18 octobre 2017

Une charte régionale de reconnaissance syndicale

Le dialogue social est un puissant levier de performance publique et de progrès social. La Région Île-de-France entend lui donner toute sa place pour mener à bien la modernisation de son administration, à travers la signature d'une charte de reconnaissance syndicale et de valorisation du parcours syndical. 

Donner naissance à une véritable reconnaissance syndicale 

Un dialogue social de qualité, apaisé et constructif suppose une condition sine qua non : l’établissement d'une véritable reconnaissance syndicale et de relations de confiance entre la collectivité-employeur et ses partenaires sociaux.

Des partenaires pleinement reconnus dans leur rôle, respectés, écoutés et valorisés pour leur engagement. C’est tout l’enjeu de la « charte de reconnaissance du parcours syndical dans le développement de la carrière et l’évolution professionnelle », qui s’inscrit dans la dynamique amorcée par la signature, en janvier 2017, de 3 premiers accords-cadres sur le handicap, l’égalité professionnelle femmes-hommes et le bien-être au travail.

Une charte à l'objectif double 

Cette charte, qui repose sur un principe fort – la non-discrimination des agents engagés dans un mandat syndical et l’affirmation de la valeur de l’expérience syndicale –, vise ainsi un double objectif :

  •  Créer les conditions d’un dialogue social renouvelé et apaisé pour conclure des accords « gagnant-gagnant » avec des syndicats forts et représentatifs,
  •  Valoriser les compétences acquises lors d’un mandat syndical pour favoriser l’engagement syndical et contribuer au renouvellement des équipes.

3 engagements pour la Région pour promouvoir l'activité syndicale 

À travers cette charte, la Région prend 3 engagements destinés à légitimer et promouvoir l’activité syndicale :

  1. Faire évoluer le regard porté en interne sur l’action syndicale et les relations sociales en général,
  2. Faciliter l’articulation entre le mandat syndical et l’activité professionnelle, et accompagner les représentants syndicaux tout au long de leur parcours,
  3. Favoriser la reconnaissance syndicale et valoriser l’action syndicale. 

La rédaction de la charte est issue de 14 réunions de concertation avec Béatrice de Lavalette, vice-présidente en charge du dialogue social. Elle a été signée le 7 juillet 2017 par un ensemble d’organisations syndicales représentant 72 % des voix aux dernières élections professionnelles : FO, le SYNPER, la CFDT, l'UNSA et FSU.