10 décembre 2014

TPE, PME : pensez à l’apprentissage !

Petites ou moyennes entreprises et apprentis sont faits pour s’entendre. Pour soutenir l’apprentissage, une campagne d'information régionale de proximité va marteler le message auprès des patrons.

Quand on est patron d’une petite entreprise, pas toujours facile de s'y retrouver dans les démarches liées au recrutement d’un apprenti. Pour lever les freins au recrutement et aider l’apprentissage, la Direccte et la Région Île-de-France lancent, ce 11 décembre, une campagne d'information de proximité à destination des dirigeants de TPE et PME.

Informer, simplifier

« Cette campagne d’information de proximité s’inscrit dans le prolongement des États généraux de l’apprentissage organisés en juillet 2014 à l’initiative de la Région », rappelle Emmanuel Maurel. L’objectif est clair pour le vice-président de la Région Île-de-France en charge de l’apprentissage, de la formation professionnelle, de l’alternance et de l’emploi :  « Inciter les dirigeants de TPE/PME à recruter des apprentis en simplifiant leurs démarches. C’est d’autant plus important que les TPE/PME embauchent plus d'apprentis en CAP et en Bac Pro que les grandes entreprises et qu'elles ont besoin d’apprentis plus rapidement opérationnels. »

Le dispositif d'information régional s’inscrit dans le cadre de la campagne nationale « L’apprentissage c’est notre avenir », lancée en octobre 2014. Plus « locale », la campagne francilienne donne des informations précises sur les dispositifs d’aide auxquels les entreprises de la région peuvent prétendre.

L’apprentissage, ça marche

Cette campagne d'information de proximité a notamment pour objectif d’accompagner le travail de terrain des développeurs de l’apprentissage. Courroie de transmission entre les sociétés et les apprentis, ces hommes et femmes partagent leur temps entre la prospection des entreprises et l’accompagnement des jeunes en vue de la signature de contrats d’apprentissage. Mis en place par la Région Île-de-France, le réseau des développeurs (plus de 120 personnes) est particulièrement apprécié des entreprises.

« La mobilisation des entreprises sur l’apprentissage est essentielle, rappelle Laurent Vilboeuf, directeur de la Direccte. Avec la conjoncture, les jeunes inscrits en alternance rencontrent des difficultés pour trouver des entreprises d’accueil, alors que l’apprentissage est un dispositif de formation qui fonctionne bien : en Île-de-France, 70 % des apprentis trouvent du travail dans les sept mois qui suivent leur sortie de formation. »