Publié le 5 juin 2020

Cordées de la réussite : « Tout est à la portée des élèves »

Cordées de la réussite de Paris Assemblée nationale

Crédit photo : Cordées de la réussite de Paris

La Région soutient les Cordées de la réussite, dispositif d'accompagnement des lycéens défavorisés vers l'enseignement supérieur. Anne Vincent, coordinatrice des Cordées de Paris, qui réunissent 12 établissements de l’enseignement catholique, nous explique leurs actions. Témoignage.
 

Appel à projet jusqu’au 8 juin 2020

Vous souhaitez mettre en place une Cordée de la réussite dans votre établissement scolaire en Île-de-France ? Candidatez à l'appel à projet de la Région. 

Dispositif national que la Région finance en Île-de-France dans le cadre de sa lutte contre les inégalités, Les Cordées de la réussite visent à lever les obstacles psychologiques, sociaux et culturels qui peuvent freiner l'accès des jeunes issus de milieux modestes à l'enseignement supérieur.

L'originalité de ce parcours gagnant-gagnant ? Il se base sur des échanges entre des élèves de lycées et, au titre de « têtes de cordées », des élèves d'établissements d’enseignement supérieur. Les premiers y gagnent du soutien méthodologique, de l'aide à l’orientation, une ouverture culturelle, la découverte des métiers, une assistance dans certaines disciplines…

Depuis 2016, 139 Cordées de la réussite, qui ont bénéficié à 56.000 jeunes Franciliens, ont été soutenues par la Région. Pour la rentrée 2019-2020, 42 Cordées de la réussite le sont, dont 11 nouvelles.

Anne Vincent, coordinatrice de la plus grande cordée parisienne, nous explique son engagement

Anne Vincent, coordinatrice des cordées de la réussite de Paris
Anne Vincent, coordinatrice des Cordées de Paris

Quelle est l’action des Cordées de Paris et quel est votre rôle ?

Anne Vincent : Les Cordées de Paris accompagnent 310 élèves des lycées technologiques et professionnels de l’enseignement catholique, dans 12 établissements parisiens. Elles favorisent l’accès à l’enseignement supérieur des jeunes, quel que soit leur milieu socio-culturel. Les élèves trouvent leur chemin grâce à un tutorat hebdomadaire, une ouverture culturelle et un accompagnement à l’orientation. Je dois veiller à ce que les tutorats organisés dans les lycées correspondent aux actions que la Cordée souhaite mener. Je coordonne 3 sorties dans l’année pour rassembler tous les élèves. Je trouve cela très enthousiasmant, j’aime voir le bienfait de nos actions pour les élèves et leurs familles.

Qu'organisez-vous ?

A. V. : Les Cordées de Paris sont divisées en 2 volets. Le premier regroupe 10 établissements qui proposent un tutorat aux élèves, tous les jeudis après-midi, sur la base du volontariat ou en classe entière dans les lycées professionnels. Il leur permet d’améliorer leur manière de se présenter et de s’exprimer, d’approfondir les langues de manière ludique. De nombreuses sorties culturelles leur sont proposées. Les élèves rencontrent régulièrement des entrepreneurs lors de journées des métiers ou de visites de Fab Lab. Les créateurs de start-up sont généralement très jeunes, leurs parcours donnent de l’espoir aux élèves. Nous leur proposons aussi des ateliers pour apprendre à rédiger leur CV ou une lettre de motivation.

 Et dans le second volet ?

A. V. : Il s’agit du programme « les lectures du jeune Wepler », pour une classe professionnelle esthétique et accueil à la personne et une en hôtellerie restauration. Le pari est différent, c’est une découverte du monde du livre menée par les professeurs de français, en partenariat avec la Fondation la Poste et la librairie des Abbesses. Ces partenaires ont un prix littéraire de lectures contemporaines. Tout au long de l’année, les élèves rencontrent des éditeurs, lisent les livres sélectionnés pour le prix et vont au Salon du livre. Ils choisissent 3 ouvrages et organisent la soirée de remise du prix à la Brasserie Wepler (Paris 17), de la cuisine à l’accueil, autour du thème des livres sélectionnés. Ces élèves, qui pensaient que le monde du livre leur était inaccessible, le découvrent lors d’un événement rassemblant écrivains, éditeurs et journalistes.

Éveiller les élèves sur des thèmes de société

Qui accompagne les élèves ? 

A. V. : Il y a entre 70 et 80 étudiants volontaires de l’enseignement supérieur pour le tutorat des lycéens. Nous avons pour cela un partenariat avec l’École supérieure des sciences commerciales (ESSCA). Ses élèves sont préparés pour être tuteurs pendant tout le premier trimestre puis, de janvier à mars, ils accompagnent les élèves. Les tuteurs peuvent aussi être des professionnels, comme lors des ateliers pour être à l’aise à l’oral, qui sont menés par des professeurs de théâtre et des comédiens.

Les élèves comprennent qu’ils peuvent avoir l’ambition d’une longue et belle carrière. Tout est à leur portée. »
Anne Vincent, coordinatrice des Cordées de la réussite de Paris

Quel était le thème de l’année ? 

A. V. : L’engagement, aussi bien politique qu’associatif. Notre objectif est d’éveiller les élèves sur des thèmes de société. Qu’ils réalisent que tout le monde peut, à son échelle, faire une action citoyenne. Nous avons ainsi visité l’Assemblée nationale et assisté à une conférence-débat sur le thème du harcèlement, mené par Mounir Mahjoubi, député et ancien secrétaire d’État chargé du numérique, et Laetitia Avia, députée qui porte la loi contre les contenus haineux sur Internet, accompagnés de leurs attachés parlementaires. Nous sommes aussi allés voir le film Hors norme (NDLR : film produit avec le soutien de la Région), sur l’intégration de jeunes en situation de handicap.

Retrouvez en image les témoignages des élèves accompagnés par les Cordées de la réussite de Paris.

Une subvention régionale indispensable

Quels sont les résultats observés sur les élèves accompagnés ? 

A. V. : Les parents sont extrêmement reconnaissants, certains ne parlent pas français et se démènent pour payer des écoles à parfois 1.500 euros l’année. Grâce au côté ludique des sorties et des ateliers, nous n’avons pas d’absentéisme. Les élèves restent motivés et intéressés toute l’année. Il est fondamental que les élèves rencontrent des personnes qui font la société, cela leur permet d’en comprendre les rouages. Les élèves sont submergés d’informations discordantes sur les réseaux sociaux, ils ont besoin de se coller à la réalité. Ce que je retiendrai est notre sortie à l’Assemblée nationale. Lors du débat, les élèves étaient dignes de s’adresser à un ministre, il n’y a plus de plafond de verre. Ils comprennent que ce n’est pas parce qu’ils sont en bac pro qu’ils ne peuvent pas avoir l’ambition d’une longue et belle carrière, tout est à leur portée.

 À quoi sert la subvention régionale ?

A. V. : Sans la subvention régionale, nous ne pourrions pas mettre en place autant de choses pour les élèves. Les 30.000 euros financent toutes les sorties culturelles pour les 310 élèves, les réservations des salles de cinéma, le tournage des films par un professionnel, la location d’espaces lors des forums. C’est grâce à cette subvention que nous pouvons avoir de l’ambition. Autrement, les Cordées ne pourraient pas fonctionner.