi en prenant plusieurs mesures d’urgence :

  • Une aide à la Croix-Rouge Française afin de remettre en état 2 banques du sang dévastées par l’explosion,
  • Des aides au Secours Populaire Français pour la reconstruction de logements en faveur des plus vulnérables, ainsi que pour réhabiliter 4 établissements accueillant des personnes en situation de handicap ou vivant avec le VIH.
  • Une aide à l’Œuvre d’Orient pour empêcher la fermeture de 6 écoles catholiques francophones et assurer la rentrée de plus de 2.200 élèves.
  • Des aides sous forme de bourses d'étude à l’Université Saint-Joseph et à l’École supérieure des affaires, les 2 établissements d'enseignement francophones emblématiques de la ville. 

Un collectif d’élus engagés pour la reconstruction de la ville

La Région Île-de-France a également mobilisé ses partenaires en créant le « Collectif d’élus engagés pour la reconstruction de Beyrouth », regroupant plus de 140 collectivités franciliennes. Une levée de fonds au profit de l’ ONG Acted a permis d’engager différentes actions contribuant notamment à la réhabilitation de l’hôpital public de la Karantina, à la reconstruction de logements détruits, ainsi qu’à la restauration d’espaces communaux sinistrés.

Liens franco-libanais

  • Diaspora : la communauté libanaise est estimée à 210.000 personnes en France.
  • Économie : avec 4% de part de marché, la France était le huitième fournisseur du Liban en 2019. 
  • Locuteurs francophones : 2,3 millions (Organisation internationale de la francophonie).

 Contact : anne-claire.bouchaud@iledefrance.fr