20 mars 2019

Un « violentomètre » intégré dans le règlement intérieur du Conseil régional

La Région se dote d’un outil permettant de sanctionner les comportements déplacés lors des séances du Conseil régional ou de la Commission permanente.

Pour être plus exemplaire, pour garantir la sérénité des séances du Conseil régional et de sa Commission permanente, la Région intègre à l’article 18 de son règlement intérieur un « violentomètre ».

En clair, il s’agit d’un outil permettant d'apprécier les comportements normaux des élus en séance, mais surtout les comportements irrespectueux (téléphoner, vapoter, prendre la parole quand ce n'est pas son tour...) et ceux qui relèvent du pénal (insultes, menaces, violences physiques...).

Cet outil sera mis à la disposition du Secrétariat général et pourra déboucher sur des sanctions.

Le « violentomètre » a été expérimenté dans les lycées par l’organisme de la Région chargé de promouvoir l’égalité femmes-hommes, le Centre Hubertine Auclert. L’objectif était d’évaluer les violences dont peuvent être victimes les femmes dans leurs relations avec les hommes.

La décision de la Région de se doter d’un tel outil fait suite à plusieurs incidents de la part de conseillers régionaux dont les propos ou le comportement sont venus perturber le bon fonctionnement de l’institution régionale et entacher sa réputation.