14 mars 2017

Voies sur berge : présentation des scénarios de piétonisation alternatives et des mesures d’accompagnement

Valérie Pécresse, présidente de la Région Ile-de-France et Chantal Jouanno, vice-présidente chargée de l’Ecologie et du Développement durable, ont présenté aujourd’hui les deux scénarios alternatifs d’aménagement et de piétonisation des voies sur berge préparés par l’IAU ainsi que 12 mesures d’accompagnement pour rendre cette piétonisation acceptable par tous. Ces deux scénarios ont pour objectif de permettre une piétonisation plus douce, plus progressive et plus équilibrée :

Scénario 1 : Création d’une voie apaisée à 30 km/h sur les quais bas + 1 voie bus électrique à haut niveau de service quais hauts + 3 voies apaisées quais hauts à 30km/h + bandes cyclables.

Scénario 2 : Création d’une voie de transit à 50 km/h sur les quais bas + 1 voie bus électrique à haut niveau de service quais hauts + 2 voies apaisées quais hauts à 30km/h + bandes cyclables.

Les 12 mesures d’accompagnement proposées par la Région Ile-de-France sont les suivantes :

La Région Ile-de-France mobilisée pour améliorer les transports collectifs 

  • Création du Bus électrique Haut Niveau de Service sur les quais de Seine, pour inciter les automobilistes qui utilisaient les quais à prendre un bus propre et performant. Ce bus, à haute fréquence et à grande capacité, circulera sur une voie dédiée entre le parc de Saint-Cloud et la gare de Lyon.
  • Renforts d’offre sur la ligne 1 du métro : Pour compenser la fermeture de voies de circulation, le STIF a renforcé la fréquence des métros de la ligne 1 qui traverse Paris d’Ouest en Est (La Défense-Château de Vincennes). Ce renforcement de l’offre a été mis en service à l’été 2016 (mesure STIF).
  • Parkings relais et covoiturage aux portes de Paris pour inciter les automobilistes à prendre les transports en commun, avec la création de 1000 nouvelles places de parking relais à tarif attractif aux entrées de Paris pour les abonnés Navigo (porte Maillot, porte d’Auteuil, Porte de Bercy) et l’optimisation de l’usage des parcs relais existants aux portes de la capitale à l’Est, au sud et à l’Ouest (création de places supplémentaires notamment pour le covoiturage, nouvelle tarification attractive, tarification spéciale pour le covoiturage et les abonnés Navigo, création de places réservées au covoiturage).
  • Reconquête de la Seine : vers de nouvelles navettes fluviales, avec le lancement d’une étude par le STIF pour créer un nouveau service de transport fluvial pour remplacer la navette Voguéo abandonnée en 2013. Par ailleurs, dès janvier 2017, le STIF a passé un accord avec les navettes BATOBUS : pour 3,3 € par mois, les détenteurs d’un passe Navigo peuvent désormais avoir accès à BATOBUS.

 

Ses engagements s’ajoutent à ceux déjà pris par la Région :

  • Plan régional pour la qualité de l’air en Ile-de-France : il a été voté par le Conseil régional en juin 2016 et comprend des mesures telles que la fin des bus roulant au Diesel en 2025 en zone urbaine, une aide financière pour les commerçants et artisans pour le renouvellement de leurs véhicules utilitaires concernés par les mesures de restrictions de circulation dans certaines zones de Paris, la création d’un fonds « air-bois » pour le remplacement des vieilles chaudières etc.
  • Grand Paris des bus, qui permet de restructurer l’offre de bus et de proposer un renfort d’offre à Paris et en banlieue.
  • Plan routes régional anti-bouchons, voté en mars 2017 par le conseil régional afin de fluidifier le trafic sur le réseau routier.
  • Plan régional vélo, qui sera adopté par la Région et le STIF en mai 2017 pour accompagner les circulations douces et faciliter l’usage du vélo avec une offre nouvelle qui sera créée de vélos à assistance électrique en location longue durée.

 

Fluidifier la circulation 

  • Réouverture d’une voie apaisée sur les quais bas, pour réduire la congestion routière actuelle devenue insupportable et éloigner le trafic des habitations. Des modulations saisonnières sont à envisager : ouvrir les quais bas 6 mois par an (automne, hiver) lorsque les berges de Seine ne sont pas attractives pour les piétons.
  • Création d’au moins 6 carrefours « intelligents » à Paris, pour fluidifier le trafic sur les quais hauts et le boulevard Saint-Germain. Cela passera par une gestion plus dynamique des feux avec caméras vidéos qui calculent en temps réel les temps de feu vert pour les voitures et qui donnent une priorité aux bus qui sont détectés à l’approche du carrefour. Aujourd’hui, les bus perdent jusqu’à 7 minutes sur les quais de Seine depuis la fermeture des quais bas, les carrefours intelligents peuvent aider à réduire les temps perdus aux carrefours.
  • Mieux organiser la circulation à Paris (services de propreté à Paris, chantiers bloquants) : il s’agit d’optimiser la circulation des véhicules des services de propreté qui peuvent gêner la circulation. Des mesures correctives sont attendues : revoir les horaires des services de propreté et éviter de gêner les grands axes aux heures de pointe, veiller à mieux organiser les chantiers de travaux qui gênent la circulation dans Paris notamment sur les quais de Seine.
  • Protections phoniques sur les quais de Seine : les études de Bruitparif montrent des nuisances très fortes, avec parfois un doublement de la gêne sonore notamment la nuit sur les quais hauts. La mise en place des protections phoniques pour les riverains sur les quais de Seine et sur le boulevard Saint-Germain est nécessaire.

 

L’ensemble des mesures d’accompagnement proposées par la Région Ile-de-France s’élèvent à 50 millions d’euros pour la Région.

A l’occasion de la remise de ce rapport, Valérie Pécresse, sur la recommandation du Professeur Pierre Carli, demande au préfet de police de prolonger de trois mois l’expérimentation de la fermeture des voies sur berge (jusqu’à la fin du mois de juin 2017) afin d’établir un bilan crédible.

Le Comité régional d’évaluation de la fermeture des voies sur berge est un comité d’experts indépendants (AIRPARIF, BRUITPARIF, IAU, ORS, STIF), installé le 12 septembre 2016 sous l’autorité du Professeur Pierre Carli, médecin-chef du SAMU de Paris. Ce comité a réalisé un important travail de collecte et d’analyse de données et a auditionné différents acteurs (RATP, associations environnementales, services de secours, acteurs économiques, et prochainement associations de riverains et de commerçants). Depuis septembre 2016, il a ainsi permis d’observer une augmentation des émissions de polluants dans l’air (particules, NOx), la persistance d’embouteillages liés à la fermeture des quais bas, ainsi qu’une aggravation du bruit.

 

Vous pouvez retrouver les films de présentation des deux scénarios alternatifs  d’aménagement et de piétonisation des voies sur berge préparés par l’IAU sous les liens ci-dessous : 

Scénario 1: https://twitter.com/iledefrance/status/841602834697187328

 

Scénario 2: https://twitter.com/iledefrance/status/841603190202224640

 

 

Contact presse : servicepresse@iledefrance.fr