Thoiry bioénergie : nouvelle étape pour la méthanisation en île-de-France

Inaugurée ce 22 septembre, Thoiry Bioénergie est une nouvelle unité de méthanisation qui transforme les déchets organiques locaux en énergie et en engrais naturel. À Thoiry, on trouve désormais le premier parc animalier et le premier château au monde chauffés au biométhane.

Et si le parc zoologique de Thoiry (78) fabriquait lui-même son énergie verte ? C'est le défi que s'est lancé Colomba de La Panouse, directrice du zoo, en 2015. En septembre 2018, le défi est relevé avec le soutien de la Région et de l'Ademe : une unité de méthanisation chauffant une partie des 160 ha du parc est inaugurée. Aux commandes : Sylvie Fleury, ingénieure dans les énergies renouvelables, aujourd’hui directrice d’exploitation de Thoiry bioénergie.

 

Des déchets pour matières premières

L'usine ultraperfectionnée se situe sur une surface de 1 hectare, cloturée, à la lisière du zoo. On y traite des déchets organiques pour les transformer en gaz. On parle ici de méthanisation par voie sèche. un processus très vertueux qui ne necessite pas d'eau.

Les matières premières sont stockées aux abords des installations techniques, dans un entrepôt dédié : fumier des animaux du zoo récolté toutes les deux semaines, déchets végétaux et agricoles (pailles, fruits et légumes avariés, lisiers...) fournis par les partenaires de Thoiry Bioénergie et situés à moins de 15 km (paysagistes, agriculteurs, festivals)... Ce ne sont pas moins de 20.000 tonnes d’intrants qui seront utilisés chaque année.

 

Au cœur de l’usine à gaz

Une fois les matières premières acheminées sur le site, elles connaissent plusieurs étapes de transformation, pendant une vingtaine de jours, jusqu’à l’état de digestat solide et de gaz. Obtenu après filtrage, séchage et chauffage, ce gaz est du biométhane, prêt à rejoindre le réseau de distribution GRDF.  

 

Où va le biométhane produit ?

Les premiers bénéficiaires du gaz obtenu grâce aux déchets verts sont les occupants du zoo : les animaux. 3 bâtiments sont chauffés par le gaz maison : la maison des girafes, qui ne mesure pas moins de 7 m de haut ;  l’arche des petites bêtes, 600 m² demandant une parfaite maîtrise de la température avec des murs épais enduits de chaux-chanvre et une toiture végétalisée ; et la maison des éléphants, qui abrite Benjamin, le résidant le plus productif en matière première. Le château du parc est aussi le premier au monde chauffé à l’énergie verte, tout comme 9 communes des Yvelines, à proximité. Le digestat solide sert quant à lui d'engrais naturel pour fertiliser le zoo et les cultures environnantes.
La Région mise sur les énergies durables
La Région a soutenu ce projet à hauteur de 1,16 M€. Le développement des énergies renouvelables et de récupération (ENRR) est un des 3 axes du Plan régional énergie-climat voté en juillet 2018. L’objectif d’ici 2030 est de doubler la production d’énergies renouvelables en Île-de-France. 150 M€ sont mobilisés pour verdir la consommation d’énergie du territoire. Un bouquet d'appels à projets pour les énergies renouvelables et de récupération est lancé. L'effort sera prioritairement porté sur les filières de la géothermie, les énergies de récupération des déchets, le solaire photovoltaïque, la biomasse, l'hydrogène et la micro hydroélectricité.

Photo : © Julien Pebrel/MYOP

Tags