27 mars 2017

Aides aux études : les Cordées de la réussite doublées en 2020

Cordées de la réussite
Crédit photo : Getty Images

Donner la possibilité à tous les jeunes Franciliens d’accéder à des études supérieures, grâce à des partenariats entre collèges, lycées, établissements supérieurs, associations et acteurs économiques. C'est l'objectif des aides aux études les Cordées de la réussite, pour lesquelles la Région double son effort, en y consacrant 600.000€ dès 2017.

Les Cordées de la réussite, démocratiser l'accès à l'enseignement

Les Cordées de la réussite : derrière le vocabulaire sportif et montagnard se cache des aides aux études qui permettent, depuis 2008, de développer l’ambition de jeunes et d’élèves qui n’auraient pas envisagé de « s’élever » jusqu’à une grande école ou des études supérieures longues. Lancées par Valérie Pécresse alors qu’elle était ministre de l’Enseignement supérieur, les Cordées de la réussite ont fait, depuis, preuve de leur efficacité à démocratiser l’accès à l’enseignement d’excellence au niveau national.

 

Doubler le nombre de ces aides aux études

La première conférence régionale des Cordées, le 27 mars 2017,  a réuni dans l’hémicycle du Conseil régional tous les acteurs franciliens de ce dispositif. La Région s’apprête ainsi à en doubler le nombre sur son territoire, d’ici à 2020, avec 150 Cordées contre 79 actuellement. Le budget qui leur est consacré est lui aussi multiplié par deux pour atteindre 600.000 euros.

Déclarant que ces Cordées « constituent un formidable vecteur pour la réussite de tous les jeunes », Valérie Pécresse a souligné l’importance de les développer dans l’enseignement professionnel, où elles sont encore « trop peu nombreuses », mais aussi dans les zones rurales.

Ce dispositif met en lien des lycées, des grandes écoles, des universités et des instituts. Les Cordées créent un vrai réseau entre des lycées et leurs « têtes de cordée » – les établissements d’enseignement supérieur – sur un principe fondamental : l’information directe et la transmission par les pairs, notamment via le tutorat et le soutien par des étudiants.


Axel Romage, 19 ans, est en classe préparatoire MPSI (Maths-Physique-Sciences de l’ingénieur) au lycée Janson de Sailly (Paris) 
« Repéré » au collège République de Nanterre (92) par ses professeurs et le proviseur grâce à ses bons résultats, il a été intégré aux Cordées de la réussite. « Je n’avais pas envisagé de faire d’études supérieures, explique-t-il. Si on n’était pas venu me chercher, je ne serais pas là aujourd’hui. Personne dans ma famille n’a fait d’études supérieures. » Écoute, conseils, sorties culturelles, sensibilisation aux métiers auxquels peuvent mener les grandes écoles : une sorte de coaching est mis en place jusqu’au lycée, pour lui permettre d’intégrer une prépa. « Je suis devenu interne, pour faciliter mes études. C’est un peu dur pour ma famille, mais ils sont fiers de moi, même s’ils ne me le disent pas. »

Raphaël Clisson, 21 ans, est, lui, en 2e année de l'École des Mines, et président de l’association de tuteurs : « Plus de 70 élèves des Mines participent aux Cordées. Nous allons dans les collèges et les lycées parler de sciences, on fait travailler les élèves sur des projets menés ici aux Mines, on emmène les lycéens en sortie culturelle, on organise des rencontres “métiers”, on donne des conseils d’orientation C’est extrêmement motivant ! » Axel approuve : « Les Cordées de la réussite m’ont permis de me dire que ces études étaient accessibles pour tous. J’aimerais bien bientôt devenir tuteur à mon tour... »