19 décembre 2018

Le Conseil régional d’Île-de-France donne mandat à Valérie Pécresse pour obtenir du Conseil d’administration d’ADP que la Région Île-de-France y soit représentée comme censeur

La privatisation d'Aéroports de Paris (ADP) en 2019 voté par le Parlement le 4 octobre dernier est un enjeu majeur pour notre territoire et le Conseil régional d'Ile-de-France doit être pleinement associé à cette décision.

Le Conseil régional d'Île-de-France a donné mandat, ce matin en séance plénière, à sa Présidente Valérie Pécresse pour obtenir du Conseil d'administration d'ADP que la région Île-de-France y soit représentée comme censeur. En tant que censeur, le représentant de la région sera convoqué aux réunions du conseil d'administration, y assistera, aura accès à l'ensemble des informations et pourra influencer utilement sur les débats et l'avenir d'ADP. Cela n'impliquera pas d'immobilisation de fonds par la région, afin de les utiliser plus utilement au profit des Franciliens.

La volonté de l'Etat de céder les parts qu'il détient dans la société ADP peut en effet avoir des conséquences sociales, environnementales, économiques mais également des incidences en termes de sécurité, de risques sur les conditions d'assouplissement d'exploitation et de nuisances pour les riverains des aéroports franciliens. Cela pose également des questions en termes d'attractivité régionale et de souveraineté nationale.

Il faut par ailleurs prendre en compte les recommandations du récent rapport [1] de la Cour des comptes, juridiction indépendante, qui a pointé de nombreux points de vigilance sur les précédentes opérations de privatisation d'aéroports.

Nous serons particulièrement attentifs aux dispositions légales visant à assurer un contrôle approprié de la société, notamment le contrat de concession qui liera ADP à l'État.

La région finance aujourd'hui en grande partie, à travers le CPER (Contrat de plan Etat-Région), les accès transports des aéroports franciliens, dès lors elle peut et entend exercer une influence déterminante sur leur fonctionnement. Elle opère également les guichets d'accueil touristiques des aéroports franciliens en vertu d'une convention qui vient d'être renouvelée pour six ans avec ADP.

Dans cette perspective, nous renouvelons notre demande à l'État que l'utilisation d'une partie des fonds d'une éventuelle privatisation aille directement au développement des infrastructures de transport en Île-de-France, enjeu clé pour les Franciliens et pour l'attractivité de la région. Et que ces recettes permettent enfin à l'Etat d'honorer ses obligations de financement des transports du quotidien et de respecter ses engagements du CPER.

 

Contact presse : servicepresse@iledefrance.fr - 01 53 85 66 45

 

 


[1] Rapport publié le 11 novembre « Le processus de privatisation des aéroports de Toulouse, Lyon et Nice »



Pour ne plus recevoir d'information, cliquez ici