La rédaction

Une offre globale de santé pour les jeunes au cœur de Paris

C’est un centre de santé complet pour la santé des jeunes qui a ouvert ses portes en février 2018 à Paris (5e). Il est officiellement inauguré ce 16 mai en présence de Valérie Pécresse, la présidente de Région.

Le Centre Colliard, ouvert par la Fondation Santé des Etudiants de France avec l’aide de la Région Île-de-France est inauguré ce 16 mai. Il propose une offre globale et complète de soins financièrement accessible pour un public étudiant.

Centre de santé médicale et dentaire accessible 

Le centre a avant tout bénéficié d’une restructuration lourde de son bâtiment situé rue Quatrefages, à Paris (5e) avec le soutien financier de la Région. Premier objectif : aménager au rez-de-chaussée un centre de santé médical et dentaire, avec toutes les structures nécessaires pour des consultations en médecine générale, dermatologie, nutrition, addictologie, psychiatrie, dentaire… Le tout accessible au public en situation de handicap. Le bâtiment abrite également une résidence étudiante adaptée pour 16 étudiants en situation de handicap.

Au même niveau, a été aménagé un centre d'éducation et de planification familiale, avec un cabinet gynécologique partagé avec le centre de santé, mais aussi des espaces pour des réunions d’information et de prévention, où  le médecin, la sage-femme et la conseillère conjugale proposent des entretiens psychosociaux, des entretiens préalables à l'IVG, des actes gynécologiques et de contraception (bilans, sérologie, frottis, contraception d'urgence, pose de stérilet...).

Un relais étudiants-lycéens pour les jeunes en souffrance psychologique

L’ensemble du projet a bénéficié d’une aide régionale de 608.000€.
La Fondation estime pouvoir réaliser 16.000 actes durant la première année d’exercice du centre de santé, pour atteindre ensuite 30.000 actes par an.
Le relais lycéens-étudiants pourrait proposer jusqu’à 1.5000 consultations par an.

L’aide régionale a également permis la création d’un relais étudiants-lycéens, une structure pluridisciplinaire associant psychiatre, psychologue, infirmier, assistance sociale et enseignants de l'éducation nationale. Ses missions principales sont de faciliter l'accès des adolescents, présentant des troubles psychologiques, aux structures de soins pertinentes, ou encore d’accompagner la réinsertion scolaire et universitaire d'adolescents en situation de décrochage ou de déshérence scolaire ou universitaire. Le relais propose également des formations aux médecins et infirmières scolaires, psychiatres et psychologues des grandes écoles, équipes pédagogiques des établissements, ainsi que des conférences pluri-mensuelles en direction des élèves ou des parents.

Dévoilant  la plaque inauguratrice du centre qui porte le nom de Jean-Claude Colliard, président de la Fondation des étudiants de France décédé en 2014, Valérie Pécresse a rendu hommage au personnel soignant de la Fondation, « qui porte une attention particulière à la manière dont nos jeunes vivent, dont nos jeunes aiment, dont nos jeunes souffrent, pour les aider à vivre leurs rêves et à se lancer dans la vie avec confiance ». Elle a également rappelé le soutien sans faille de la Région pour la santé des jeunes,  évoquant notamment l'aide à la mutuelle pour les étudiants, le lancement de l’iPass contraception ou le soutien aux actions du Crips...

Santé des étudiants : un état des lieux préoccupant et des besoins spécifiques
332 000 jeunes sont inscrits dans l’enseignement supérieur de l’académie de Paris - dont plus de 88 000 étudiants concentrés sur les écoles et universités du 5ème arrondissement.
D’après la dernière enquête nationale 2013 de l’OVE (Observatoire sur la vie étudiante) sur la santé des étudiants, s’ils peuvent être considérés comme plutôt en bonne santé, plusieurs points d’inquiétude apparaissent :
- en 2016, 30 % des étudiants déclarent avoir déjà renoncé à voir un médecin, notamment pour des raisons financières, (contre 27 % en 2013).
- 38% des étudiants jugent leur état de santé moyennement à pas satisfaisant en 2016 (contre 36,8% en 2013), c’est à Paris et en région parisienne que l’insatisfaction est la plus forte.
- La population étudiante en situation de handicap déclaré est en constante évolution avec plus de 40% d’entre eux qui considèrent que la prise en compte de leur situation de handicap dans le cadre de leurs études n’est que moyennement ou pas du tout prise en compte.
Les étudiants ont en outre des problématiques de santé spécifiques liées leur situation sociale et économique (précarité), leur environnement socio familial (isolement), culturel (déracinement pour les étudiants étrangers), à leur âge (addiction, contraception, IST, nutrition, …) et leur statut d’étudiant (stress, mal être).

Photo © Fondation Santé des étudiants de France