La rédaction

Un accord de coopération avec la province du Zhejiang en Chine

Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, et Jiajun Yuan, gouverneur de la province du Zhejiang, ont signé ce 14 juin à Hangzhou, en Chine, un accord visant à développer les échanges et expertises entre les deux régions, mais aussi à rapprocher leurs populations et leurs entreprises.

La province du Zhejiang – dont est originaire la majorité des Chinois d’Île-de-France – et la Région sont désormais liées par un accord de coopération. Cet accord, d'une durée de dix ans, a pour objectif d’améliorer la visibilité de la Région Île-de-France, de renforcer son attractivité auprès des entreprises et des touristes chinois et de valoriser l’expertise des entreprises franciliennes.

Un nouvel accord avec Pékin
À l’occasion du 30e anniversaire de l’accord de coopération entre les deux territoires, Valérie Pécresse et Chen Jining, maire de Pékin, ont signé le 12 juin un nouveau programme d’actions conjointes à horizon 2023. Cet accord marque une nouvelle impulsion et une volonté commune d’élargir la coopération existante, principalement centrée sur la qualité de l’air, à de nouveaux secteurs tels que l’aménagement urbain, les transports, le véhicule autonome ou encore la Smart City.

Les deux parties vont développer leurs relations dans de nombreux domaines d'intervention tels que :

  • Le développement économique et l'emploi, à travers l’organisation de missions d’entreprises franciliennes dans le Zhejiang et réciproquement, à l’occasion de salons d’affaires notamment.
     
  • La science et la technologie, à travers le soutien à des partenariats entre incubateurs, parcs technologiques et pôles de compétitivité, la coopération pour la construction de plateformes d’innovation, le soutien à l’innovation et à l’entrepreneuriat.
     
  • L’éducation, la formation, la jeunesse et la promotion de la langue française et de la langue chinoise, avec un soutien aux échanges universitaires et aux partenariats dans le domaine de la formation professionnelle, la promotion de la mobilité des étudiants et enseignants, notamment par l’accueil d’étudiants et chercheurs des universités du Zhejiang dans la Maison de l’Île-de-France de la Cité internationale universitaire de Paris.
     
  • La santé, avec le soutien de la prise en charge des besoins de santé dans un contexte de vieillissement de la population. Un accent sera mis sur la médecine intelligente, la technologie clinique et les nouvelles technologies dans les équipements et les infrastructures d’accueil des personnes âgées.
     
  • La ville durable, l’aménagement du territoire, l’urbanisme, les transports publics et la protection des villes historiques et culturelles de renom. Les entreprises franciliennes du développement urbain durable pourront être mobilisées pour répondre aux besoins d’expertise. L’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la Région Île-de-France apportera également son expérience de la gouvernance métropolitaine.
     
  • Le tourisme, la culture, le patrimoine et la gastronomie, via le renforcement des échanges de coopération entre les musées, galeries d’art, bibliothèques et organismes d’art des deux territoires ; un partenariat entre le Comité régional du tourisme d’Île-de-France et le bureau du tourisme du Zhejiang pour renforcer l’attractivité touristique, l’organisation d’expositions et d’événements culturels afin de promouvoir le tourisme, la culture, le patrimoine et la gastronomie du Zhejiang en Île-de-France et réciproquement.
Un rapprochement entre universités
Lors de cet échange, un accord-cadre de coopération a également été signé entre l’université Paris-Saclay et l’université du Zhejiang afin de mettre en œuvre des doubles diplômes et de mener des activités de recherche coordonnées conduisant à des copublications et des échanges académiques réguliers. Cette coopération se développera dans les domaines d’excellence déjà bien identifiés par les deux universités, comme optique et photonique, ingénierie, mécanique et automatique, et pourra se déployer dans des disciplines fondamentales transverses (physique, science des matériaux, chimie, sciences de la vie) autant que dans des domaines à forts enjeux nationaux et internationaux tels que l’agronomie, les nouvelles technologies et les systèmes de communication, l’intelligence artificielle, l’environnement et le climat, la gestion de l’énergie, la santé...

Photo : © DR