15 novembre 2016

Valérie Pécresse dresse le bilan de la qualité de service dans les transports en commun

La RATP et la SNCF ont été auditionnées le 15 novembre 2016. Objectif : faire le point notamment sur la régularité des lignes de métro, train, RER, bus et tram d'Île-de-France.

Un bilan pour les transports en commun franciliens

L’heure était au bilan le 15 novembre 2016 pour les transports en commun d'Île-de-France. Valérie Pécresse, présidente de la Région et d'Île-de-France Mobilités, auditionnait Elisabeth Borne, présidente de la RATP, et Guillaume Pepy, président de la SNCF, afin de faire le point sur le fonctionnement des lignes. En voici le détail :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Concernant le RER C, il est également demandé à la SNCF de mettre en place une application spécifique afin de mieux informer les usagers.

 

 

 

 

Les facteurs clés d'amélioration de la qualité de service

Valérie Pécresse a par ailleurs énoncé les facteurs clés d'amélioration de la qualité de service et de la régularité des transports en commun :

  • le plan de renouvellement du matériel roulant qui prévoit l'investissement de 8,5 milliards d’euros d’ici à 2021 pour l’achat et la rénovation de 708 rames 
  • la mise en place des Schémas directeurs pour l’amélioration du réseau 
  • le déploiement de la vidéoprotection dans  100 % des bus et 70 gares routières 
  • la création de 10.000 places de parking sécurisées 
  • le recrutement de 490 agents supplémentaires à la SNCF et à la RATP 
  • la gestion des enjeux de sécurité liés aux risques d’attentats 
  • la refonte des grilles horaires 
  • la gestion plus rapide des situations perturbées 
  • la massification des travaux de rénovation du réseau : 800 millions d’euros de travaux sont programmés en Île-de-France, qui s'accompagnent des recrutements nécessaires pour les assurer 
  • la mise en place progressive de Smart Navigo

Enfin, la présidente de la Région et du Stif a profité de l'occasion pour saluer le travail des équipes de la RATP et de la SNCF confrontées ces derniers mois à des contraintes extérieures majeurs liées aux risques terroristes et aux inondations. Selon Alain Krakovitch, directeur de SNCF Transilien, « les alertes aux colis suspects ont doublé sur la plupart des lignes, ce qui a des impacts en termes de régularité ».