24 mai 2019

Valérie Pécresse fait de la Région Île-de-France le premier « laboratoire du dialogue social »

Valérie Pécresse fait de la Région Île-de-France le premier « laboratoire du dialogue social »

 

La Vice-Présidente de la Région Île-de-France chargée  du dialogue social, Béatrice de Lavalette, a remis aujourd’hui à Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France, un rapport ambitieux, fruit d’une mission conduite durant l’année 2018 dans plusieurs pays d’Europe du Nord (Suède, Danemark, Allemagne, Pays-Bas) pour étudier le lien entre qualité du dialogue social, croissance, compétitivité, emploi et performance publique ou privée. L’objectif ? S’inspirer des meilleures pratiques européennes et fournir des recommandations ambitieuses et concrètes pour promouvoir un nouveau modèle de dialogue social de qualité, plus apaisé et constructif, levier de performance et de progrès social auprès des entreprises et collectivités franciliennes.

Dès son arrivée à la tête de la Région Île-de-France en 2016, Valérie Pécresse s’est inscrite dans une démarche profondément innovante en faveur d’un dialogue social riche et apaisé, levier de performance publique et de progrès social, en créant une Vice-Présidence au dialogue social (une première pour une région française). Grâce à son choix affirmé de s’inscrire dans une démarche préalable de dialogue social, en menant des négociations sociales jusqu’au bout, elle a signé à ce jour avec les syndicats de la Région 6 accords sociaux profondément innovants, sur des thématiques fondamentales telles que l’égalité femmes-hommes, l’accompagnement du handicap, la qualité de vie et le bien-être au travail ou la reconnaissance du parcours syndical. Cette démarche a été reconnue au plus haut niveau, puisque la Région a été invitée à rejoindre l’initiative internationale Global Deal, créée en 2016 par la Suède, l’Organisation internationale du Travail (OIT) et l’OCDE, faisant d’elle l’unique collectivité régionale membre aux côtés de nombreuses entreprises du CAC 40.

Aujourd’hui, la Présidente souhaite s’appuyer sur cette reconnaissance internationale en faisant de la Région le premier « laboratoire du dialogue social » pour diffuser et promouvoir au-delà de la seule administration régionale - c’est-à-dire auprès des entreprises et collectivités franciliennes – les meilleures pratiques européennes en matière de relations sociales.

C’est tout l’objet du rapport remis aujourd’hui à Valérie Pécresse par la Vice-Présidente au dialogue social Béatrice de Lavalette. Fruit d’un long travail de benchmark conduit à travers quatre pays d’Europe du Nord (Suède, Danemark, Allemagne et Pays-Bas) qui allient une excellente qualité du dialogue social et une compétitivité forte, ce rapport permet d’expliquer les bonnes performances économiques de ces pays par des caractéristiques communes en matière de dialogue social, radicalement opposées au « modèle » français. Taux de syndicalisation élevés (jusqu’à 70% pour la Suède et le Danemark), partenaires sociaux responsables et puissants (dont l’objectif est de maintenir la paix sociale au service de la performance économique), négociations et accords collectifs signés avec les syndicats au plus près des réalités de terrain (souvent au niveau de l’entreprise), conflits sociaux très rares et niveau de confiance élevé dans la société : tels sont les traits les plus marquants de ces modèles sociaux vertueux. Loin du modèle français, marqué par la conflictualité, la très faible syndicalisation, l’éparpillement syndical et la défiance à l’égard des corps intermédiaires. 

Alors que la crise des « gilets jaunes » a révélé la fracture territoriale, sociale et économique de notre pays, et mis en lumière la méfiance grandissante à l’égard des syndicats, la Région Île-de-France, au contraire, cherche dans ce rapport à valoriser l’action des partenaires sociaux et s’affirme comme une référence en matière de dialogue social. Avec ce rapport ambitieux, la Présidente souhaite donc porter un projet de société novateur et constructif, à contre-courant du climat d’affrontement actuel, en faisant de la Région une source d’inspiration pour tous les acteurs socio-économiques franciliens.