5 octobre 2017

Une nouvelle stratégie pour l'économie sociale et solidaire

Ressourcerie L'Alternative
Crédit photo : Naïs Bessaih

Donner à l'ESS la place qu'elle mérite dans le tissu économique francilien : c'est l'objectif de la nouvelle stratégie régionale présentée ce 5 octobre 2017 dans l'hémicycle, et qui sera soumise au vote des élus dans quelques semaines.

Qu'est-ce que l'économie sociale et solidaire ?

C'est un mode d’entreprendre guidé par l’intérêt général. Ce modèle de création de richesses, matérielles, sociales, culturelles, privilégie des formes d’organisation collective et participative. La lucrativité est limitée, le versement de dividendes aux éventuels actionnaires ou aux sociétaires est très encadré. La majeure partie des marges et des réserves doit être réinvestie dans l’entreprise pour assurer sa pérennisation. L’ESS se caractérise par son ancrage dans les territoires, son potentiel d’innovations sociales et l’hybridation de ses financements, publics et privés. Les entreprises reconnues par la loi comme appartenant à l’ESS ont des statuts variés : associations, coopératives, mutuelles, fondations, entreprises commerciales dites solidaires ou sociales La majorité d’entre elles sont des associations. Les secteurs les plus investis sont l’action sociale, l’environnement, l’enseignement et la formation, la santé, les sports et loisirs, les arts et spectacles

« Aujourd'hui, l'économie sociale et solidaire ne représente que 7% de l'emploi salarié dans notre région, alors que ce chiffre s'élève à 10,5% au plan national. Ce résultat n'est pas satisfaisant, nous devons faire plus, explique Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France. Aussi je crois qu'il est nécessaire de changer de méthode si l'on veut lui donner la dimension qu'elle mérite. »

Depuis 2016 cependant, la part des heures d'insertion dans les marchés passés par la Région a plus que doublé pour atteindre 169.000 heures.

 

Quels enjeux ?

  • Intégrer l'ESS à la stratégie et aux outils de développement économiques régionaux,
  • Accompagner les structures de l'ESS de l'amorçage au changement d'échelle,
  • Contribuer à l'apport d'activité aux structures de l'ESS,
  • Structurer un écosystème lisible et efficace,
  • Promouvoir les structures de l'ESS comme des acteurs économiques à part entière.

Quelles actions ?

  • Promouvoir les dispositifs d'aides régionales: PM'up, Innov'up, Back'up auprès des structures de l'ESS
  • Améliorer l'accès aux fonds européens
  • Accroître la commande publique en faveur des structures ESS notamment grâce au développement des clauses sociales dans les marchés publics (leur part devra être portée à 25% d'ici la fin de la mandature).
  • Mettre en place d'un programme d'accompagnement de haut niveau pour les « champions de l'ESS »,
  • Soutenir le développement de nouveaux modèles économiques comme les « joint-ventures » sociales.
Une « joint-venture » sociale, c'est quoi ?
La  « joint-venture » sociale (« coentreprise » en français) consiste en une coopération inédite, entre deux entreprises ou une entreprise et une autre forme d’organisation (association, institution, réseau ), qui poursuivent ensemble une mission d’intérêt général.