Publié le 20 novembre 2019

Tri des déchets : près de 880.000 euros pour la transition écologique 

Crédit photo : istock-ryosha

Entreprises, habitants et collectivités franciliennes s’engagent, avec le soutien de la Région, sur la voie de la transition écologique du territoire. Leur contribution : le tri et la valorisation des déchets. 

En novembre 2019, la Région a voté 880.000 euros d’aides aux acteurs de l’économie circulaire. Présentation des 14 nouveaux projets financés.

Familles, étudiants, entreprises : tous les Franciliens sont concernés par le tri des déchets

  • Gestion des déchets

    4 aides régionales

    Pour les entreprises

    - Pour les collectivités  :

    Des bornes enterrées sont installées en pied d’immeuble, dans les nouvelles résidences de 5 communes du Val d’Oise : Mery-sur-Oise, Beauchamp, Herblay, Bessancourt, Saint-Leu-la-Forêt. La Région investit 80.500 euros pour cette collecte.
  • Dans le 13e arrondissement de Paris, le compostage est une affaire de quartier, depuis l’installation d’un premier bac en 2015. La Région engage 58.000 euros pour l’achat de 3 nouveaux pavillons de compostage.
  • À Villeneuve-Saint-Georges (94) et dans les communes volontaires de Grand Orly Seine Bièvre, des broyeurs de déchets verts et des composteurs sont fournis aux habitants et déployés dans au moins 30 espaces publics. Le broyat sera être utilisé en paillage dans les jardins pour limiter la consommation d’eau. 27.000 euros d’aides régionales sont allouées à ce projet.
  • 35.000 euros d’aides régionales permettront d’expérimenter le jeu pédagogique « Game of tri » dans 4 résidences universitaires franciliennes.
  • Pour lutter contre le gaspillage alimentaire dans une dizaine de lycées franciliens, la Région alloue 33.000 euros à un projet de recherche-action.
  • Pour contribuer à bâtir une économie circulaire dans les travaux publics, la Région débloque une aide de 33.000 euros pour accompagner les maîtres d’ouvrage publics.

Des sites de tri des déchets nouvelle génération

  • La déchetterie de Carrières-sur-Seine (78), ne répondant plus aux besoins de ses adhérents, va être agrandie et modernisée avec une nouvelle plateforme de compacteurs, grâce à une aide régionale de 200.000 euros.
  • Méthanisation

    2 aides régionales 

    La commune de Varennes-Jarcy (91) accueille une unité de méthanisation-compostage qui a vocation à transformer les déchets ménagers des gros producteurs et professionnels. 200.000 euros d’aide régionale vont permettre de la moderniser.
  • L’entreprise familiale Centre Parisien de Recyclage installée à Morangis (91) souhaite automatiser son activité de tri : enlèvements d’archives, destruction de documents confidentiels, collecte de papiers de bureau, gestion des déchets des entreprises. La Région contribue à l’étude de faisabilité du projet en y consacrant 10.000 euros.
  • La Région soutient la création d’une nouvelle ressourcerie à Châtenay-Malabry (92). 28.000 euros d’aide régionale sont alloués pour l’achat du terrain de 24 km².

Au Marché de Rungis aussi, on veut réduire les déchets

Au Marché international de Rungis (94), les commerçants peuvent remplacer leurs emballages jetables par un système de bacs réutilisables. Une solution alternative à l’incinération du polystyrène (2 tonnes par an à Rungis), utilisé pour le conditionnement des produits de la mer. La Région alloue 51.000 euros à cette initiative innovante, pour fabriquer 10.000 bacs en Île-de-France. En savoir plus.

La Vallée de Chevreuse, exemplaire en matière de tri des déchets 

  • Dans la Vallée de Chevreuse (78,91), la collecte des bio-déchets est financée par la Région à hauteur de 52.000 euros, pour lutter contre le gaspillage alimentaire : tables de tri dans les écoles, composteurs, lombricomposteurs… La collecte en porte à porte sera élargie à tous les ménages du territoire à l’horizon 2024. 
  • Des points de collecte de déchets dangereux sont également déployés dans les centres techniques municipaux du secteur. Un enjeu fort pour ce territoire de 207.000 habitants où 75 tonnes de déchets dangereux finissent chaque année dans les encombrants et en dépôts sauvages. La Région investit près de 38.000 euros dans cette opération. 
  • Enfin, une tarification incitative en faveur d’une croissance plus verte est étudiée. Elle vise à améliorer le tri des usagers, réduire la production d’ordures ménagères, optimiser les collectes et maîtriser les coûts de la gestion des déchets, dans les 21 communes concernées. La Région débloque 31.000 euros pour cette étude.