La rédaction

Un plan pour faire de l'Île-de-France la 1re région européenne en Intelligence artificielle

Valérie Pécresse, présidente de la Région, a présenté le plan Intelligence artificielle 2021 ce 15 octobre. 15 mesures pour conforter l'excellence francilienne et placer les entreprises en pôle position.

L’Île-de-France dispose des atouts majeurs pour devenir le pôle majeur de l’Intelligence artificielle (IA) en Europe, que d'aucuns qualifient de 4e révolution industrielle, et s'affirmer comme une référence en la matière dans le monde : la reconnaissance internationale de la qualité de ses chercheurs, de ses grandes écoles, universités et laboratoires de recherche avec une concentration exceptionnelle à Saclay (78-91) et à Paris, mais aussi des grandes entreprises et un gisement formidable de start-up de la deeptech.

L’Île-de-France regroupe en effet plus de la moitié des 500 entreprises et équipes de recherche françaises spécialisées en Intelligence artificielle et 40% des dépenses de R&D au plan national.

Forte de ce contexte, la Région entend jouer pleinement son rôle de fédérateur et de catalyseur, en mobilisant les talents de l'IA francilienne, en investissant massivement pour renforcer le leadership et l'attractivité du territoire, et en étant un partenaire de tous les acteurs de la filière, au premier rang desquels les PME et ETI.

C'est d'ailleurs avec l'ensemble des partenaires qu'a été élaboré ce plan d'actions proposant 15 mesures phares. Celui-ci fera l'objet d'un débat et d'un vote des élus régionaux dans quelques semaines.

Les 15 mesures du plan IA régional

1. Mettre l’IA au service de l’économie francilienne, et en particulier de son industrie

► Faciliter l’usage de l’IA pour les PME et ETI franciliennes

Pour lever les freins qui se posent aux PME et ETI dites « traditionnelles » dans leur accès aux technologies d’IA, la Région mettra en place un parcours exhaustif et personnalisé d’accompagnement. Baptisé Pack IA, celui-ci intégrera du conseil personnalisé et pourra aller jusqu’au soutien à la mise en production de la solution. Objectif : accompagner 100 entreprises par an.

Rendre lisible l’offre et les services en IA et rapprocher offreurs et utilisateurs

Pour répertorier l’offre de recherche et de solutions d’IA pertinentes en Île-de-France, la Région s’appuiera sur sa future plateforme régionale

Favoriser l’innovation en mutualisant les données industrielles

L’accès à des données est un enjeu stratégique. La Région mettra en place avec des partenaires industriels comme ATOS ou la SNCF une plateforme spécialement dédiée à la mutualisation de données industrielles.

Donner accès à une puissance de calcul et de stockage

Confier ses données parfois sensibles à des tiers ou garder en interne les infrastructures nécessaires au traitement et stockage des données est un choix crucial pour les entreprises. La Région accompagnera et financera la mise en place d’une solution de calcul et de stockage souveraine à destination des entreprises, en lien avec des acteurs déjà présents sur ces sujets tels qu’OVH, Genci, Teralab ou Teratec.

Proposer une offre de recherche en IA pour les PME, les ETI et les start-up

En vue de faciliter l’appropriation des technologies d’IA pour les PME et les ETI et favoriser l’émergence de start-up deep tech, la Région soutiendra l’initiative InriaTech, plateforme de transfert technologique partenariale visant à favoriser l’accès aux technologies de pointe issues des laboratoires franciliens de l'Inria. Un nouveau programme de bourses doctorales doté de 4 M€ en 2019 va être lancé. Destiné à faciliter le recrutement de thésards en entreprises, il pourra bénéficier aux chercheurs en IA.

Mettre en place des formations bac +2 en IA accessibles aux jeunes et aux demandeurs d’emploi

Le manque de personnes bien formées est un frein pour les PME et ETI. Pour former 200 profils par an à ces technologies, la Région pourra s’associer à des initiatives existantes (Microsoft/Simplon) et lance un appel à d’autres partenaires.

Créer le premier lycée en IA de France

La Région créera, en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale, le premier lycée Intelligence artificielle de France. Ce lycée sensibilisera et formera, dès la seconde, 200 étudiants aux outils de développement logiciel ainsi qu’aux fondamentaux mathématiques et statistiques.

2. Conforter le leadership et l’attractivité internationale de l’Île-de-France

Un soutien au projet Digihall

La Région soutient le Digital Innovation Hub européen (Digihall) réunissant  au cœur du plateau de Saclay, le CEA List, INRIA, Systematic, IRT SystemX, Telecom Paris, mais aussi DataIA et des partenaires industriels d’envergure.

Accélérer les coopérations internationales

Les échanges internationaux constituent une dimension essentielle à la consolidation de l’écosystème d’IA en Île-de-France. Des coopérations renforcées avec la province de Québec et la région de Séoul (Corée du Sud), avec lesquelles la Région a déjà des accords de coopération, ainsi qu'avec la Bavière (Allemagne), avec qui elle envisage de coopérer pour consolider un réseau mondial de HUB IA, seront mises en oeuvre.

Une strategie de communication internationale

La communauté francilienne peine à communiquer de manière homogène et collective. Avec l’appui des pôles de compétitivité et de son agence d’attractivité PRE, la Région souhaite donc impulser une communication partagée et créer un réseau d'ambassadeurs de l'IA.

3. Lever les verrous technologiques sur les filières prioritaires

L’IA au service de la santé  et déploiement de l’hôpital du futur

Si l’IA est porteuse de grandes promesses en santé en matière d’aide au diagnostic, de prévention de la maladie et de rechute, son intégration se heurte à des freins liés à la complexité des conditions de mise sur le marché ou à l’accès aux données, nécessaire à l’entraînement des algorithmes. C’est pourquoi la Région avec ses partenaires Medicen, Cancer Campus et l’Institut Gustave Roussy (IGR), lancera un challenge dédié spécifiquement à l’oncologie dès 2019.
Un travail sur la constitution d’un hôpital du futur, à la pointe des technologies d’IA, au service des franciliens, sera mené en partenariat avec un grand hôpital francilien et le pôle Medicen. Les challenges sont dotés d’un montant maximum de 1,5 M€.

L’IA au service de l’industrie

Le transfer learning et le déploiement d’une IA de confiance, explicable, constituent des enjeux majeurs pour l’acceptation de l’IA dans la société et son appropriation par les acteurs industriels.
Des challenges Industrie axés spécifiquement sur ces deux verrous technologiques seront lancés en 2019, avec des partenaires industriels tels qu’Atos, Bertin, Michelin et SNCF ainsi que des partenaires académiques reconnus (CEA, l’ENS Paris Saclay et l’ENSIIE...).

L’IA au service des citoyens

Les progrès de l’IA doivent être mobilisés pour répondre aux usages et aux besoins des Franciliens. La Région, aux côtés d’autres collectivités franciliennes et grands acteurs volontaires, exposera dans le cadre d’un Challenge IA citoyen les problématiques et les verrous auxquels les acteurs publics sont soumis dans la conduite de certaines politiques publiques (formation, retour à l’emploi, sécurité, gestion des déchets, habitat…). Le premier défi qui sera relevé en 2019 sera celui du retour à l’emploi.

Augmenter et adapter aides régionales à l’innovation pour favoriser l’usage de l’IA

Rien qu’en 2017, les 90 M€ de financement régional vers plus de 6.000 bénéficiaires ont généré par effet de levier près de 1 Md€ de financement. En 2019, dans le cadre du Plan IA2021, les moyens financiers consacrés aux aides à l’innovation, notamment en matière d’expérimentation et de prototypage (Innov’Up EXPé, Innov’Up proto) seront renforcés. Les meilleurs projets d’innovation pourront être soutenus jusqu’à 500.000€ par projet en particulier dans le cadre d’Innov'Up leader PIA.

4. Piloter et évaluer

Mettre en place une gouvernance fédératrice et structurée

Un comité de pilotage se réunira tous les 6 mois pour mesurer les avancées du plan et évaluer ses résultats. Une étude d’impact sera réalisée à son issue.